Catastrophes naturelles et risques climatiques: la Suisse souhaite resserrer les liens entre la prévention des catastrophes, la gestion du changement climatique et la coopération au développement

Communiqué de presse, 26.05.2017

Les catastrophes naturelles et les risques climatiques menacent les progrès obtenus de haute lutte en matière de développement. C'est à cette question, entre autres, qu'a été consacrée la cinquième Plateforme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe, qui s’est tenue du 22 au 26 mai 2017 à Cancún (Mexique). Lors de la conférence, la Suisse a plaidé pour un renforcement de la coopération dans les domaines de la prévention des catastrophes, de la gestion du changement climatique et de la coopération au développement.

Membres du Corps suisse d’aide humanitaire lors d’un atelier pratique avec des maçons haïtiens
Le Savoir-faire suisse aide à la prévention des catastrophes. Maçons haïtiens lors d'un atelier pratique. © DDC

Le nombre des personnes déplacées en raison de catastrophes a nettement augmenté ces dernières années. L’élévation des températures, due au changement climatique, à la rapide croissance démographique, à l’urbanisation sauvage et à la destruction de l'environnement menacent les progrès obtenus de haute lutte en matière de développement. Sans mesures préventives globales, le développement durable est à terme voué à l’échec. 

Telle est la problématique traitée lors de la cinquième Plateforme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe, qui s’est tenue du 22 au 26 mai 2017 à Cancún au Mexique. Plus de 5000 personnes ont participé à cet événement, dont des chefs d’État et de gouvernement, des organisations internationales et des représentants des milieux scientifiques, de la société civile et du secteur privé.

Organisée conjointement par le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNISDR) et l'État du Mexique, qui l'accueillait, cette conférence a représenté pour la communauté internationale la première occasion de vérifier l’application dans le monde du cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe, défini en 2015. Cette évaluation a été possible grâce à la définition d’une série d’indicateurs l’an dernier à Genève, avec les contributions d’experts suisses. 

La Suisse jouit d'une vaste expérience dans le domaine de la gestion des catastrophes naturelles. Pays de montagne densément peuplé, elle est depuis des siècles confrontée à cette problématique et a mis au point une approche intégrée et durable fondée à la fois sur des mesures de protection concrètes et sur la prise en compte des risques naturels dans l’aménagement du territoire et la construction. Cette approche est assortie de systèmes de prévision et d’alerte précis combinés à des plans d’urgence. Les échanges internationaux au sein de la Plateforme permettent à la Suisse de faire bénéficier d'autres pays de sa longue expérience en matière de gestion intégrée des risques, tout en s’inspirant d’idées et d'initiatives nouvelles dans ce domaine.

À Cancún, la Suisse a plaidé en faveur d’une meilleure identification des liens entre la prévention des catastrophes, la gestion du changement climatique et la coopération au développement, exprimant le souhait de voir les acteurs de ces domaines collaborer de manière plus étroite. C'est pourquoi l’application du cadre de Sendai, de l'Agenda 2030 pour le développement durable, et de l'accord de Paris sur le climat constitue pour elle une priorité. Elle a rappelé que le Forum politique de haut-niveau sur le développement durable est une excellente plateforme de dialogue. Pour la Suisse, renforcer les communautés locales pour la réduction des risques de catastrophes est aussi central. Elle sont un maillon essentiel à la réalisation des objectifs globaux. 

Co-présidente du Global Facility for Disaster Risk Reduction and Recovery (GFDRR), le centre de compétence de la Banque mondiale pour la réduction des risques de catastrophe, la Suisse a soutenu l’augmentation des investissements pour faire face aux risques climatiques dans les pays en développement et pour améliorer la résilience des villes face aux dangers naturels.

La délégation helvétique se composait de représentants de la Direction du développement et de la coopération (DDC), de l’Office fédéral de la protection de la population (OFPP), de l’Office fédéral de l'environnement (OFEV), des ONG suisses, et du secteur privé.

L’édition 2019 de la Plateforme mondiale se tiendra en Suisse.


Informations complémentaires

La résilience au nom du développement durable
La réduction des risques de catastrophes (RRC) – une étape condition impérative pour un développement durable


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères