Tchad

La politique extérieure suisse au Tchad vise à diminuer la fragilité aiguë par la réduction de la pauvreté, l’amortissement des chocs humanitaires induit par des conflits armés et des sècheresses et la promotion de la paix. Ces objectifs sont réalisés à l’aide de trois instruments de politiques étrangères que sont la coopération au développement, la politique de paix et l’aide humanitaire. La Coopération internationale suisse, dont le Tchad est un pays prioritaire, concentre ses activités dans les domaines de l’éducation de base et la formation professionnelle, de l’agriculture et la sécurité alimentaire, ainsi que de la citoyenneté, la paix et la prévention de la violence. L’égalité des genres et la bonne gouvernance sont des thèmes transversaux promus au travers de toutes les activités.

Carte du Tchad
© DFAE

Le Tchad est un Etat fragile avec un haut niveau de pauvreté. En 2017, le pays est classé 186ème sur 188 selon l’indice du développement humain des Nations Unies et la chute du prix du pétrole a conduit le pays à une profonde crise économique. Les espaces de dialogue et de participation citoyenne sont limités par l’omniprésence du contrôle de l’Etat. Le taux d’analphabétisme est estimé à 78%, et près de 3.5 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire. Les services de base sont de faible qualité dans un Etat où la croissance démographique est de 3.6% et où l’agenda sécuritaire demeure une priorité pour le gouvernement qui étouffe les investissements dans les secteurs sociaux et économiques.

La Suisse vise à accompagner le Tchad vers une diminution de la fragilité en atteignant à terme un développement durable qui garantit la sécurité alimentaire, augmente la qualité de l’éducation, et permet une meilleure gouvernance et décentralisation des services publics de base. La Coopération suisse agit tant à l’échelon national, régional et local et concentre ses activités de coopération dans six régions du nord-est, centre et sud du Tchad.

Citoyenneté, paix et prévention de la violence 

Dialogue politique et renforcement de la gouvernance des services de base

Dans le contexte fragile du Tchad et de la sous-région, la consolidation de la paix est prioritaire. La Suisse renforce les mécanismes de résolution des conflits. Elle soutient des actions en faveur d'un dialogue national, en particulier avec la création d’espaces de dialogue permettant de reconstruire la confiance entre les acteurs politiques et la société civile.

L’Etat de droit est également renforcé à travers la valorisation des accords locaux pour améliorer la cohésion sociale des communautés en situation de conflit et pour l’utilisation harmonieuse des terres et de l’eau. En termes de renforcement de la gouvernance des services de base, la Coopération suisse se focalise sur le secteur de la santé et dans la planification et l’utilisation des ressources hydriques. Elle a notamment permis à 55'000 personnes, dont 50% de femmes, d’adhérer à des mutuelles de santé.

Citoyenneté, paix et prévention de la violence 

Éducation de base et formation professionnelle

Amélioration de la qualité de l’éducation

La Coopération suisse participe activement au dialogue politique concernant l’éducation à travers son rôle de chef de file des partenaires techniques et financiers (PTF). Elle vise le renforcement de la qualité de l’éducation et contribue à développer des offres éducatives adaptés aux besoins des groupes marginalisés. A titre d’exemple, l’enseignement dans la langue maternelle des enfants a conduit à une nette amélioration de leur apprentissage. La Coopération suisse soutient également le développement de dispositifs de formation professionnelle innovants et diversifiés qui permettent aux jeunes et aux femmes d’acquérir des compétences facilitant leur insertion socioéconomique.

Éducation 

Agriculture et sécurité alimentaire

Diversification de la production et amélioration des revenus des ménages ruraux

La Coopération suisse a pour objectif de garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle à travers des systèmes agro-pastoraux durables. Elle soutient l’amélioration de la connaissance et de la gestion des ressources en eau, ce qui a permis d’augmenter les revenus des producteurs et productrices dans les vallées aménagées. Elle soutient la sécurisation de l’élevage pastoral et appuie l’application d’un cadre légal favorable au développement des filières agricoles, à l’image de la loi sur les semences. La redynamisation des filières de karité et d’arachides est également soutenue et a permis aux exploitations familiales de doubler leurs revenus.

Agriculture et sécurité alimentaire 

Instruments de la coopération suisse au Tchad

Synergie entre l’aide au développement, l’aide humanitaire et la politique de paix

La Suisse apporte son soutien au Tchad avec la présence simultanée et coordonnée de l’aide humanitaire, de l’aide au développement et de la promotion de la paix et des droits humains. Cette complémentarité permet d’augmenter l’efficacité de l’aide et est déterminante pour l’accompagnement du pays vers la réduction de la fragilité. Cette approche pourra se traduire, par exemple, par l’inclusion des populations déplacées dans les chaînes de production de semences et par l’achat des organisations humanitaires de semences produites par des paysans locaux.

Les trois instruments de la coopération suisse au Tchad sont complémentaires et des synergies sont recherchés entre eux. L’aide humanitaire intervient dans les domaines de la sécurité alimentaire, les mouvements de population (protection et intégration) et les urgences sanitaires. La Division Sécurité Humaine (DSH) se focalise sur la prévention et la résolution de conflits, le dialogue politique, social, intra et interconfessionnel et la prévention de l’extrémisme violent. Quant à la Coopération sud, elle travaille dans les domaines de l’éducation et de la formation professionnelle, de la gouvernance et du développement rural.

Approche et partenaires

Dans le cadre de la Stratégie 2018-2021, les programmes suisses sont mis en œuvre par des ONG et entreprises nationales ou internationales recrutés par appels d'offres international et réalisés en étroite collaboration avec les services gouvernementaux et les autorités locales concernés. Les principaux partenaires sont les suivants :

  • ONG Suisses : Enfants du Monde, Caritas, Swissaid, Swisscontact

  • Recherche : Institut tropical et de santé publique suisse (Swiss TPH), Centre d’Hydrogéologie et de Géothermie de l’Université de Neuchâtel (CHYN), Consortium des Universités et Instituts Tchadiens (CUIT), Institut tchadien de la recherche agronomique pour le développement (ITRAD)

  • Gouvernement : ministères, autorités régionales/locales

  • ONG tchadiennes : par exemple Centre de Support en Santé Internationale, Bureau d’études COSSOCIM

  • ONG et agences internationales : par exemple CIDR, CIRAD, CA 17 International, GIZ

  • Organisations multilatérales : par exemple UNICEF, FAO, CICR, OMS, UNHCR, UNOCHA, PAM

  • Donateurs bilatéraux : agences publiques de développement (Allemagne, France), 

Stratégie : Principe de travail et approche