Politique énergétique

Le pétrole est la principale source d’énergie en Suisse. D’ici à 2020, le gouvernement suisse cherche à réduire de 20% la part des énergies fossiles et à augmenter de 50% celle des renouvelables..

Bâtiment équipé de panneaux solaires
Bâtiments pourvus de capteurs solaires à Wittigkofen (Berne). © DFAE, Présence Suisse

Hormis l’eau et le bois, la Suisse n’a pas de ressources naturelles énergétiques. Elle importe donc 77% de sa consommation sous forme de pétrole, de gaz naturel, de charbon et de combustibles nucléaires. En 2015, la production d’électricité indigène provient des centrales hydroélectriques (59,9%) et des cinq centrales nucléaires du pays (33,5%). Environ 6,6% est généré par les modes de production alternatifs (éolien, solaire, incinération d’ordures, biogaz).

Depuis 1950, la consommation d’énergie a plus que quintuplé en Suisse. Les transports sont le secteur qui en absorbe le plus, avec plus d’un tiers du total. Le pétrole est la principale source d’énergie (41,9%), suivi du nucléaire (22,3%), de l’énergie hydraulique brute (13,1%) et du gaz (11%).

La politique énergétique helvétique a pour but d’assurer au pays un approvisionnement sûr, bon marché et écologique. Parmi les outils législatifs à sa disposition figurent un article introduit dans la Constitution en 1990, la Loi sur l’énergie adoptée en 1998 et le programme SuisseÉnergie lancé en 2001. Ce dernier a pour but de diminuer les émissions de CO2 et la consommation des énergies fossiles d’au moins 20% d’ici à 2020, par rapport au niveau de 1990. Il cherche aussi à accroître de 50% la part des énergies renouvelables entre 2010 et 2020.

Une taxe sur le CO2 est prélevée depuis 2008 sur les combustibles fossiles (mazout, gaz, charbon). Suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011, le Conseil fédéral s’est engagé dans un processus de transition énergétique, connu sous le nom de «Stratégie Énergétique 2050», qui l’amènera à abandonner progressivement le nucléaire.