Monte San Giorgio

Montagne boisée de forme pyramidale, le mont San Giorgio se dresse entre deux bras du lac de Lugano, petite ville au charme méditerranéen. Le paysage alentours mériterait une inscription au patrimoine mondial sur le seul critère de sa beauté. Cependant le caractère unique du site est caché dans son sous-sol: d’innombrables fossiles témoignent de la richesse sous-marine du Trias.

Le Monte San Giorgio, ressource fossilifère sur les bords du lac de Lugano. © ch.ch
Caractéristiques

Objet

«Montagne des dinosaures» dans la région du Mendrisiotto (1096m), site paléontologique du Trias – patrimoine naturel de l’UNESCO

Lieu

Canton du Tessin, Suisse et Italie

Date d’inscription

2003 et 2010 (la partie italienne du Monte San Giorgio)

Motif

Exemple éminemment représentatif des grands stades de l’histoire de la terre et du développement de la vie (critère 8 des directives de l’UNESCO).

Particularités

Le Monte San Giorgio renferme d’innombrables fossiles de poissons, de crustacés, d’insectes et de reptiles de l’ère du Trias. Il y a 200 millions d’années, on trouvait ici un lagon de 100m de profondeur au climat subtropical. Ce site du patrimoine mondial est la principale référence pour les fossiles du Trias et des recherches y sont menées depuis plus de cent ans, notamment par les universités de Zurich et de Milan. On peut d’ailleurs admirer la majorité des découvertes du site au Musée paléontologique de Zurich. Certaines sont également exposées au Musée des fossiles de Meride. La réorganisation des communes riveraines devrait à l’avenir conférer encore plus d’importance au patrimoine mondial.  

Le patrimoine mondial et sa «suissitude»

Le paysage autour du Monte San Giorgio présente une nature riche. Ses collines boisées et son lac d’un bleu incomparable renferment des trésors souterrains insoupçonnés.

La Suisse étant recouverte de forêts (35% de son territoire), de lacs (plus de 1500) et de montagnes (25%), sons sous-sol regorge de trésors naturels parfois inattendus. La Suisse compte par ailleurs 900 tunnels, ce qui lui vaut parfois d’être comparée à une meule de fromage. Ces tunnels n’abritent pas uniquement des voies de communication routière et ferroviaire, mais ils servent également à l’approvisionnement en eau et en énergie. En ce moment, le plus long tunnel du monde est en construction en Suisse. Vous en apprendrez davantage sur les nouvelles liaisons ferroviaires alpines, sur le tunnel du Gothard et sur les paysages suisses dans nos rubriques correspondantes.

Le patrimoine mondial, comme si vous y étiez

UNESCO Patrimoine mondial - Monte San Giorgio
Département fédéral des affaires étrangères DFAE