«La Suisse reste fermement déterminée à contribuer à un avenir de paix et de prospérité en Ukraine»

28.05.2015

Kiew, Déclaration officielle du secrétaire d’Etat Manuel Sager, directeur général de la Direction du développement et de la coopération (DDC), à l’occasion de la conférence internationale de soutien à l’Ukraine à Kiev, Ukraine.

Orateur: Directeur de la DDC, Manuel Sager

Si nous sommes réunis aujourd’hui à Kiev, à un stade critique de notre soutien à l’Ukraine, c’est pour aider cet Etat à surmonter la crise et à reconstruire la paix et la prospérité. Le conflit dans l’est du pays a déjà brisé bien trop de vies et engendré des souffrances considérables.

La suite des événements nous concerne tous. L’Ukraine est confrontée à des défis de taille. En effet, elle doit non seulement mettre fin au conflit violent qui fait rage dans sa partie orientale, parvenir à une réconciliation nationale et restaurer son intégrité territoriale, mais également réaliser tout un ensemble de réformes et améliorer sa situation financière.

Ce soir, mon principal message sera le suivant : la Suisse, son gouvernement et ses citoyens restent déterminés à soutenir l’Ukraine. Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour promouvoir le dialogue et restaurer la paix. Nous porterons secours aux victimes des affrontements violents, fournirons une aide humanitaire d’urgence et une assistance bilatérale sur le long terme. La détermination de la Suisse de contribuer à un meilleur avenir pour l’Ukraine et, plus largement, de surmonter la crise de la sécurité européenne, reste forte. Nos trois priorités sont les suivantes :

Premièrement, la Suisse continue à soutenir les efforts de l’OSCE en vue d’un apaisement de la crise ukrainienne. Désormais, elle collabore étroitement avec la Serbie et l’Allemagne au sein de la troïka de l’OSCE. En outre, elle continue à fournir un appui solide à la Mission spéciale d’observation de l’OSCE en Ukraine.

Deuxièmement, la Suisse fournit une aide humanitaire et à ce jour, elle a contribué à plusieurs programmes d’aide multilatéraux de grande envergure. En outre, la Direction suisse du développement et de la coopération intervient directement sur le terrain. Cette semaine, les premiers camions devraient partir pour acheminer des réactifs chimiques cruellement nécessaires, qui seront utilisés dans le système d’eau potable régional exploité par le service des eaux de Donbass. D’autres interventions porteront sur le secours aux populations victimes de part et d’autre de la ligne de front, la livraison d’équipements médicaux et le soutien aux centres mobiles de soins de santé primaires. Des équipes suisses continueront à être détachées auprès d’organisations internationales humanitaires afin de contribuer à une meilleure coordination des opérations.

Troisièmement, la Suisse s’investit sur le long terme dans son engagement bilatéral en Ukraine. La nouvelle stratégie de coopération suisse pour l’Ukraine prolonge de quatre ans, de 2015 à 2018, la coopération établie de longue date entre les deux pays. Pour cette nouvelle période, nous avons décidé de doubler le budget, qui atteindra près de 100 millions de dollars américains.

Pour la première fois, un volet de la stratégie sera consacré à la consolidation de la paix. Cela permettra de déployer des efforts bilatéraux à plus long terme pour soutenir la résolution pacifique du conflit, par la promotion du dialogue, du droit international humanitaire et des droits de l’homme. Un autre aspect-clé de la stratégie de coopération porte sur la décentralisation et la gouvernance locale. Les autres thématiques abordées sont la réforme du système de santé, la gestion durable et efficace des ressources énergétiques et la création, en Ukraine, d’un cadre plus propice aux affaires.

Mesdames et Messieurs,

La stabilisation durable de l’Ukraine dépendra de l’avancement des réformes. Chacune des priorités suisses que je viens d’énoncer reflète d’importants besoins de réformes dans ce pays.

Permettez-moi de m’attarder sur la décentralisation, qui constitue un domaine-clé si l’on veut parvenir à un règlement politique global du conflit armé. La Suisse co-préside le groupe des donateurs dans ce secteur et a encore renforcé cette priorité dans ses programmes pour la période 2015-2018. Les projets financés par la Suisse se caractérisent par leur lien fort avec le terrain, ce qui permet la nécessaire mise à l’épreuve de la réalité des nouveaux modèles législatifs. Nos projets développent et coordonnent des systèmes de prestations de services décentralisés, permettant d’améliorer l’accès de la population à de l’eau propre ainsi qu’à des systèmes opérationnels d’assainissement et de gestion des déchets solides. Forts de cette expérience, nous sommes convaincus que la poursuite de la voie de la réforme nécessite pour l’Ukraine d’inclure et d’impliquer tous les segments de la société, car elle ne saurait se passer de l’adhésion et du soutien de l’ensemble de la population. En outre, il est nécessaire d’identifier les « bénéfices rapides » à réaliser, de développer une vision exhaustive et à long terme de la réforme, et d’établir une feuille de route.

La Suisse poursuit son engagement et s’efforcera, avec l’aide de ses partenaires ukrainiens et des autres donateurs, d’améliorer l’efficacité et la coordination du soutien des donateurs aux réformes politiques et économiques ukrainiennes.

Je vous remercie de votre attention.