Bellinzone

Bellinzone, capitale du canton le plus méridional de Suisse est caractérisée par ses trois châteaux, censés autrefois défendre Milan des attaques helvétiques. Il y a toutefois bien longtemps que la valeur culturelle et architecturale de ces châteaux a remplacé leur rôle stratégique. La rénovation du Castelgrande est une parfaite illustration de l’architecture tessinoise contemporaine.

Les trois châteaux, les murailles et les fortifications du bourg de Bellinzone. © Présence Suisse
Caractéristiques

Objet

Structure défensive de la fin du Moyen-Âge, mais d’origine antique. Trois châteaux: Castelgrande, Montebello et Sasso Corbaro

Lieu

Bellinzone, canton du Tessin, Suisse

Date d’inscription

2000

Motif

exemple éminent de construction ou d’ensemble architectural illustrant une période significative de l’histoire humaine (critère 4 des directives de l’UNESCO).

Particularités

«Cet endroit est le verrou et la porte vers l’Italie.» C’est ainsi qu’en 1475, le commissaire de guerre Azzo Visconti définissait le rôle stratégique de Bellinzone, car les routes de nombreux cols aboutissent à Bellinzone. L’aspect actuel des remparts est dû, pour l’essentiel, aux vastes travaux réalisés par les ducs de Milan au XVe siècle. Les puissantes fortifications, destinées à barrer les attaques des Confédérés, datent de cette époque. Vers 1500, Bellinzone fut finalement cédée à la Suisse sans combat, mais de manière contractuelle (comme rémunération pour les mercenaires helvétiques). Les remparts remarquablement préservés sont un modèle éminent de l’architecture médiévale dans la région des Alpes. Le Castelgrande a fait l’objet d’une restauration exemplaire qui a permis de l’adapter à son utilisation actuelle. L’architecture contemporaine s’y intègre parfaitement bien aux anciennes murailles.

Le patrimoine mondial et sa «suissitude»

Les châteaux de Bellinzone n’intéressent pas uniquement les amateurs d’histoire, mais ils attirent également un large public passionné d’architecture contemporaine. Si l’on doit la dernière restauration du Castelgrande – dont l’aménagement de l’entrée est particulièrement réussi – à l’architecte Aurelio Galfetti, d’autres architectes suisses et tessinois ont également réalisé des édifices dignes d’intérêt. On citera par exemple le couvent de Montecarasso de Luigi Snozzi ou encore l’église de Mogno du célèbre Mario Botta. On l’aura compris, la Suisse apprécie la discrétion, ce n’est donc pas ici que s’affichent les tours les plus hautes ou les maisons les plus chères au monde. La Suisse séduit davantage par sa diversité et ses qualités que l’on peut observer des Alpes au Plateau, dans les régions périphériques et jusqu’au cœur des villes. Découvrez d’autres tendances de l’architecture suisse dans notre rubrique Ressources.

Le patrimoine mondial, comme si vous y étiez

UNESCO Patrimoine mondial - Trois châteaux, muraille et remparts du bourg de Bellinzone
Département fédéral des affaires étrangères DFAE