Début de la page

01.11.2021

Genève, le 1er novembre 2021 - Discours prononcé par le conseiller fédéral Ignazio Cassis, vice-président du Conseil fédéral et chef du Département fédéral des affaires étrangères DFAE à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la Semaine de la Paix de Genève 2021 - seul le texte prononcé fait foi

Orateur: Cassis Ignazio; Chef du Département, Ignazio Cassis

Excellences,
Mesdames et Messieurs,

«Cultiver la paix et relever les défis contemporains: de la graine à l’écosystème» – le  thème de cette Semaine de la Paix témoigne des défis et des opportunités actuels en matière de paix et sécurité. Il souligne aussi le rôle que chacun d’entre nous, chaque graine, doit jouer pour faire fructifier les semences de paix.

Je vous souhaite donc la bienvenue à cette 8e édition de la Semaine de la Paix.

La pandémie de Covid-19 nous occupe depuis plus d’un an et demi dans un contexte de tensions géopolitiques croissantes, de luttes commerciales et d’effets de plus en plus perceptibles du changement climatique, partout dans le monde.

La pandémie vient s’ajouter aux défis humanitaires, alors que le nombre de personnes déplacées dans le monde est le plus élevé depuis la Seconde Guerre mondiale et qu’une multitude de conflits armés peinent à trouver une issue négociée.

Et pourtant: la pandémie a servi d’accélérateur dans de nombreux domaines, comme dans ceux de l’innovation économique et de la numérisation. Nous avons tous compris les défis qui se posent à nous et l’importance de les relever conjointement. Comme le dit le secrétaire général des Nations Unies:  «L’occasion nous est offerte de reconstruire sur de meilleures bases, en bâtissant des économies et des sociétés plus inclusives et durables.»

J’aimerais souligner, ici, quelques opportunités que nous offre l’une des quatre pistes thématiques de cette Semaine, à savoir «Mobiliser la sphère digitale pour la paix».

Premièrement, l’innovation technologique peut jouer un rôle important pour prévenir et résoudre des conflits. Les outils numériques contribuent, par exemple, à anticiper les causes de guerres, à documenter les violations du droit international humanitaire et à retrouver des personnes disparues. Ces outils reposent notamment sur l’analyse des médias sociaux et l’intelligence artificielle.

Le 1er Sommet du Geneva Science and Diplomacy Anticipator a montré l’importance, pour la gouvernance internationale et la prévention des conflits, d’anticiper les évolutions scientifiques et de renforcer le dialogue entre science et diplomatie. Genève continuera de jouer un rôle pionnier pour renforcer l’application des nouvelles technologies pour la paix.

Deuxièmement, les nouvelles technologies offrent des opportunités inédites en matière de «cybermédiation». Ici à Genève, l’ONU, Swisspeace, le Centre pour le dialogue humanitaire et DiploFoundation ont développé des outils qui permettent d’adapter la médiation, pilier des bons offices de la Suisse, à l’espace numérique.

L’utilisation d’outils numériques dans les processus de paix permet également d’y inclure des entités, qui, à l’instar des ONG, ne participent d’ordinaire pas aux négociations. Nous soutenons toute innovation permettant de rendre le dialogue de paix plus inclusif, ceci au-delà de la période des restrictions sanitaires.

Troisièmement, la pandémie a aussi démontré les limites des nouvelles technologies pour notre travail. Pour renforcer le dialogue, un «smart mix» entre digital et présentiel est nécessaire. Les lieux de rencontre physique garderont toute leur importance. Genève, comme ville de paix, doit demeurer le lieu privilégié des rencontres qui visent à transformer les défis communs en opportunités communes. En juin de cette année, le président de la Confédération et moi-même avons accueilli ici les présidents des États-Unis et de la Fédération de Russie. Or, s’ils ont choisi de se rencontrer ici, c’est en raison de l’atmosphère et de la façon de travailler de la Genève internationale, qui encouragent un dialogue constructif.

La présence d’un grand nombre d’organisations internationales, d’entreprises privées, d’ONG et d’institutions académiques constitue un terreau fertile. La Suisse continuera à s’engager pour renforcer le rôle de Genève comme ville de paix, qui est à même de combiner ses capacités d’accueil de conférences classiques avec des outils de dialogue innovants – cette Semaine en est un bon exemple.

C’est d’ailleurs cet esprit de Genève, un esprit de dialogue et d’innovation, que la Suisse veut amener au Conseil de sécurité auquel elle est candidate pour la période 2023–2024. Par son travail dans cette enceinte, la Suisse entend apporter un plus à l’innovation, au développement durable, au multilatéralisme, à l’humanité et à la paix – «a plus for peace»!

Je tiens à remercier les équipes de la Plateforme de Genève pour la consolidation de la paix et tous ses partenaires qui ont œuvré à l’élaboration de ce programme riche, réunissant des acteurs de tous les horizons. Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons cultiver la paix et passer des premières graines de la paix que l’on plante, chacun à son échelle, à un écosystème de paix durable, pérenne et solide.

C’est pour cette raison que la Semaine de la Paix de Genève est un événement si précieux. Je suis impressionné de voir que, depuis sa première édition en 2014, cette semaine a trouvé une place centrale sur l’agenda de la Genève internationale et que son influence rayonne aussi au-delà.

Je vous souhaite donc à toutes et à tous une semaine pleine d’inspiration, de rencontres et de projets communs pour construire la paix dans le monde d’aujourd’hui et de demain. Merci de votre attention.


Contact

Communication DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél. Service de communication: +41 58 462 31 53
Tél. Service de presse: +41 58 460 55 55
E-Mail: kommunikation@eda.admin.ch
Twitter: @EDA_DFAE


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères


Dernière mise à jour 29.01.2022

Contact

Communication DFAE

Palais fédéral Ouest
3003 Berne

Téléphone (pour les journalistes uniquement):
+41 58 460 55 55

Téléphone (pour toute autre demande):
+41 58 462 31 53