Département fédéral des affaires étrangères DFAE

OSCE : le DFAE renonce à une nouvelle candidature pour le poste de secrétaire général

Le processus de dépôt de candidature à l’OSCE pour la nomination du Secrétaire général et des trois chefs des institutions s’est terminé le 18 septembre 2020 à minuit. Le DFAE, d’entente avec l’ambassadeur Thomas Greminger, a décidé de ne pas présenter une nouvelle candidature, afin de faciliter l’émergence d’un consensus au sein de l’organisation qui traverse une crise institutionnelle.

Trois membres de la mission de l'OSCE observent la remise des paquets d'aide à la population ukrainienne.

L'OSCE met en œuvre des mesures visant à réduire les tensions dans les zones de conflit et à promouvoir la paix, la stabilité et la sécurité. Un exemple : la mission d'observation dans l'est de l'Ukraine. © DFAE

La procédure de sélection qui s’ouvre désormais est fondée sur le principe du consensus parmi les Etats participants de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Elle sera guidée par les critères de la compétence, de la répartition géographique et de l’égalité des genres.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) s’est pleinement engagé à tous les niveaux au sujet d’une nouvelle candidature de l’ambassadeur Thomas Greminger au poste de Secrétaire général de l’OSCE. Depuis plusieurs semaines, de nombreux entretiens et démarches ont été assurés à plusieurs niveaux. Le Conseiller fédéral Cassis a ainsi mené une série d’entretiens avec ses homologues.

 
Portrait du diplomate suisse Thomas Greminger.
Le diplomate suisse Thomas Greminger a été secrétaire général de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) de 2017 à 2020. © DFAE

Sur la base des réponses obtenues et des informations à notre disposition, le DFAE a pu procéder à une analyse de la situation. Plusieurs pays ont exprimé la volonté de partir sur de nouvelles bases, en souhaitant ainsi de nouveaux noms dans la composition d’un futur paquet.

Le DFAE, d’entente avec l’ambassadeur Greminger, a décidé de ne pas présenter une nouvelle candidature, afin de faciliter l’émergence d’un consensus. De la sorte, la Suisse continue à s’engager pour la résolution de la crise institutionnelle à l’OSCE, en mettant au premier plan le bien de l’organisation. Une solution institutionnelle s’avère nécessaire rapidement afin de continuer à assurer la stabilité de l’OSCE et l’efficacité de son action.

Le bilan positif du travail de l’ambassadeur Greminger durant trois ans à la tête de l’OSCE est largement reconnu. Thomas Germinger a en particulier contribué à développer et renforcer les partenariats avec d’autres organisations internationales, soigné une culture du dialogue orienté vers des résultats concrets et lancé des réformes pour que l’organisation soit mieux adaptée aux besoins actuels. Le leadership de M. Greminger à l’OSCE a aussi été particulièrement important dans la gestion de la crise liée au COVID-19.

 

 
Haut de page