Bosnie et Herzégovine : l’amélioration de la santé passe par les soins infirmiers


 Une infirmière est assise dans une salle de consultation.
Dans le centre de soin de Petrovo, cette infirmière utilise un nouveau dispositif à ultrasons et améliore ainsi les soins prodigués aux citoyens. © Imrana Kapetanovic for UNDP BiH.

En Bosnie et Herzégovine, les infirmiers et les infirmières représentent le plus grand groupe de professionnels de la santé. Proches des communautés, leur potentiel reste néanmoins sous exploité. Souvent responsables de tâches administratives plutôt que des soins et ayant peu de possibilités d’évolution de carrière, ils sont souvent attirés par de meilleures conditions de travail en Europe occidentale. Pourtant ce sont justement les soins infirmiers qui pourraient améliorer l’accès aux soins en milieu rural et au sein des communautés marginalisées.

Región/País Tema Período Presupuesto
Bosnia y Herzegovina
Salud
Educación
Fortalecimiento del sistema sanitario
Atención primaria de salud
Equipements scolaires et formation
01.12.2017 - 30.11.2021
CHF 5'125'000

Depuis 20 ans, les autorités de Bosnie et Herzégovine ont entrepris une réforme de la santé. Le programme suisse a certes permis d’améliorer les soins tout en baissant leurs coûts. Néanmoins, l’inégalité dans l’accès aux soins persiste. Le but du projet intitulé « Strengthening Nursing in Bosnia and Herzegovina » est de fournir des soins de haute qualité pour la totalité de la population qui en a besoin, y compris les personnes vulnérables et les personnes marginalisées. 

Les axes du projet soutenu par la DDC sont au nombre de trois :

  1. Réguler et valoriser la profession d’infirmiers et infirmières ;

  2. Améliorer la formation des infirmiers et des infirmières ;

  3. Augmenter et promouvoir les soins infirmiers au niveau communautaire.

Des résultats visibles

Lors de la première phase du projet, 1,3 million de personnes ont bénéficié de l’amélioration des soins dans les centres de soins de santé primaires et 45'000 personnes vulnérables, dont 60% de femmes, ont profité de services au niveau communautaire ou à domicile. En ce qui concerne la formation, 4 des 8 écoles de soins infirmiers existantes ont élaboré un programme d’enseignement conforme aux exigences de formation de l’Union Européenne et une école l’applique déjà. De plus, les infirmiers et infirmières sont maintenant inclus dans l’élaboration des politiques de réglementation des soins infirmiers même s’ils restent sous représentés. 

La deuxième phase du projet doit renforcer les résultats atteints jusqu’à présent pour les inscrire dans la durée. Le projet prévoit de fournir ses services à 12 communes supplémentaires, portant ainsi le chiffre à 22 communes. Cela permettra d’atteindre 2,2 millions de personnes. 

Les groupes qui bénéficieront directement ou indirectement de ces améliorations sont :

  • Les infirmiers et infirmières (approximativement 20'000 personnes dont 93% de femmes) ;

  • Les médecins qui, grâce à la délégation de certaines tâches, pourront diminuer leur charge de travail ;

  • Les patients, en particulier les groupes qui ont un accès limité aux soins de santé, comme les personnes vivant dans des régions reculées, les personnes âgées ou en situation de handicap, les chômeurs sans assurance, les mères célibataires et les minorités.

Une formation locale dont bénéficiera tout le pays

À la fin du projet, les infirmiers et les infirmières auront un rôle prépondérant dans la prestation des soins de santé et des salaires correspondant à leur formation et à leurs compétences. Ils auront un environnement de travail plus motivant qui les incitera à rester et à travailler au sein du système de santé de Bosnie et Herzégovine. Grâce aux services préventifs fournis par les infirmiers et infirmières, les coûts des traitements donnés par des spécialistes et les hospitalisations de personnes atteintes de maladies non transmissibles diminueront. Le système de santé du pays bénéficiera donc d’économies. Les groupes de population marginalisés amélioreront leur connaissance des comportements à adopter pour un mode de vie sain et seront en meilleure santé.

Des impacts globaux

Ce projet est en lien avec l’objectif 3 de développement durable des Nations Unies : permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge. Le projet est mené en coopération avec les Hôpitaux Universitaire de Genève (HUG). Il est également en lien avec d’autres projets de la DCC (par ex. Mental Health Project et Reducing Health Risk Factors).