Eröffnungsrede von Bundesrat Ignazio Cassis an der Ministerkonferenz über Afghanistan 2018 (fr)

28.11.2018

Genf, 28.11.2018 – Es gilt das gesprochene Wort

Monsieur le Président, son Excellence Ashraf Ghani
Monsieur le Ministre, son Excellence Salahuddin Rabbani
Madame la Sous-Secrétaire Générale des Nations Unies, son Excellence Rosemary DiCarlo
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs les Ministres,
Excellences, chers collègues,
Mesdames et Messieurs,


Au nom du gouvernement suisse, je vous souhaite la cordiale bienvenue à Genève.

Les Nations Unies, aux côtés de plus de trente autres organisations internationales et de centaines d’ONG, font de Genève l’un des centres de la diplomatie multilatérale parmi les plus actifs. Des personnes comme vous viennent ici pour développer des réponses communes à des défis actuels et futurs. Je vous remercie pour cet engagement.

Vous avez choisi de vous réunir à Genève, ville de la paix et de la sécurité. Ce n’est pas un hasard. Car la paix, c’est ce dont les Afghans ont le plus besoin aujourd’hui.

Cette conférence intervient à un moment déterminant. Aujourd’hui, plus de 25 millions de personnes dans le monde ont été forcées de quitter leur pays afin d’échapper à des guerres sanglantes. Un nombre sans précédent. Parmi eux, plus de 10% viennent d’Afghanistan.

Face à ce conflit qui se prolonge, que pouvons-nous faire ?

Je perçois deux réponses dans la situation actuelle :

1) Tout d’abord, la population afghane a fait preuve le mois passé d’un extraordinaire courage et mérite notre plus grand respect.

Malgré toutes les adversités, malgré les innombrables civils tués et les nombreux attentats, la population est allée voter. Au péril de leur vie, plusieurs millions d’Afghans ont exercé leur droit démocratique. Ils ont opposé des bulletins de vote aux balles de fusils pour défendre leur liberté.
Je souhaite féliciter les citoyens afghans pour leur courage et les autorités afghanes pour l’organisation de ces élections. J’encourage les responsables politiques à se montrer à la hauteur de la confiance des électeurs.

2) La deuxième réponse à la situation actuelle sont des premiers signes d’ouverture et de dialogue entre les parties en conflit que nous avons pu observer cette année. Après 17 ans de guerre qui n’ont produit que des perdants, le temps est venu pour le dialogue. Le temps est venu pour une solution politique. Être un lieu de dialogue et de débat, libre et ouvert : c’est aussi la vocation de cette Genève internationale où vous vous trouvez. La Suisse est disposée à accueillir tout cycle de pourparlers si la demande lui en est faite.

Chers collègues,

Il y a deux ans, la Suisse a promis, lors de la conférence de Bruxelles, de s’engager à hauteur de 26 millions de francs par année en Afghanistan.

Elle a tenu cette promesse.

Je souhaite conclure en remerciant tous les diplomates, le personnel des Nations Unies et les nombreuses organisations qui travaillent en Afghanistan dans des conditions sécuritaires difficiles. Ils sont là pour soutenir les Afghans à reconstruire leur avenir et contribuer à rendre l’Afghanistan un lieu sûr où les habitants peuvent mener une existence digne.

Je vous souhaite une bonne conférence.


Adresse für Rückfragen:

Information EDA
Bundeshaus West
CH-3003 Bern
Tel.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Herausgeber:

Eidgenössisches Departement für auswärtige Angelegenheiten