Objectifs de la coopération internationale: la Suisse est sur la bonne voie

Communiqué de presse, 30.11.2018

Dans le Message sur la coopération internationale de la Suisse 2017-2020, la Suisse s’était fixé des objectifs mesurables. Lors de sa séance du 30 novembre 2018, le Conseil fédéral a désormais approuvé le rapport intermédiaire, qui dresse un bilan des résultats atteints à ce jour et démontre que la Suisse, au travers de son engagement, remplit dans une large mesure les objectifs d’efficacité visés. Elle contribue ainsi à l’avènement d’un monde de paix, sans pauvreté et propice au développement durable. Cette évolution favorise aussi la prospérité et la sécurité de la Suisse.

Femmes, enfants et hommes dans une unité de chirurgie.
Les évaluations externes ainsi que la mesure de l’efficacité directement intégrée aux projets démontrent qu’une grande majorité des projets atteignent leurs objectifs. © DDC

Dans le rapport intermédiaire établi à la demande du Parlement, le Conseil fédéral rend compte de la mise en œuvre en cours du Message sur la coopération internationale de la Suisse 2017-2020. Il avait fixé dans ce dernier un certain nombre de priorités assorties d’objectifs d’efficacité, afin d’atténuer la pauvreté et la détresse dans les pays partenaires, de préserver les ressources naturelles, de créer des perspectives économiques durables et d’œuvrer en faveur de la paix, de la démocratie et des droits de l’homme.

Le message est mis en œuvre selon les modalités prévues et avec des résultats tangibles: grâce à la Suisse, 8 millions de personnes disposent désormais d’un meilleur accès à l’eau potable et à des systèmes d’irrigation efficaces dans le secteur de l’agriculture. Pas moins de 9 millions de personnes, dont une majorité de femmes, suivent une formation de base ou une formation professionnelle soutenue par la Suisse. Dans 48 villes d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, environ 4,4 millions d’individus ont bénéficié de mesures pour un urbanisme durable. Dans six pays, dont le Myanmar et la Colombie, la Suisse a accompagné les négociations de cessez-le-feu.

Les évaluations externes ainsi que la mesure de l’efficacité directement intégrée aux projets démontrent qu’une grande majorité des projets atteignent leurs objectifs. Une équipe composée d’experts indépendants a notamment analysé 70 projets menés par la DDC et le SECO dans le secteur de l’emploi. La mise en œuvre des projets a été qualifiée de satisfaisante à très bonne dans près de 85% des cas (p. 19 du rapport intermédiaire).

La mesure de l’efficacité se révèle utile non seulement pour la reddition des comptes, mais aussi pour le pilotage des projets ainsi que pour l’apprentissage institutionnel, notamment en cas d’échec. En Bolivie, il a par exemple fallu mettre un terme à un projet écologique de gestion des déchets et d’épuration des eaux usées, car ce dernier ne tenait pas suffisamment compte des besoins de la population et des autorités locales (p. 10). En Moldavie, l’engagement de la Suisse en matière de migration n’a pas atteint l’effet escompté et il a fallu adapter le programme 2018-2021 en conséquence. Il est désormais prévu non seulement de créer des emplois, mais aussi de renforcer chez les migrants potentiels les compétences qui sont le plus demandées sur le marché du travail local (p. 15).

Environ 730 millions de personnes de par le monde vivent dans l’extrême pauvreté, avec moins de 1,90 dollar américain par jour. Le changement climatique, les conflits armés, la faiblesse des institutions publiques et le manque de perspectives économiques mettent en péril les moyens de subsistance de nombreuses personnes dans les pays en développement et les pays émergents. À cet égard, la Suisse agit aussi dans son propre intérêt: dans une économie mondialisée et ouverte, la Suisse a plus que jamais besoin d’un ordre international stable, fondé sur la coopération. Les problèmes qui se posent à l’échelle mondiale tels que le changement climatique, la pénurie d’eau, la migration irrégulière ou les pandémies ont également des répercussions chez nous. Ils ne reculent devant aucune frontière et requièrent donc une action concertée de la communauté internationale.

Avec l’Agenda 2030 pour le développement durable, la communauté internationale dispose pour la première fois d’un cadre d’orientation global, qui lui permet d’appréhender ces défis dans leurs dimensions sociales, économiques et écologiques. L’action déployée par la Suisse dans le cadre de sa coopération internationale constitue aussi une contribution majeure à la mise en œuvre de l’Agenda 2030.


Rapport(pdf, 3348kb)


Contact

Information DFAE
Tél. +41 58 462 31 53
info@eda.admin.ch


Editeur:

Conseil fédéral
Département fédéral des affaires étrangères
Département fédéral de l