Mossoul: la Suisse appelle toutes les parties au conflit à protéger la population et renforce son assistance en Iraq

Communiqué de presse, 01.06.2017

Sept mois après le début de l’offensive pour libérer Mossoul, les forces iraquiennes buttent contre le dernier retranchement du groupe autoproclamé «Etat Islamique» dans la ville, qui est aussi le plus dense quartier où résideraient encore 250'000 civils. Les combats s’annoncent très violents et la situation humanitaire dramatique. La Suisse appelle à un respect du droit international humanitaire, un accès humanitaire rapide et sans entraves ainsi qu’à un maintien des efforts pour assister la population iraquienne, y compris au-delà de l’offensive sur Mossoul.

Depuis sept mois, les habitants de Mossoul subissent les affrontements entre d’un côté les forces iraquiennes appuyées par la coalition internationale et de l’autre côté le groupe autoproclamé «Etat Islamique» (EI) qui contrôle la ville depuis 2014. A ce jour, plus de 750'000 personnes ont fui la ville à la suite des conflits. L’assaut qui débute sur le dernier quartier tenu par l’EI fait l’objet d’une grande préoccupation humanitaire. Composé de petites ruelles, ce quartier densément peuplé est devenu un piège pour les quelque 250'000 civils, exposés aux tirs croisés, snipers et engins explosifs et privés de voies sécurisées pour quitter la ville. La Suisse appelle toutes les parties au conflit à respecter le droit international humanitaire, en particulier les principes de distinction, proportionnalité et précaution relatifs à la conduite des hostilités, et à tout mettre en œuvre pour protéger la population civile. La Suisse appelle également ces mêmes parties au conflit à assurer un accès humanitaire rapide et sans entraves à tous les civils dans le besoin.

Au-delà de l’offensive militaire actuelle sur Mossoul et sur l’EI, une préoccupation tout aussi grande porte sur les plus de trois millions de déplacés à l’intérieur du pays qui – malgré les efforts des organisations humanitaires et des autorités iraquiennes – souffrent d’un grand manque de sécurité autant que d’assistance et sont forcés à des déplacements multiples.

En réponse à cette nouvelle situation, la Direction du développement et de la coopération (DDC) a décidé de débloquer un million de francs supplémentaires pour soutenir les actions d’organisations non gouvernementales en matière de protection et d’accès à l’eau dans les zones où l’assistance est très insuffisante. De plus, elle s’apprête à déployer un expert du Corps suisse d’aide humanitaire auprès du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) afin de renforcer les efforts de protection. Outre l’assistance humanitaire, la Suisse continue son soutien à la diffusion du droit international humanitaire – y compris auprès d’acteurs armés non-étatiques – ainsi qu’aux efforts de promotion de dialogue entre les différentes communautés iraquiennes.

Avec ces dernières mesures, l’engagement de la Suisse pour la crise iraquienne s’élève désormais à plus de 40 millions de francs depuis le début de cette dernière crise en 2014.


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères