Un développement urbain durable en Afrique du Sud pour un climat économique plus favorable


Un groupe de personnes est attablé devant la maquette d’une ville constituée de pièces colorées. Un homme, microphone à la main, désigne un élément de la maquette.
En Afrique du Sud, la Banque mondiale et le SECO forment les décideurs politiques pour un développement urbain inclusif et durable dans le pays. © SECO

Les villes concentrent 70 % de la production économique mondiale, d’où leur importance pour le développement de chaque pays. Le programme de développement urbain «Cities Support Program», soutenu par le SECO et la Banque mondiale en Afrique du Sud, aide huit municipalités à mettre en place une organisation inclusive, durable et économique de leurs villes.

Pays/région Thème Période Budget
Afrique du Sud
Politique économique et financière
Secteur privé et entrepreneuriat
Infrastructures et approvisionnement urbains
01.08.2015 - 31.07.2019
CHF 10'300'000

Le développement urbain est d’une importance capitale pour l’économie d’un pays: s’il se déroule bien, la ville devient intéressante pour les entreprises. Ceci conduit à investir dans de meilleures infrastructures, lesquelles rendent à leur tour la place économique encore plus attrayante. Les retombées sont positives pour la population. Le «Cities Support Program» du gouvernement sud-africain soutient ce cercle vertueux dans huit métropoles, où il encourage de manière ciblée une croissance urbaine durable et inclusive. 

Depuis la fin de l’apartheid, les villes sud-africaines enregistrent une forte croissance démographique. Au début, cette croissance s’est accompagnée d’une reprise économique, ce qui a accéléré le développement des villes. Or, cette urbanisation ne s’est que rarement produite de manière organisée, et la ségrégation spatiale pose aujourd’hui un problème majeur. Les couches les plus pauvres de la population, en particulier, vivent dans des quartiers qui ne sont guère raccordés à des systèmes d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées, et elles sont souvent éloignées de leurs lieux de travail. 

Dans les huit plus grandes villes d’Afrique du Sud, le «Cities Support Program», organisé sur place par le Ministère des finances sud-africain, s’engage à résoudre ces problèmes. La Banque mondiale et le SECO offrent leur soutien, tant par un apport financier que par leur expertise. 

Un développement urbain organisé grâce à la formation et à des équipes interdisciplinaires

Dans les villes sud-africaines, la planification organisée du développement urbain fait souvent défaut. L'origine en est un manque de coordination des processus administratifs: les responsabilités ne sont pas clairement établies et le contrôle du budget n’est guère possible. Les processus efficaces de planification et de budgétisation ont pour but: 

  • une croissance inclusive qui réduit la pauvreté,

  • des services de base accessibles à l'ensemble de la population et à l’économie,

  • une organisation urbaine qui favorise autant que possible la proximité géographique entre employés et employeurs, afin que les transports publics puissent être judicieusement organisés sur le plan économique et écologique. 

Afin d’atteindre ces objectifs, le «Cities Support Program» offre une formation au personnel municipal. Grâce à ces cours organisés par la Banque mondiale, les décideurs administratifs et politiques disposent d’un savoir-faire leur permettant d'organiser leurs villes de manière plus durable. Il peut s'agir par exemple d'implanter des entreprises de manière ciblée dans des quartiers spécifiques de la ville, et de prévoir une planification interdisciplinaire des services publics par différents départements.

Autre priorité, la transparence budgétaire: les villes rendent désormais compte de leur gestion financière sur un site Internet accessible au public, ce qui contribue à une planification financière urbaine claire et bien organisée. 

Une prise de décision éclairée pour une société inclusive 

Le développement urbain est géré au niveau national afin que les solutions profitent à l’ensemble du pays. Le Ministère des finances effectue des analyses de données rigoureuses, qui sont examinées au regard des progrès réalisés. Les bases de données examinées jusqu’au printemps 2018 portent, entre autres, sur les points suivants : 

  • Transport
  • Marché immobilier

  • Effets de l’urbanisation

  • Finances municipales

Ces analyses, visant à créer des conditions-cadres pour un bon climat économique, se focalisent principalement sur les petites et moyennes entreprises qui créent des emplois et réduisent la pauvreté dans les villes. L’une de ces analyses a, par exemple, engendré une discussion sur l’introduction d’un système de paiement électronique pour les transactions financières entre les entreprises et l’administration. Ces changements rendent la place économique plus attrayante et encouragent les entreprises à investir dans les villes sud-africaines ce qui, au final, bénéficie à la population.