De meilleurs services publics dans quatorze communes du Bénin


Une femme serre la main d’un homme devant une pancarte laissant apparaître le logo de la Suisse et le nom des deux mairies impliquées dans la construction d’un pont.
Inauguration d’un pont en dur, reliant deux communes du nord du Bénin. L’ouvrage garantit le passage du trafic lors de fortes crues. © DDC © SDC

L’effort de décentralisation des services publics au Bénin va de l’avant. La DDC concentre ses activités en la matière dans deux départements du pays. Depuis 2008, date du lancement du premier programme d’appui, les avancées observées sur le terrain ont été significatives.

Pays/région Thème Période Budget
Bénin
État de droit - démocratie - droits de l’homme
Décentralisation - gouvernance locale - démocratisation (y compris redevabilité)
01.01.2017 - 31.12.2020
CHF 6'800'000

Il est des processus dont les progrès ne peuvent se mesurer que sur plusieurs années, voire des décennies. La décentralisation des services publics en fait partie. Au Bénin, c’est patiemment et prudemment que la DDC a accompagné depuis 2008 un des douze départements du pays, le Borgou, dans la mise en place de structures de décision et d’action locales.

Au vu des résultats positifs engrangés sur le terrain, la DDC étend depuis janvier 2017 son «Programme d’appui au secteur de la gouvernance locale et de la décentralisation» à un deuxième département, celui de l’Alibori, toujours dans le nord du pays.

Ce faisant, la DDC contribue concrètement à la volonté exprimée par le gouvernement du Bénin de responsabiliser davantage les autorités locales au niveau des communes.

Démocratie locale et participation des femmes à la politique

Photo d’une banderole indiquant «Finis! Les noyades, les difficultés d’accès aux hôpitaux et les blocages des activités agricoles et commerciales pendant les hautes eaux.»
Le programme d’appui à la décentralisation de la DDC encourage activement la collaboration intercommunale. © SDC

Garantir à la population l’accès à des services publics décentralisés de qualité dépend de plusieurs facteurs. L’activation de mécanismes de démocratie locale, premièrement, assure que les autorités locales sont redevables de leurs actions.

Dans cette perspective, la DDC a soutenu l’émergence de «cellules de participation citoyennes» habilitées à suivre les délibérations des conseils communaux. Avant les élections communales de juin 2015, elle a encouragé l’organisation de débats contradictoires sur les radios locales. Le soutien particulier accordé aux candidatures féminines a également porté ses fruits: une femme occupe actuellement la fonction de maire de commune, trois sont devenues premières adjointes au maire et six cheffes d’arrondissement.

Ressources financières

La mobilisation de ressources financières locales constitue la deuxième condition impérative. Dans un contexte où la part du budget général de l’Etat affectée aux communes connaît une faible évolution (2,08% en 2013, 3,21% en 2015), la DDC a accompagné l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie de captation de ressources locales dans les huit communes du département de Borgou.

Concrètement, l’officialisation de 150 entreprises locales jusque-là informelles a eu pour conséquence de les faire contribuer au développement local via le paiement de taxes et d’impôts. Les entreprises en question peuvent, de leur côté, participer à des appels d’offres devenus entretemps plus transparents.

Entre 2012 et 2016, les communes du Borgou ont vu leurs ressources propres augmenter de 35% en moyenne. Pendant ce temps, l’Association nationale des communes du Bénin continue de s’activer pour qu’à terme, 15% du budget général de l’Etat soit directement alloué aux communes.

Renforcement des capacités

Troisièmement, le renforcement des capacités des structures décisionnelles locales est essentiel pour que les habitants des villages profitent directement de réalisations concrètes. Dans la pratique, certaines communes privilégient encore trop des actions politiques au détriment du développement socio-économique de leurs territoires. D’où l’importance de promouvoir des espaces de dialogue où les communautés locales puissent faire entendre leurs besoins.

En parallèle aux autorités communales, la DDC développe un partenariat étroit avec les associations de communes des départements du Borgou et de l’Alibori. Celles-ci endossent la responsabilité de projets réalisés à l’échelle intercommunale. Donner à ces associations un rôle central dans la planification et l’exécution des activités garantit la pérennité de ces dernières.

A ce jour, le programme financé par la DDC a permis la réhabilitation et l’équipement en matériel de 42 modules de classe ainsi que de 23 centres de santé. Plusieurs ponts et nouveaux tronçons de piste ont vu le jour. D’ici à 2020, la DDC accompagnera une professionnalisation des services d’état civil, à la demande des autorités locales.

Dans le domaine de l’aménagement du territoire, enfin, la DDC entend aider les communes à élaborer des schémas directeurs et des plans d’urbanisme à même d’attirer des entreprises créatrices d’emplois. Dotés de meilleurs outils de planification, les quatorze communes du Borgou et de l’Alibori pourront également mieux faire face aux contraintes démographiques et climatiques propres à la région. Concrètement, plusieurs mesures peuvent être prises pour atténuer les conséquences de catastrophes naturelles récurrentes, telles que les inondations, les périodes de longue sécheresse ou encore les invasions d’insectes.