De l’eau potable courante pour les réfugiés du camp d’Azraq en Jordanie

Projet terminé
De l’eau coule d’une conduite avec le camp de réfugiés d’Azraq en arrière-plan.
Dans le camp jordanien d’Azraq, l’Aide humanitaire de la DDC a procédé à l’installation de 35 kilomètres de conduites d’eau. Le réseau dessert des milliers de familles de réfugiés. © DDC

La Jordanie accueille plus de 600'000 réfugiés syriens sur son territoire. Le camp d’Azraq est le deuxième plus important du pays. Dans ce camp, l’Aide humanitaire de la DDC, en collaboration avec l’UNICEF,  construit un réseau de distribution d’eau. Des milliers de familles bénéficient d’un accès direct à l’eau potable. 

Pays/région Thème Période Budget
Jordanie
Eau
Eau potable et Services d'assainissement de base (WASH) (til 2016)
Conservation des ressources en eau
01.02.2016 - 30.06.2017
CHF 2'210'000

Le camp de réfugiés d’Azraq en Jordanie abrite quelques 35'000 réfugiés syriens, faisant de lui le deuxième plus grand du pays. Situé sur une plaine désertique à 90 kilomètres de la frontière avec la Syrie, il a été ouvert par les autorités jordaniennes en avril 2014. Géré par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), le site a été conçu pour accueillir jusqu'à 55'000 personnes.

Avec des températures caniculaires durant l’été, l’accès continu à l’eau potable est une priorité pour les habitants des lieux. Dans un premier temps, 40 à 50 camion-citernes se sont relayés pour acheminer l’eau depuis une source située à 50 kilomètres de là. L’opération était coûteuse puisqu’il fallait compter 4,30 CHF pour chaque mètre cube d’eau transporté. En août 2015, un nouveau forage effectué à 2,5 kilomètres du camp a réduit ce chiffre à 1.50 CHF. Mais avec une population résidente en augmentation constante, il devenait urgent de trouver un moyen plus efficace et moins onéreux pour garantir l’accès à l’eau potable.

L’eau potable jusque dans les habitations

L’organisation de soutien à l’enfance UNICEF dirige toutes les activités de l’ONU dans le domaine de l’eau et de l’assainissement au Moyen-Orient, dont celles qui concernent le camp d’Azraq. En automne 2015, l’ONG a signé un accord avec l’Aide humanitaire de la DDC qui a répondu à son appel pour la création d’un réseau de distribution d’eau courante à l’intérieur du camp. Des experts en eau et assainissement du Corps suisse d’aide humanitaire (CSA) ont été déployés sur les lieux pour concrétiser le projet. L’un d’eux a été mis à disposition de l’UNICEF.

La réalisation d’un second forage aux abords du camp avait pour objectif de diversifier les sources d’approvisionnement et de réduire la dépendance à un seul puit. La contamination de ce dernier aurait eu des conséquences désastreuses puisqu’elle aurait privé tous les habitants du camp d’eau potable. Ces sources ont ensuite été reliées au camp, grâce à l’entreposage de 35 kilomètres de conduites d’eau et de 214 robinets à l’intérieur du site. Des techniciens locaux ont aussi été formés pour assurer la maintenance des installations. 

Des économies permettant d’investir dans la formation

À la fin des travaux, en mai 2017, les camion-citernes ont cédé la place à un système d’approvisionnement capable de ravitailler les réfugiés en eau potable sans interruption. Le fait de ne plus recourir aux camions permettra d’économiser un million CHF par année en frais de transports. Cette somme sera investie dans des programmes de formation pour les réfugiés.

Le 19 mai 2017, le Conseiller fédéral Didier Burkhalter était  présent sur les lieux pour l’inauguration des installations, 18 mois après sa première visite dans le camp.  L’ensemble du projet a désormais été confié à l’UNICEF et au Ministère jordanien de l’eau et de l’irrigation.