Département fédéral des affaires étrangères DFAE

«Dans une large mesure, nous façonnons ensemble notre environnement»

Dans le cadre d’une visite officielle dans la Principauté de Liechtenstein, le conseiller fédéral Ignazio Cassis donne son avis, lors d’une interview accordée au «Liechtensteiner Volksblatt», sur la relation spéciale qui unit les deux pays, sur la politique européenne de la Suisse et sur l’importance du rôle des petits États dans les organisations multilatérales.

Photomontage pour illustrer l’interview, montrant Ignazio Cassis face à la caméra et deux bulles contenant l’une la question et l’autre la réponse.

En visite dans la Principauté de Liechtenstein, Ignazio Cassis donne son avis sur la relation spéciale qui unit les deux pays et sur la politique européenne de la Suisse. © DFAE

Vendredi, 25 septembre. Dans deux jours, la Suisse votera sur l’initiative de limitation. Une votation importante pour le pays, l’enjeu de cette initiative étant, en définitive, la forme que prendra la relation future de la Suisse avec son principal partenaire économique. «L'acceptation de l'initiative entraînerait probablement la fin de l'ensemble de la voie bilatérale. Dans ce cas, il faudrait reconstruire les relations avec l'UE à partir de la base», souligne Ignazio Cassis.

Initiative de limitation: un grand risque pour l’économie

Pour l’heure, on ne peut que spéculer sur les conséquences qu’aurait une acceptation de l’initiative de limitation pour les Suisses et les Suissesses résidant au Liechtenstein ainsi que pour les nombreux frontaliers et frontalières.

«Ce qui est clair, c’est que l’acceptation de l’initiative de limitation porterait préjudice aux échanges économiques entre la Suisse et ses pays voisins», insiste le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Or les bonnes relations avec les pays voisins et la règlementation de la libre circulation des personnes ont précisément un impact majeur sur la prospérité de la Suisse.

Ce qui est clair, c’est que l’acceptation de l’initiative de limitation porterait préjudice aux échanges économiques entre la Suisse et ses pays voisins.

Lors de sa visite à Vaduz, le conseiller fédéral Ignazio Cassis a souligné en particulier les liens d’amitié et les relations économiques qui unissent la Suisse et le Liechtenstein depuis plus d’un siècle. «Nous disposons d’un marché unique, de règles équitables et d’une concurrence loyale. Dans une large mesure, nous façonnons ensemble notre environnement».

COVID-19: grande solidarité dans la population

Il est important d’entretenir de bonnes relations non seulement en matière économique, mais aussi, et surtout, en temps de crise. «La pandémie de COVID-19 a montré à quel point nous avons besoin de cet échange, combien les bonnes relations sont importantes», souligne Ignazio Cassis. «Ces derniers mois ont été un défi pour nous tous. Nous étions confrontés à une nouvelle situation.» En outre, la pandémie n’a pas affecté tous les pays ni tous les cantons de la Suisse avec la même gravité. «J'ai ressenti une grande solidarité au sein de la population, tant en Suisse qu'au Liechtenstein. Cette expérience nous a rapprochés.»

Mais ce n’est pas pendant une crise que l’on construit des relations d’amitié. Les liens qui unissent le Liechtenstein et la Suisse sont le fruit d’une coopération séculaire, d’un dur travail et de valeurs communes. Ces liens d’amitié étroits font du Liechtenstein l’un des principaux partenaires de la Suisse.

J'ai ressenti une grande solidarité au sein de la population, tant en Suisse qu'au Liechtenstein. Cette expérience nous a rapprochés.

Et, comme chacun sait, les amis se soutiennent mutuellement; aussi la Suisse s’engage-t-elle également en faveur des intérêts du Liechtenstein sur la scène mondiale. Depuis 1919, la Suisse sauvegarde les intérêts des ressortissants liechtensteinois dans les pays où la Principauté n’a pas de représentation diplomatique propre.

ONU: des majorités au niveau multilatéral

La Suisse et la Principauté de Liechtenstein collaborent aussi étroitement au niveau multilatéral, notamment dans le cadre des Nations Unies (ONU). «La Principauté de Liechtenstein est un État indépendant. Sa politique auprès des Nations Unies est très impressionnante et prouve que même les petits États peuvent faire beaucoup. Le Liechtenstein et la Suisse votent souvent de la même façon parce que nous défendons les mêmes valeurs et les mêmes intérêts», explique le conseiller fédéral Ignazio Cassis.

La Principauté de Liechtenstein est membre de l'ONU depuis 30 ans et s’engage fermement dans ce cadre pour un ordre international fondé sur des règles ainsi que pour les droits de l'homme et la redevabilité. Des sujets qui sont également importants pour la Suisse, et c’est pourquoi les deux pays se mobilisent souvent ensemble pour les causes qui leur tiennent à cœur.

Les succès communs obtenus au sein de l’ONU prouvent que la coopération au niveau multilatéral offre la possibilité à de petits pays comme la Suisse et la Principauté de Liechtenstein de coordonner leur politique extérieure avec celle des États partageant les mêmes vues, d’approfondir les partenariats stratégiques et de s’engager dans de nouvelles coopérations. Il convient donc de soigner également les relations bilatérales et de favoriser les échanges.

En visite chez des amis

Lors d’une visite officielle dans la Principauté de Liechtenstein, le conseiller fédéral Ignazio Cassis a rencontré, le 25 septembre 2020, la conseillère d’État Katrin Eggenberger, ministre des affaires étrangères, de la justice et de la culture. Les deux chefs de la diplomatie ont évoqué les relations bilatérales et transfrontalières ainsi que les questions européennes et internationales. Dans la soirée, le conseiller fédéral Ignazio Cassis prononcera un discours sur la politique extérieure suisse devant des chefs d’entreprise. Il a également rencontré Son Altesse Sérénissime Alois de Liechtenstein à l’occasion de sa visite à Vaduz. (vers le communiqué de presse)

Haut de page