Des paysans déplacés par la guerre se construisent de nouvelles perspectives économiques

Projet terminé
Scène de marché au Darfour, Soudan.
Le programme de reconstruction du PNUD met en contact les petits paysans avec des intermédiaires qui proposent leurs produits sur de plus grands marchés. © PNUD © UNAMID

Depuis plus de treize ans, les graves conflits qui font rage au Soudan contraignent les populations à fuir et anéantissent leurs ressources économiques. La DDC soutient un programme de reconstruction mené par les Nations Unies dans le pays afin d'améliorer notamment la situation économique des petits paysans.

Pays/région Thème Période Budget
Soudan
Aide humanitaire & RRC
Agriculture et sécurité alimentaire
Reconstruction et réhabilitation (till 2016)
Développement de la chaîne de valeur agricole (til 2016)
01.04.2016 - 31.12.2017
CHF 1'000'000

Selon les Nations Unies, jusqu'ici, les conflits armés opposant le gouvernement soudanais, l'opposition et des groupes ethniques ont contraint 3,1 millions de Soudanais à fuir leur région d'origine: 2,6 millions d’entre eux au Darfour, et plus de 550'000 dans les Etats soudanais du Kordofan du Sud, du Kordofan de l'Ouest ainsi que du Nil bleu. Durant les premiers mois de 2016, le nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays a encore augmenté en raison de nouvelles situations d'urgence, en particulier au Darfour.

La population soudanaise est tributaire de l'aide humanitaire, d'une part à cause de la guerre, d'autre part à cause des phénomènes naturels cycliques, tels que les sécheresses et les inondations, qui ont mené à de nombreux cas de carences alimentaires et de sous-alimentation.

En contribuant à des fonds humanitaires, la Suisse aide à financer rapidement des projets d'aide d'urgence. En parallèle, une aide à la reconstruction à plus long terme est nécessaire, étant donné que les moyens d'existence et les ressources de la population ont été annihilés. Dans cette perspective, le DDC contribue depuis 2011 au programme de reconstruction mis en place par le Programme des Nations Unies pour le développement au Darfour (Darfur Livelihoods and Recovery Programme).

L'un des volets de ce programme est l'intégration des petits paysans dans la chaîne de création de valeur. Un soutien est accordé pour que ces personnes puissent reconstruire leurs moyens de subsistance dans les secteurs économiques traditionnels, comme le miel, l'hibiscus, la cacahuète, le cuir ou les peaux.

 

Les apiculteurs améliorent leurs produits

La contribution suisse alimente, entre autres, le «projet de la chaîne de valeur du miel» du programme de reconstruction du PNUD. De 2011 à 2015, le nombre de familles d'apiculteurs regroupées en associations est passé de 52 à 3327. En 2015, plus de 2500 familles d'apiculteurs ont reçu un soutien pour améliorer leurs méthodes de production et leurs produits, accéder à de nouveaux marchés et aux services financiers, se familiariser avec les stratégies de marché et utiliser des produits dérivés, tels que la cire. Cela leur a permis d'augmenter le revenu de leur ménage.

Le programme de reconstruction du PNUD vise non seulement à garantir une existence aux petits paysans, mais aussi à consolider la paix. Ces deux aspects sont complémentaires: si les petits exploitants disposent de moyens de subsistance fiables, il y aura moins de conflits, notamment entre les nomades et les paysans sédentaires.

L'histoire d'Abdul-Aziz, l'apiculteur

A cause du conflit qui faisait rage dans son pays, Abdul-Aziz Mohammed Salih, un Soudanais de 50 ans, a dû quitter son village du centre du Darfour, Bindisi, avec sa femme et ses enfants. Il a trouvé refuge dans un camp pour personnes déplacées. Après quelques mois, il a décidé de retourner dans son village et de reprendre ses activités d'agriculteur et d'apiculteur.

En 2013, il a découvert le projet du PNUD consacré au miel et a participé à tous les modules de formation continue. Depuis, il produit davantage de miel et de cire, et prépare ses produits pour les vendre sur les marchés proches ou moins proches.

«Depuis que je me suis lancé dans l'apiculture à l'aide du projet de création de valeur et que je produis du miel et de la cire, je peux nourrir ma famille. Je vends mes produits sur le marché local et même plus loin, à Nyala, Khartoum et Omdurman», raconte Abdul-Aziz.

La priorité de la stratégie de coopération suisse 2013–2017 pour le Soudan est triple: sécurité alimentaire et moyens de subsistance; approvisionnement de base (santé, eau et installations sanitaires) et sécurité humaine (droits de l'homme). La DDC soutient des projets au Darfour, dans le Kordofan du Sud et dans l’Etat du Nil bleu. En cas de besoin, elle peut aussi rapidement déployer des activités dans d'autres régions.