Une meilleure intégration sur le marché du travail grâce à des services publics de l’emploi renforcés

Projet terminé
A l’occasion de la foire de l’emploi à Tuzla, des jeunes optiennent des informations pour la recherche d’emploi.
A l’occasion de la foire de l’emploi à Tuzla que le projet a réalisé en collaboration avec une agence pour l’emploi privée, des jeunes optiennent des informations pour la recherche d’emploi. © DDC

Le projet pour l’emploi des jeunes YEP (Youth Employment Project) vise une meilleure intégration sur le marché du travail des jeunes, notamment issus de milieux sociaux défavorisés. Réalisé en étroite collaboration avec les services publics de l’emploi renforcés, il s’attache à améliorer leurs performances et notamment leur capacité à placer les jeunes sur le marché du travail, tout en influençant positivement la politique nationale en matière d’emploi des jeunes.

Pays/région Thème Période Budget
Bosnie et Herzégovine
Emploi & développement économique
Education
Création d'emplois
Politique d'éducation
Facultés quotidiennes de base
01.10.2011 - 31.03.2016
CHF 3'600'000

Une situation de départ difficile: taux de chômage des jeunes élevé, structure politique complexe, services publics pour l’emploi très peu efficaces et profonde démotivation des jeunes.


En Bosnie et Herzégovine, près de 60% des 15-24 ans n’ont pas d’emploi. Les prestations des services publics compétents, très limitées, ne sont pas adaptées à la situation nationale et ne tiennent pas compte des besoins des jeunes au chômage. Premières victimes de ces dysfonctionnements, les jeunes issus de milieux défavorisés n’ont pas accès à des mécanismes d’aide adéquats, ce qui complique encore leur insertion sur le marché du travail.

Si les services publics sont si peu efficaces, c’est d’une part en raison du manque de ressources en personnel, qui entraîne une surcharge de tâches administratives, et d’autre part à cause de la structure politique complexe du pays, qui complique les processus et freine les efforts: pas moins de treize organes institutionnels sont impliqués dans la gestion des problèmes liés à l’emploi, et ce aux niveaux du pays, des entités et des cantons.
En conséquence, les jeunes ne font pas confiance au système et à ses institutions. Ils perdent espoir, sont démotivés et deviennent de plus en plus passifs.

Dans sa phase actuelle, le projet YEP met l’accent sur les services publics de promotion de l’emploi.


Pour toutes les raisons susmentionnées, il est important d’améliorer l’efficacité et la performance des services publics pour l’emploi, afin d’endiguer le chômage en général, et d’améliorer l’accès des jeunes au marché du travail en particulier.

Dans sa phase précédente, le projet s’était concentré sur diverses interventions à petite échelle au niveau local, mises en œuvre avant tout par des ONG et des services de placement privés. Maintenant, il cherche à avoir un impact sur le système dans son ensemble. C’est pourquoi il place les services publics au centre de sa phase actuelle. Il s’agit de mettre l’accent sur les bureaux de placement des régions rurales, afin de faciliter l’accès au marché du travail des personnes qui ont plus de difficultés à bénéficier d’aide et sont souvent au chômage pour de longues périodes.

Le projet vise donc à améliorer l’entrée sur le marché du travail des jeunes, notamment issus de groupes de population défavorisés, et à réaliser en particulier les trois objectifs suivants:

  1. renforcer les capacités des services publics pour l’emploi, en améliorant leur gestion interne et de leur aptitude à trouver des emplois correspondant aux candidats;
  2. aider les jeunes issus de milieux défavorisés, en particulier les chômeurs de longue durée en zone rurale, à trouver un emploi grâce à différents instruments et initiatives développant leur capacité d'insertion professionnelle;
  3. influer de manière positive sur la politique de l’emploi des jeunes en faisant en sorte que le pays accorde davantage d’importance à cette question et en sensibilisant le public-cet objectif est crucial pour assurer des résultats durables.

Combiner des approches ascendantes et descendantes, au travers de mesures innovantes développées au niveau local, en collaboration avec des décideurs de haut niveau.


D’une part, le projet s’inscrit dans une collaboration étroite avec les bureaux de placement locaux afin d’introduire, avec le soutien d’ONG et d’agences de placement privées, des approches innovantes dans le cadre de phases pilotes et d’étendre ensuite ces mesures à l’échelle nationale. La mise en place de bureaux de placement modèles et de mesures d’amélioration des performances ou la création d’un réseau de clubs de l’emploi (voir ci-dessous) doivent permettre d’optimiser les pratiques des services publics.

D’autre part, le projet s’adresse aussi aux directeurs des services publics pour l’emploi et aux décideurs afin de promouvoir un réel changement politique et de développer de nouvelles stratégies. Il déploie ainsi des mesures au niveau national, notamment avec la création de forums de l’emploi (voir ci-dessous) et l’organisation de visites d’étude et de campagnes de sensibilisation.

De bons résultats grâce à l’engagement fort des services publics


Sur la base du travail réalisé lors de la première phase du projet, les services publics pour l’emploi s’engagent maintenant résolument à développer leurs capacités et à améliorer leurs performances. Grâce à cette collaboration féconde et à certaines mesures prises en amont, on observe déjà de bons résultats au cours de la première année de la seconde phase:

  • un réseau de seize pôles de l’emploi a été mis en place dans le pays (il s’agit là d’une mesure active focalisée sur le chômage à long terme), et le profil de chef de club de l’emploi a été ajouté aux organigrammes des services publics;
  • deux bureaux de placement ont été repérés pour faire office de bureaux modèles, où les pratiques de travail, la gestion interne et l’infrastructure seront améliorées pour répondre aux normes internationales; ces bureaux seront une référence sur laquelle les autres services pourront se baser pour se développer;
  • le premier forum de l’emploi pour les jeunes a été organisé en collaboration avec des ONG soutenant les jeunes; il a mis l’accent sur les bonnes pratiques et a présenté des témoignages sur des parcours réussis; il a attiré un nombre important d’acteurs de Bosnie et Herzégovine et a permis de sensibiliser différents groupes de personnes à cette problématique.

Principale leçon tirée: un contexte institutionnel complexe nécessite des mesures spécifiques à tous les niveaux


En Bosnie et Herzégovine, il est nécessaire de travailler avec les institutions de tous les niveaux et de tenir compte de leurs spécificités. Si cette leçon tirée notre expérience ne concerne pas uniquement le projet YEP, ni ce pays en particulier, il s’avère que dans un contexte institutionnel si complexe, développer des relations avec les institutions aux niveaux du pays, des entités et des cantons est essentiel pour garantir le succès et l’efficacité des interventions.