Focus Risque d’enlèvement dans le Sahara et dans les régions avoisinantes

Des bandes armées et des terroristes islamistes, qui vivent de contrebande et d'enlèvements contre rançon, sévissent dans une grande partie du Sahara et du Sahel. Ils sont bien organisés, opèrent sans tenir compte des frontières, et ont des contacts avec des groupes criminels locaux. Depuis l’intervention militaire au Mali en date du 11 janvier 2013, la situation sécuritaire s’est aggravée dans toute la région du Sahara et du Sahel.

Le risque d’enlèvement est très élevé dans certaines régions et a encore tendance à augmenter.

Depuis novembre 2009, de nombreux étrangers, la plupart d'origine européenne, ont été enlevés dans la région du Sahel. Tous étaient des touristes ou des employés d'organisations humanitaires et d'entreprises étrangères, entre autres:

  • le 23 mars 2017, un ressortissant français près de Goz Beida (région de Ouaddai, Tchad).
  • le 7 février 2017, une religieuse colombienne à Karangasso (région de Sikasso, Mali).
  • le 24 décembre 2016, une humanitaire française est enlevée à Gao (Mali).
  • le 14 octobre 2016, un humanitaire américain est enlevé à Abalak, dans la province du Tahoua (Niger).
  • le 15 janvier 2016, un couple australien est enlevé à Baraboulé, dans la province du Soum (Burkina Faso).
  • le 8 janvier 2016, une suissesse est enlevée à Tombouctou (Mali).
  • le 4 avril 2015, un ressortissant roumain est enlevé à Tambao, dans la province de l’Oudalan (Burkina Faso)
  • le 18 novembre 2013, un prêtre français est enlevé à Koza (Province de l'Extrème Nord du Cameroun, près de la frontière avec le Nigéria).
  • le 19 février 2013, sept citoyens français, parmi eux une famille avec quatre enfants, sont enlevés à Dadanga (Cameroun), près de la frontière avec le Nigéria et ont été transporté vers le Nigéria.
  • sept collaborateurs étrangers d’une compagnie qui construit des routes sont enlevés le 17 février 2013 à Jama’are (Bauchi State, Nigéria).
  • le 20 décembre 2012, un Français, travaillant pour une entreprise de son pays, est enlevé au Nigeria, dans l'Etat de Katsina, non loin de la frontière avec le Niger.
  • le 20 novembre 2012, un Français est kidnappé à Diema (Mali).
  • début avril 2012, des diplomates algériens sont enlevés à Gao (Mali).
  • Le 15 avril 2012, une Suissesse est enlevée à Tombouctou (Mali).
  • En mai 2011, un Italien et un Britannique sont kidnappés à Kebbi (Nigeria) et en janvier 2012, un Allemand est capturé à Kano (Nigéria). Les trois Européens, qui travaillaient pour des entreprises au Nigéria, seront assassinés.
  • le 25 novembre 2011, un touriste allemand est tué à Tombouctou (Mali) alors qu'il essaie de se défendre contre ses ravisseurs. Un Suédois, un Néerlandais et un binational anglo-sud-africain sont enlevés.
  • le 24 novembre 2011, deux Français sont kidnappés à Hombori (Mali).
  • le 23 octobre 2011, trois humanitaires européens sont enlevés dans un camp de réfugiés près de Tindouf (sud de l'Algérie).
  • début février 2011, une touriste italienne est enlevée au sud de Djanet (Algérie).
  • le 9 janvier 2011, deux ressortissants français sont tués par leurs ravisseurs à Niamey (Niger).
  • fin novembre 2009, trois humanitaires espagnols sont enlevés sur la route de Nouakchott à Nouadhibou (Mauritanie).
  • en janvier 2009, un couple suisse est enlevé dans la région frontalière Mali / Niger avec d’autres membres d'un groupe de touristes après s'être rendu à un festival culturel à Andéramboukane (Mali). Un otage britannique a été exécuté.

Plusieurs personnes se trouvent toujours entre les mains de leurs ravisseurs. Parmi d’autres se trouvent deux touristes qui avaient été enlevés le 25 novembre 2011 à Tombouctou (Mali). Avant de planifier votre voyage, consultez les conseils aux voyageurs pour les différents pays de la région.
Destinations de voyage
Terrorisme et enlèvements

Exclusion de la responsabilité
Les Conseils aux voyageurs du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) reposent sur des informations obtenues de sources sûres, réputées fiables. Leur but est d’aider les voyageurs à prendre à bon escient leur décision de déplacement et de leur fournir des indications utiles pour leur permettre de préparer avec soin leur voyage. Le DFAE ne peut toutefois ni décider pour eux ni assumer pour eux la responsabilité de la préparation et de la réalisation du voyage.
Les situations dangereuses sont souvent impossibles à prévoir et difficiles à cerner, et elles peuvent évoluer rapidement. Le DFAE ne donne aucune garantie quant à l’exhaustivité des conseils aux voyageurs et décline toute responsabilité en cas de dommages éventuels. Toute demande ayant trait à une annulation de voyage doit être adressée directement à l’agence de voyage ou à la compagnie d’assurance voyage.