Le processus d’élargissement

Depuis 1957, l’Union européenne (UE) a accueilli de nouveaux États membres. En 2004, dix États sont devenus simultanément membres de l’UE, alors que les précédents élargissements n’avaient porté chacun que sur une à trois adhésions. Le processus d’élargissement de l’UE revêt également un intérêt du fait que la perspective d’adhésion à l’UE joue un rôle important dans la politique intérieure de nombreux États. Après de nombreuses adhésions, le Royaume-Uni a été le premier État à quitter l’UE en 2020.

L’Union européenne a vécu, en 2004, le plus grand élargissement de son histoire avec l’adhésion de Chypre, de l’Estonie, de la Hongrie, de la Lettonie, de la Lituanie, de Malte, de la Pologne, de la Slovaquie, de la Slovénie et de la Tchéquie. En 2007, deux autres États d’Europe de l’Est ont adhéré à leur tour à l’Union: la Bulgarie et la Roumanie. La Croatie est le dernier État à avoir adhéré à l’UE au 1er juillet 2013. Après le retrait du Royaume-Uni en 2020, l’UE compte 27 États membres. 

Élargissement de l’UE: importance et conséquences

La perspective d’adhésion et l’adhésion elle-même ont joué un rôle important dans la transition pacifique des pays candidats vers la démocratie et l’économie sociale de marché. L’élargissement de l’UE à l’Est a permis de tourner la page de la division idéologique de l’Europe résultant de la guerre froide et d’accomplir un pas décisif vers une Europe stable et prospère. L’UE a enregistré une forte croissance démographique et compte, depuis l’adhésion de la Croatie, 24 langues officielles, dont le gaélique depuis 2007. Diverses langues régionales, comme le catalan ou le basque, sont également reconnues par le Conseil de l’UE. Les États membres peuvent demander que certains documents soient traduits dans ces langues régionales.

Quels États peuvent être candidats à l’adhésion? L’admission de candidats potentiels est soumise à des conditions politiques, économiques et juridiques (critères de Copenhague). 

Processus d’élargissement: développement depuis 2003

En 2003, l’UE a offert aux pays des Balkans occidentaux une perspective d’adhésion, à condition que les pays candidats remplissent les critères requis. L’UE mène déjà des négociations d’adhésion avec la Serbie et le Monténégro. Des perspectives européennes se précisent également pour l’Albanie, la Macédoine du Nord, la Bosnie et Herzégovine et le Kosovo. Outre les Balkans, l’adhésion de Türkiye est controversée au sein de l’Union, alors que les négociations ont débuté en 2005. Le dernier rapport d’adhésion de la Commission sur la situation dans le pays fait toutefois part d’un sérieux recul en ce qui concerne l’indépendance de la justice et la liberté d’expression dans le pays. En juin 2022, Ukraine et Moldova sont devenus candidates à l’adhésion.