Une école de qualité pour tous les enfants maliens

Projet terminé
Des enfants sont assis derrière des bancs d’école installés sous une tente.
Réouverture d’une école à Tombouctou en 2013. © DDC © DDC

Le gouvernement du Mali a réaffirmé sa volonté d’améliorer en priorité la qualité de l’éducation. La DDC lui apporte son soutien sur deux points: augmenter la qualité de l’école primaire et décentraliser les offres éducatives. Trois régions périphériques du pays sont concernées. La DDC encourage également la création de programmes adaptés aux élèves déscolarisés et aux populations nomades. 

Pays/région Thème Période Budget
Mali
Education
Politique d'éducation
01.01.2014 - 31.12.2017
CHF 9'900'000

Près d’un élève malien sur deux ne termine pas le cycle primaire. Ceci s’explique en partie par le manque d’enseignants formés à assurer des classes bilingues, le peu de considération accordée aux savoirs locaux dans les programmes scolaires et au manque de matériels didactiques adaptés. La situation est d’autant plus préoccupante qu’après la crise politico-sécuritaire de 2012, plus de 800'000 enfants en âge d’être scolarisés ne sont aujourd’hui pas inscrits à l’école. Face à ces défis, la DDC soutient, depuis une dizaine d’années, un programme d’appui à la décentralisation de l’éducation.

Des communautés au service de l’école

Le programme contribue à rehausser le niveau des élèves en écriture et en calcul grâce à l’implication de personnes ressources issues des communautés (élèves tuteurs, enseignants). Plus globalement, la DDC et ses partenaires mobilisent toute une série d’acteurs concernés par l’éducation (collectivités territoriales, services techniques, communautés locales) pour qu’ils participent à la mise en place d’un système éducatif de base dans trois régions périphériques du pays. Ensemble, ils développent une vision commune de l’éducation puis, dans un deuxième temps, des solutions locales les plus adaptées aux besoins.

Afin d’impliquer les femmes dans les activités de l’école, des formations spécifiques leurs sont proposées. Ces femmes se mobilisent pour augmenter la proportion de femmes au sein des comités de gestion scolaire et d’associations de parents d’élèves.

Des solutions pour les enfants déscolarisés et nomades

L’engagement de la DDC au Mali permet également à des enfants déscolarisés de prendre part à des cours accélérés pour réintégrer le système scolaire et rattraper leur retard en une année. Environ 8000 enfants âgés de 8 à 12 ans – dont 52% de fillettes – ont déjà bénéficié de cette voie de scolarisation accélérée, où le taux de réussite dépasse les 90%. Pour les enfants nomades, nombreux dans le centre du pays, le programme financé par la DDC met à leur disposition des écoles mobiles. Les enseignants et les mobiliers se déplacent au gré des transhumances. A ce jour, plus de 1300 enfants issus des communautés nomades ont pu être scolarisés dans une cinquantaine d’écoles mobiles.

Au cas par cas, la DDC finance aussi la réhabilitation et l’équipement d’écoles endommagées par les conflits dans les régions situées au nord du pays. Grâce aux nouvelles infrastructures, 4500 enfants de Mopti, Tombouctou et Kidal ont repris le chemin de l’école.