Education pour tous : vision commune – défis persistants

Délégués pendant la Conférence internationale à Oman pour évaluer les progrès vers l'Education. © I. Kassemi/UNESCO

Léa Blank
Collaboratrice spécialisée, section UNESCO de la Division Nations Unies et organisations internationales au Département fédéral des affaires étrangères

22 mai 2014 - A l’issue de la Réunion mondiale sur l’Education pour tous (EPT) organisée par l’UNESCO la semaine dernière à Mascate (Oman) qui a rassemblé Etats membres, organisations multilatérales, organisations de la société civile et du secteur privé, il a été possible de s’accorder sur une vision et sur des principes de base pour un objectif de développement durable sur l’éducation.

La Réunion mondiale sur l’Education pour tous (EPT) a démontré un soutien fort des états membres de l’UNESCO pour une approche basée sur les droits de l’homme, l’équité, la qualité, l’accès et l’universalité. Ces principes rejoignent d’ailleurs la position de la Suisse pour les discussions new-yorkaises sur le post-2015 et pour le futur agenda EPT.

Réunion mondiale sur l’Education pour tous – EPT, Mascate (Oman) 12 – 14 mai 2014

Les consultations - aussi ouvertes et complexes soient-elles - portent donc leurs fruits. Malgré ce consensus de base réjouissant, certaines décisions importantes demeurent suspendues, comme par exemple :

  • Comment traduire une vision holistique de l’éducation de qualité dans un nombre limité d’objectifs ? Comment mesurer les résultats de l’apprentissage qui devraient, afin d’en assurer la qualité, refléter un large éventail de valeurs, connaissances et compétences ? Comment trouver un équilibre entre la vision humaniste, les attentes de l’économie, les limites planétaires ?
  • Faudrait-il favoriser des objectifs réalistes permettant des résultats concrets et mesurables ou plutôt définir des objectifs ambitieux pour susciter l’engagement politique ? Comment assurer et motiver le financement de l’éducation et de l’apprentissage tout au long de la vie qui soient équitables, inclusifs et de qualité pour tous d’ici à 2030 ?

Ces grandes questions n’ont bien entendu pas de réponses faciles. Nous pouvons néanmoins déjà tirer quelques conclusions après Mascate - et à ce stade du travail du Groupe de travail ouvert sur les objectifs post-2015.

  • Tout d’abord, à l’aune de l’accord de Mascate, force est de constater que les consultations larges et ouvertes qui semblent chaotiques (et parfois sans fin !) peuvent porter leurs fruits.
  • Ensuite, l’on constate une réelle volonté du monde de l’éducation d’harmoniser les résultats des processus EPT et post-2015, mais aussi une incertitude sur la capacité générale à y parvenir.
  • Enfin, la bataille pour l’éducation n’est pas de loin pas aboutie. Comme « enabling right », l’éducation est à juste titre courtisée par bien des acteurs au-delà du monde éducatif. Les consultations doivent se poursuivre au-delà des silos sectoriels, avec la volonté d’une prise de responsabilités partagées et par une approche cohérente et équilibrée afin que les finalités de l’éducation restent celles d’un développement durable pour tous.

Joint Proposal of the EFA Steering Committee on Education Post-2015