Aider les populations défavorisées à se prémunir contre les catastrophes naturelles

Projet terminé

Les inondations, la sécheresse, les tempêtes de grêle, le gel, les glissements de terrain et les tremblements de terre font partie des aléas naturels auxquels la Bolivie est exposée. La population bolivienne est fortement éprouvée par ces phénomènes qui se sont aggravés avec le changement climatique. Le Programme de réduction des risques de catastrophes en Bolivie aide le pays à mieux faire face aux conséquences des catastrophes naturelles sur sa population, ses infrastructures et son économie.

Pays/région Thème Période Budget
Bolivia
Changement climatique & environnement
Aide humanitaire & RRC
Governance
Protection de la biosphère
Assistance matérielle
Politique du secteur publique
01.01.2013 - 31.05.2014
CHF 1'750'000

La Réduction des risques de catastrophes (RRC) est l’un des huit programmes de la DDC en Bolivie. Lancé en 2005, il se trouve actuellement dans la troisième phase, qui couvre la période de 2010 à 2014.

Le lourd impact des aléas naturels

La Bolivie est exposée à divers types de dangers naturels ainsi qu’aux conséquences de la variabilité et du changement climatique. Ces dernières années, plusieurs grandes régions de l’ouest et de l’est du pays ont été touchées par des inondations et des sécheresses de plus en plus fréquentes.
Les conséquences sont graves pour la population et l’économie boliviennes. Les populations défavorisées et les secteurs de la production sont particulièrement touchés. Afin d’accroître la résilience du pays, sa capacité à faire face aux catastrophes et à s’en remettre, un lien doit être établi entre le programme RRC et les activités ayant un impact sur le développement durable. Malgré les efforts entrepris à l’échelle locale pour mettre en œuvre les programmes RRC et Adaptation au changement climatique (ACC) dans les plans d’urbanisme municipaux, l’insertion du programme RRC dans l’infrastructure nationale et les budgets consacrés aux travaux publics demeure un pari difficile.

Accroître la résilience

Voici les deux méthodes qui permettront au programme d’atteindre ses objectifs :

  • Accroître la capacité de la Bolivie à diminuer les effets négatifs des catastrophes naturelles et du changement climatique sur la vie de la population, les infrastructures et les activités économiques du pays.

  • Optimiser le système national RRC en matière de prévention, d’intervention et de rétablissement.

Le programme pourra parvenir à ses fins notamment à travers l’action des pouvoirs publics. Il s’agit de promouvoir la RRC et l’intégration de l’ACC à différents échelons du gouvernement ainsi que de créer des outils et d’encourager les municipalités à exercer une influence sur la politique locale, régionale et nationale. 24 municipalités ont prévu des fonds pour la RRC dans leur budget annuel. Elles ont également établi des cartes des aléas, effectué des analyses de risques et dressé des plans d’occupation des sols.

Le programme a obtenu nombre d’autres résultats

  • Sensibilisation de la population et diffusion d’informations fiables sur la RRC au sein de la société civile

  • Formation de techniciens autochtones

  • Augmentation du rendement par la réduction de l’impact du gel et de la grêle grâce aux mesures RRC

  • Conception et mise en œuvre sur le modèle participatif d’un modèle de transfert de risques (assurance agricole). Quelque 350 paysans ont été assurés contre les pertes agricoles dues aux aléas naturels.

Résultats attendus pour 2014

  • Les acteurs locaux comprennent et appliquent les mesures de réduction des risques de catastrophes et d’adaptation au changement climatique.

  • La production agricole des groupes les plus vulnérables et les plus défavorisés bénéficie d’une meilleure protection contre les catastrophes naturelles et le changement climatique.

  • Tous les programmes de la DDC en Bolivie intègrent les programmes RRC et ACC et sont moins vulnérables aux risques naturels.

  • Les institutions nationales responsables de la RRC, de l’ACC et des domaines apparentés parviennent mieux à mettre en œuvre leurs politiques.