Le Musée national de Zurich consacre une exposition à l’exil

Article, 28.10.2016

L’exposition «Fuir» ouvre ses portes au Musée national de Zurich le 29 octobre 2016. Elle donne aux visiteurs un aperçu de ce que signifie abandonner sa maison, sa famille, son travail et sa patrie. La DDC participe à l’exposition.

Une femme porte un enfant dans ses bras dans un camp de réfugiés syrien.
L’exposition «Fuir» présente la réalité des hommes et des femmes sur le chemin de l’exil et donne aux visiteurs un aperçu de ce que signifie abandonner sa maison.

L’exposition «Fuir» ouvre ses portes au Musée national de Zurich le 29 octobre 2016. Elle donne aux visiteurs un aperçu de ce que signifie abandonner sa maison, sa famille, son travail et sa patrie. La DDC participe à l’exposition. 

Le nombre de personnes ayant dû fuir de chez elles est estimé aujourd'hui à plus de 65 millions à travers le monde. Il n'a jamais été aussi élevé depuis la Seconde Guerre mondiale. L’exposition «Fuir» présentée au Musée national de Zurich illustre cette thématique selon différentes perspectives. Au moyen de biographies éloquentes notamment, elle permet aux visiteurs de se faire une idée du parcours que doivent emprunter les réfugiés. Dans une installation vidéo, le réalisateur Mano Khalil, lui-même ancien réfugié, donne à voir les différentes étapes de cette fuite vers l’inconnu. 

L’exposition «Fuir» apporte également un éclairage sur l’engagement de la Suisse et l’aide internationale, explique les bases juridiques internationales et évoque les lacunes dans la protection des personnes concernées. Elle montre en outre en quoi l’issue de la procédure d’asile en Suisse détermine l’avenir des personnes en quête de protection. 

Cette exposition est un projet commun de la DDC, de la Commission fédérale des migrations (CFM), du Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) et du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

La Suisse offre des perspectives sur place

© DFAE

Les statistiques du rapport du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés parlent d'elles-mêmes: 
 

 

  • 65,3 millions de personnes dans le monde ont fui leur foyer. En comparaison, la Suisse compte 8,3 millions d’habitants;

  • chaque minute, 24 personnes sont contraintes de quitter leur maison à travers le monde;

  • plus de la moitié des réfugiés sont des enfants;

  • en moyenne, les réfugiés vivent en situation précaire pendant 17 ans, durant lesquels tout retour et toute intégration sont impossibles.

L’aide humanitaire ne rend pas aux déplacés ou aux réfugiés leur ancienne vie, mais leur permet de ne pas mourir de faim et de soif. La Suisse leur offre la perspective à long terme, dont ils ont besoin pour eux-mêmes comme pour leurs enfants, de pouvoir mener une vie digne. 

Vidéo

Offrir des perspectives sur place, diaporama (PDF, Nombre de pages 169, 9.1 MB, Allemand)

Politique extérieure en matière de migration: plusieurs départements impliqués

Mise en place par le Conseil fédéral en 2011, la structure interdépartementale pour la coopération migratoire internationale (IMZ) coordonne la politique extérieure de la Suisse en matière de migration. Outre le DFAE, y participent notamment le Secrétariat d’État à l’économie (SECO), le Département fédéral de justice et police (DFJP), l’Office fédéral de la police (fedpol), ainsi que le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR). 

Eduard Gnesa, ambassadeur extraordinaire chargé de la collaboration internationale en matière de migrations, représente la Suisse dans les instances bilatérales et internationales.

Liens

Actualités