Département fédéral des affaires étrangères DFAE

Aide humanitaire: la Suisse fait don de presque 3 millions de masques au HCR

La pandémie mondiale constitue non seulement une menace pour les populations, mais également une entrave majeure à l’action humanitaire. Sans un équipement de protection adéquat, les travailleurs humanitaires ne sont pas en mesure d’apporter une assistance sur place. Pour résoudre ce problème et protéger dans le même temps les personnes qui sont en première ligne, l’Aide humanitaire de la Suisse a fait don de presque trois millions de masques. Le matériel a été remis le mardi 8 septembre 2020 au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Vue du dépôt d'aide humanitaire avec des cartons empilés sur des palettes de transport.

Au dépôt de l'aide humanitaire, les masques destinés au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) sont triés et préparés pour le transport. © DFAE

En Suisse, il est obligatoire depuis quelques semaines de porter un masque dans les transports publics. Le port du masque est également un élément du dispositif de protection adopté par certaines institutions, écoles et entreprises publiques. Ici, nous avons la chance de disposer de suffisamment d’équipements de protection, que ce soit pour l’usage personnel, dans le train notamment, ou pour les besoins professionnels, dans les établissements de santé par exemple.

L’aide humanitaire est confrontée à de multiples défis. Ce sont généralement des échanges de tirs incessants ou des routes impraticables qui rendent l’acheminement de l’aide difficile. Mais avec la pandémie de COVID-19, il y a en plus le risque de contamination.
Manuel Bessler, délégué à l’aide humanitaire de la Suisse

Mais ce qui semble une évidence en Suisse ne l’est pas partout dans le monde. Dans certains pays africains notamment, les équipements de protection sont une denrée rare et l’accès à l’hygiène est limité. Or, c’est précisément dans ces régions en proie à une crise humanitaire que la fourniture d’une aide simple et rapide s’avère vitale. «L’aide humanitaire est confrontée à de multiples défis. Ce sont généralement des échanges de tirs incessants ou des routes impraticables qui rendent l’acheminement de l’aide difficile. Mais avec la pandémie de COVID-19, il y a en plus le risque de contamination», explique Manuel Bessler, délégué à l’aide humanitaire de la Suisse.

La pénurie de masques compromet les efforts de l’action humanitaire

La pénurie de masques, de gants, de combinaisons et d’autres équipements de protection individuelle contraint un grand nombre d’organisations à limiter voire suspendre totalement leurs activités sur place en faveur des populations dans le besoin, notamment dans les camps de réfugiés. Les travailleurs humanitaires doivent souvent observer une quarantaine et ne peuvent se rendre auprès des personnes les plus vulnérables que dans de strictes conditions.

«À cause de la pénurie d’équipements de protection dans les zones de crise, il est impossible de fournir une assistance aux personnes qui, en raison de la pandémie mondiale, dépendent de plus en plus de l’aide humanitaire», déplore Manuel Bessler. Ce problème touche également le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), qui intervient dans les pays où les systèmes de santé sont grandement fragilisés par les conditions actuelles.

La Suisse fait don de presque 3 millions de masques

Pour que l’aide humanitaire puisse être apportée sur place en ces temps difficiles, la Suisse a décidé, en réponse à l’appel du HCR, de faire don de presque 3 millions de masques, pour un montant total de 1,5 million de francs. La conduite de l’opération a été confiée à l’Aide humanitaire de la Direction du développement et de la coopération (DDC). Le matériel a été remis au HCR le 08 septembre 2020 à Pratteln et une première cargaison a quitté la Suisse pour la République démocratique du Congo. D’autres livraisons sont prévues pour le Soudan et le Soudan du Sud. Ces masques sont destinés aux travailleurs humanitaires ainsi qu’au personnel soignant de ces trois pays.

 
Ce don de masques permet aux membres du personnel médical de prodiguer dans l’urgence les soins nécessaires.
Adna Ilmi, représentant ad interim du HCR pour le Soudan du Sud

Les besoins humanitaires au Soudan du Sud étaient déjà très importants avant même le début de la crise liée au nouveau coronavirus. Les violences ont provoqué dans ce pays l’exil de plus d’un million de personnes et le système de santé y est fragile. La pandémie mondiale constitue une menace supplémentaire pour des millions de personnes. «Ce don de masques permet aux membres du personnel médical de prodiguer dans l’urgence les soins nécessaires, pas seulement dans les établissements de santé mais également dans les hôpitaux installés dans les zones d’accueil de réfugiés et destinés à héberger des patients en attente de traitement», explique Adna Ilmi, représentant ad interim du HCR pour le Soudan du Sud.

D’où viennent les masques livrés au HCR?

La livraison des masques au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a fait l’objet au préalable d’une concertation entre l’Aide humanitaire de la DDC, la Pharmacie de l’armée, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et l’Office fédéral de l’approvisionnement économique (OFAE). Les masques livrés n’entrent pas en concurrence avec les besoins propres de la Suisse et ne proviennent pas des anciens stocks qui ont dû être rappelés au début du mois.

Haut de page