Intervenants

Les personnes suivantes participeront à la Conférence annuelle de la coopération suisse au développement 2015 lors de tables rondes ou d'interventions:

Discours d’ouverture

© DFAE

Didier Burkhalter, Conseiller fédéral, Chef du Département fédéral des affaires étrangères

Licencié en sciences économiques de l'Université de Neuchâtel, Didier Burkhalter a exercé différentes fonctions académiques et dans l'économie privée. Depuis 1985, il est membre du Parti radical-démocratique (PRD), aujourd'hui Parti libéral-radical (PLR). Il a occupé le poste de secrétaire du PRD du canton de Neuchâtel et, à plein temps, celui de secrétaire romand au sein du secrétariat général du PRD Suisse. Didier Burkhalter a été conseiller général à Hauterive et membre du Grand Conseil neuchâtelois. En 1991, il a été élu au Conseil communal de la ville de Neuchâtel, dont il a été membre jusqu’en 2005 et qu’il a présidé à trois reprises. En 2003, Didier Burkhalter accédait au Conseil national, puis au Conseil des Etats en 2007. Le 16 septembre 2009, enfin, l’Assemblée fédérale élisait Didier Burkhalter au Conseil fédéral. En 2010 et 2011, Didier Burkhalter a dirigé le Département fédéral de l’intérieur, avant de prendre la tête du Département fédéral des affaires étrangères le 1er janvier 2012. En 2014, il a assumé la présidence de la Confédération de même que celle de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Discours

Edna Adan Ismail, fondatrice et directrice de l’Hôpital universitaire Edna Adan, Hargeisa, Somaliland
Edna Adan Ismail, fondatrice et directrice de l’Hôpital universitaire Edna Adan, Hargeisa, Somaliland © Edna Adan Ismail

Edna Adan Ismail, fondatrice et directrice de l’Hôpital universitaire Edna Adan, Hargeisa, Somaliland

Née en Somalie et de nationalité britannique, Edna Adan est la première femme somalienne à avoir étudié au Royaume-Uni. De retour dans son pays d’origine, elle y est devenue la première infirmière et sage-femme qualifiée. Edna Adan a occupé, au long de sa carrière, divers postes au sein de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En 2002, elle a fondé l’ « Hôpital Maternité Edna Adan » à Hargeisa, au nord du Somaliland, avec pour mission d’améliorer la santé des habitants des environs et de réduire le taux élevé de mortalité infantile et maternelle. Edna Adan a, en parallèle, successivement occupé les postes de ministre des Affaires sociales puis de ministre des Affaires Etrangères du Somaliland de 2003 à 2006. En 2012, elle fondait l’Université Edna Adan qui forme notamment des infirmières, des sages-femmes et des étudiants en santé publique. Elle est active et pionnière dans la lutte pour l’abolition des mutilations génitales chez les femmes. Ses réalisations l’ont conduite à recevoir de nombreux prix nationaux et internationaux.

Table ronde : Accès aux médicaments

Projet « Medecines for Malaria Venture »

Ann Aerts, présidente et directrice de la Fondation Novartis
Ann Aerts, présidente et directrice de la Fondation Novartis © Novartis Foundation

Ann Aerts, directrice de la Fondation Novartis

Titulaire d’une licence en médecine et d’un master en santé publique de l’Université de Louvain, en Belgique, Ann Aerts est également diplômée en médecine tropicale de l’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers. Auteure de nombreuses publications et membre d’organisations diverses, Ann Aerts a débuté sa carrière professionnelle en 1991 comme responsable de la santé d’un district en Angola. Elle a également travaillé comme médecin-urgentiste dans plusieurs pays d’Afrique. Ann Aerts a occupé la fonction de directrice du Département des services de santé au sein du Comité international de la Croix Rouge (CICR), avant d’assumer différentes responsabilités au sein de la société Novartis. Elle est aujourd’hui présidente et directrice générale de la Fondation Novartis. Cette dernière a pour mission d’accroître l’accès aux soins de santé des populations à travers le monde et d’éliminer des maladies, telles que la malaria ou la lèpre.

David Reddy, directeur de Medicines for Malaria Venture
David Reddy, directeur de Medicines for Malaria Venture © MMV

David Reddy, directeur de Medicines for Malaria Venture

Avant de devenir directeur de Medicines for Malaria Venture (MMV), en janvier 2011, David Reddy était vice-président de Roche, pharmaceutique sise à Bâle. David Reddy a à son actif vingt ans d’expérience de gestion dans l’industrie de la santé, en plus de connaissances pointues sur le plan scientifique. Docteur en biologie cellulaire et moléculaire de l’Université d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, il a complété sa formation en travaillant comme chercheur en neurobiologie moléculaire à l’Institut Friedrich-Miescher, à Bâle. Fondation à but non lucratif établie en 1999, Medicines for Malaria Venture a pour objectif de découvrir, développer et faciliter l’accès à de nouveaux médicaments contre la malaria. MMV s’engage pour éliminer et éradiquer cette maladie dans les pays qui y sont confrontés.

Alexander Schulze
Alexander Schulze © DDC

Alexander Schulze, spécialiste en santé globale, DDC

Alexander Schulze est spécialiste en santé globale à la Direction du développement et de la coopération (DDC). Avant d’occuper ce poste, Alexander Schulze a notamment travaillé au sein de la Fondation Novartis. Il est actif dans différents domaines de la santé, tels que l’accès aux soins de santé, la protection sociale en matière de santé ou le financement de la santé. Titulaire d’un doctorat, Alexander Schulze est né en Allemagne où il a étudié la sociologie du développement et l’anthropologie sociale, avant de réaliser une partie de son parcours universitaire en Norvège, puis de suivre un cursus post-universitaire sur les pays en voie de développement à l’Institut polytechnique fédéral de Zürich (EPFZ). Alexander Schulze a notamment travaillé au sein de la Fondation Novartis.

Discours

Hans Rosling, professeur de santé publique internationale, Institut Karolinska, Stockholm, Suède
Hans Rosling, professeur de santé publique internationale, Institut Karolinska, Stockholm, Suède © Gapminder

Hans Rosling, professeur de santé publique internationale, Institut Karolinska, Stockholm, Suède

Hans Rosling est professeur de santé publique internationale à l’Institut Karolinska à Stockholm. Il est aussi cofondateur et président de la fondation Gapminder, développeur du logiciel Trendalyzer, un programme qui convertit les statistiques internationales en graphiques animés. Spécialiste en santé publique et titulaire d’un doctorat, Hans Rosling a œuvré, au début de sa carrière, comme médecin dans le Nord du Mozambique. Il a découvert, en 1981, une résurgence du « konzo », maladie paralysante qu’il étudiera pendant vingt ans dans les régions rurales d’Afrique. Hans Rosling a également cofondé la section suédoise de Médecins sans Frontières et a officié comme conseiller pour la santé auprès de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’UNICEF.

Discussion: Accès aux informations pour les jeunes

Projet « Youth Friendly Health Services » - Moldavie

Erika Placella, spécialiste en santé publique pour l’Europe de l’Est et Asie centrale, DDC
Erika Placella, spécialiste en santé publique pour l’Europe de l’Est et Asie centrale, DDC © Medicus Mundi Suisse/Schweiz

Erika Placella, spécialiste en santé publique pour l’Europe de l’Est et Asie centrale, DDC

Titulaire d’un master en histoire et géographie, Erika Placella s’est par la suite spécialisée en santé publique et a obtenu, entre autres diplômes, un certificat en santé publique à l’Université de Genève. Erika Placella est conseillère en santé pour l’Europe de l’Est et l’Asie centrale à la DDC depuis janvier 2014. Elle est, en parallèle, consultante pour diverses organisations, parmi lesquelles le HCR. De 2011 à 2013, Placella a été responsable des programmes internationaux de l’organisation Médecins du monde Suisse.

Table ronde : Accès aux soins de santé de base

Projet assurance santé pour tous - Tanzanie

Jacqueline Matoro
Jacqueline Matoro © Jacqueline Matoro

Jacqueline Matoro, spécialiste en santé publique, Tanzanie, DDC

Titulaire d’un master en santé publique de l’Université de Londres, Jacqueline Matoro est également diplômée d’un master en études du développement obtenu en Irlande. Elle occupe le poste de spécialiste en santé publique pour la Tanzanie au sein de la DDC depuis 2004. Jacqueline Matoro a à son actif plus de quinze ans d’expérience dans le domaine de la santé. Avant de rejoindre la DDC, Jacqueline Matoro a occupé le poste de cheffe de projets pour plusieurs programmes menés par l’USAID (Agence des Etats-Unis pour le développement international) en Tanzanie, notamment dans le domaine du HIV ou de la responsabilité sociale.

Susanne Amsler, spécialiste en santé globale, DDC
Susanne Amsler, spécialiste en santé globale, DDC © Susanne Amsler

Susanne Amsler, spécialiste en santé globale, DDC

Avant de se spécialiser en santé globale par diverses formations, Susanne Amsler a obtenu un master en sciences sociales à l’Université de Lausanne. Susanne Amsler a débuté sa carrière comme assistante et collaboratrice de divers projets au Mali, en Tanzanie et en Suisse. De 2009 à 2011, elle a travaillé comme cheffe de projet junior pour l’ONU à Zanzibar, en Tanzanie. De retour en Suisse, Susanne Amsler est devenue chargée de programme au sein de la Division Afrique orientale et australe de la DDC.

Ntuli Angyelile Kapologwe
Ntuli Angyelile Kapologwe © Ntuli Angyelile Kapologwe

Ntuli Angyelile Kapologwe, regional medical officer, Tanzania

Ntuli Angyelile Kapologwe est diplômé d’un master en santé publique de l’Université de Tumaini, en Tanzanie. De 2013 à 2015, Ntuli Angyelile Kapologwe a étudié à l’Institut Tropical et de Santé Publique Suisse (TPH), à Bâle, en Suisse, où il a obtenu un MBA en gestion de santé internationale. Depuis février 2014, il occupe le poste de « regional medical officer » à Shinyanga, au centre-nord de la Tanzanie. De 2010 à 2014, Ntuli Angyelile Kapologwe était « district medical officer » pour le district de Bahi, près de la capitale Dodoma. Parallèlement, il est membre de plusieurs comités aux niveaux national et international.

Discours de clôture

Manuel Sager, Ambassadeur, Directeur de la DDC
Manuel Sager, Ambassadeur, Directeur de la DDC © DDC

Manuel Sager, Ambassadeur, Directeur de la DDC

Manuel Sager a obtenu un doctorat en droit à l’Université de Zürich et un « Master of Laws » aux Etats-Unis. Manuel Sager a entamé sa carrière diplomatique au DFAE en 1988, devenant chef de la Section Droit International humanitaire à la Direction du droit international public (DDIP) en 1993, avant d’occuper différents postes en Suisse et aux Etats-Unis. Il a notamment officié comme directeur exécutif, avec titre d’ambassadeur, à la Banque européenne pour la reconstruction et le développement de 2005 à 2008, puis comme ambassadeur de Suisse aux Etats-Unis de 2010 à 2014. Manuel Sager est directeur de la DDC depuis novembre 2014.

Documents