Ukraine: vers un système de santé plus performant


Une femme est en consultation chez une médecin.
Les réformes en cours dans le secteur de la santé devraient permettre, à terme, à toute la population d’avoir accès à des services de santé de qualité. © DDC

Ce projet vise à renforcer les compétences et capacités du Ministère de la Santé ukrainien afin de piloter au mieux les réformes en cours dans ce secteur. Il s’agit notamment de mieux définir les priorités et d’élaborer et mettre en œuvre des politiques publiques qui répondent aux besoins sanitaires spécifiques de la population.

Pays/région Thème Période Budget
Ukraine
Santé
Renforcement des systèmes de santé
01.12.2015 - 30.11.2019
CHF 1'850'000

Malgré quelques progrès, l’état général de santé de la population ukrainienne reste préoccupant. En moyenne, les Ukrainiens vivent onze ans de moins que les autres européens. Cela est en partie dû à un système de santé qui souffre de nombreux dysfonctionnements et nécessite de profonds changements structurels. Un vaste processus de réformes avait été entamé, mais le conflit qui a éclaté à l’Est du pays en 2014, y a mis un frein. Le nouveau gouvernement semble toutefois résolu à remettre en marche le train des réformes. Signe de cette volonté renouvelée, la « Stratégie nationale de réforme de la santé pour l’Ukraine 2015-2020 » (National Health Reform Strategy for Ukraine) a été finalisée en février 2015.

Remanier entièrement le secteur de la santé représente un énorme défi pour le ministère en charge de ce domaine. Il s’agit également d’une occasion unique de prendre des décisions stratégiques afin de rendre le système plus en phase avec les besoins de la population et ainsi contribuer à l’amélioration de son état de santé général. C’est pourquoi la Suisse a décidé de soutenir les autorités sanitaires ukrainiennes dans leurs efforts. Le programme s’efforce de mettre en avant la nécessité de développer les services de santé primaire et la prévention des maladies non transmissibles telles que le diabète ou les maladies cardiovasculaires.

Une coordination plus efficace

Ce projet vise à renforcer les capacités du Ministère de la Santé à élaborer et mettre en œuvre des réformes portant sur un meilleur accès à des services de santé de qualité pour toute la population. A cet effet, des programmes de formation en gestion des services de santé seront notamment organisés.

Il est également important que le Ministère de la Santé assure une coordination efficace entre les différents acteurs de la réforme du système de santé. Pour ce faire, le projet - soutiendra la mise sur pied d’une plateforme nationale pour le dialogue politique. Cette structure permettra à tous les acteurs concernés de coordonner leurs efforts et de développer des synergies pour une meilleure complémentarité des interventions. Seront amenés à collaborer au sein de cette plateforme non seulement les autorités sanitaires aussi bien nationales que locales et régionales, une coalition de donateurs dont la Suisse fait partie, mais aussi des membres de la société civile.

Des politiques publiques adaptées aux besoins

Un autre axe du projet concerne plus directement le contenu des réformes et vise à s’assurer que le Ministère de la Santé dispose d’informations pertinentes pour prendre ses décisions. Pour mettre en place des politiques publiques adaptées aux besoins réels de la population, il faut d’abord connaître ces besoins. La DDC soutiendra donc plusieurs initiatives et études ayant pour but de récolter des données sur l’état de santé de la population ; par exemple, quel est le taux de prévalence du diabète dans un groupe de population spécifique ? Quels groupes de population sont les plus touchés par telle ou telle maladie ? Quelles sont les habitudes en matière de tabac et d’alimentation ?

Sur la base de ces données, des recommandations seront adressées au Ministère de la Santé quant aux actions à entreprendre. Ces informations devraient également servir de base au Ministère de la Santé pour identifier les domaines dans lesquels les réformes doivent être effectuées en priorité.