Le soupirant et le fromage

Il était une fois un jeune berger pauvre de la région d’Emmental, éperdument amoureux de la fille d’un riche fermier... Mais lorsqu’il la demanda en mariage, son père jeta un regard sur le bon à rien et lui adressa un refus catégorique.

Et c’était tout... Ou du moins ça l’aurait été...

Le jeune homme, épris d’amour, retourna dans sa cabane perchée dans les montagnes où il gardait ses vaches, se demandant comment il pourrait se montrer digne de la femme de ses rêves. Des jours durant, il essaya d’élaborer un plan pour montrer à quel point il était travailleur et doué, mais rien ne lui vint à l’esprit.

Un soir, un violent orage éclata. Le jeune homme venait juste de mettre la soupe sur la table, quand il y eut un terrible martèlement à la porte. Ils se souvint alors qu’il avait oublié de faire sa prière du soir, et qu’il était à la merci de tout esprit maléfique qui viendrait à passer. Terrifié, il ouvrit la porte en tremblant, et là, dans la lumière des éclairs, se trouvait le gnome le plus horrible qu’il n’ait jamais pu imaginer. En un clin d’oeil, la créature terrifiante entra dans la cabane, engloutit le frugal dîner du berger, ne laissant qu’une ou deux miettes sur le sol. Il se retourna pour sortir et ce faisant, glissa un morceau de papier dans la main du berger.

C’était, certes, un étrange message, quand le jeune homme l’examina sous la lampe. Il s’agissait en fait d’une recette composée essentiellement de lait, ainsi que de quelques autres ingrédients que l’on trouve dans la montagne. Il n’était pas sûr du résultat, mais le lendemain il versa tout son lait dans un grand récipient, le mélangea, le fit chauffer et y ajouta les autres ingrédients, en respectant scrupuleusement les instructions et, avec une patience infinie, travailla avec ardeur jusqu’à ce que le mélange durcisse peu à peu. A la fin, il produisit une meule de fromage immense. Il ne savait pas trop ce que c’était, mais au moins, c’était quelque chose d’inhabituel qu’il avait confectionné lui-même. Il la mit sur son dos, et s’en alla vers la maison du riche fermier. Le fermier ne manqua pas d’être impressionné, ne serait-ce que par sa taille et son aspect étrange. Mais quand il l’eut goûtée, il défaillit presque de plaisir, et comprit que ce jeune homme serait un apport précieux pour sa famille.

Les amoureux furent bientôt mariés, ils vécurent heureux longtemps après. Et depuis lors, ils n’ont cessé d’apporter du bonheur aux amoureux du fromage.