PADE Décentralisation Education de base

Projet terminé

La finalité de la phase 3 est de contribuer à la mise en oeuvre d’un système d’éducation de base décentralisé, pertinent et de qualité pour tous dans trois régions conformément à l’axe prioritaire 1 du PRODEC. Les objectifs sont définis ainsi: 1) Les élus et les services techniques déconcentrés, avec l’appui des prestataires, gèrent le système éducatif de base avec efficacité et efficience. 2) Le Ministère en charge de l’éducation de base et ses services centraux intègrent des innovations sur des questions d’accès et de qualité.

Pays/région Thème Période Budget
Mali
Education
Enseignement primaire
Politique d'éducation
01.01.2010 - 31.12.2013
CHF 4'900'000

Une école de qualité pour tous les petits Maliens

Pour favoriser l’accès à école et améliorer sa qualité, la Suisse crée des programmes adaptés aux élèves déscolarisés et nomades. Elle renforce aussi la capacité des autorités locales et des parents qui s’engagent pour l’éducation de leurs enfants.

Aujourd’hui encore, près d’un petit malien sur deux ne termine pas le cycle primaire. Ceci s’explique en partie par le manque d’écoles, d’enseignants et de matériels didactiques, ainsi que par le peu de considération accordée aux savoirs locaux – aux langues locales dans les programmes scolaires, par exemple. C’est dire le nombre de jeunes qui n’atteindront jamais la formation professionnelle! En milieu rural, la situation est d’autant plus préoccupante que l’offre en matière de formation continue est quasi inexistante. Par ailleurs, le manque de compétences des élus dans ce domaine rend difficile la promotion d’une éducation de qualité.

Des élus au service de l’école

Afin de permettre aux acteurs locaux de mieux assurer leurs responsabilités, le programme d’Appui à la Décentralisation de l’Education, lancé en 2010 par la Direction du Développement et de la Coopération DDC, propose des formations sur les questions clé de l’éducation. Destinées aux élus, aux associations de parents d’élèves, ainsi qu’aux membres des comités scolaires, elles doivent permettre à près de 80 communes des régions de Sikasso, Mopti, et Tombouctou de proposer des initiatives éducatives adaptées aux besoins des communautés. Les élus y apprennent, en outre, à mener des actions de plaidoyer auprès de l’Etat et d’autres partenaires.

Des solutions pour les enfants déscolarisés et nomades

Le programme soutient également les enfants déscolarisés en leur offrant des cours accélérés qui leur permettent de réintégrer le système scolaire. Plus de 800 enfants âgés de 8 à 12 ans – dont près de 500 fillettes – ont déjà bénéficié de cette Stratégie de Scolarisation Accélérée, dont le taux de réussite dépasse les 90%. Quant aux enfants nomades, nombreux dans le delta du Niger, le programme met désormais à leur disposition des écoles mobiles, grâce auxquelles enseignants et mobiliers se déplacent au gré des transhumances. Le programme travaille en outre à rehausser le niveau des élèves en écriture et en calcul grâce à des appuis donnés par des personnes ressources de la communauté (élèves tuteurs, enseignants, etc.) Il prévoit aussi d’augmenter de 30% le nombre d’écoles au bénéfice de matériel didactique.