Transition énergétique

La Suisse a adopté une ambitieuse stratégie énergétique, qui sera mise en œuvre d’ici 2050. Elle passe notamment par un abandon du nucléaire.

Panneaux solaires sur un refuge d'alpage en hiver
Panneaux solaires sur un refuge d'alpage au Tschentenalp, au-dessus d'Adelboden. © Hanspeter Baertschi

L’approvisionnement énergétique de la Suisse se trouve à un tournant. Suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima, en 2011, le gouvernement a adopté une nouvelle stratégie qui sera mise en oeuvre d’ici à 2050. Elle repose sur trois pôles: l’amélioration de l’efficience énergétique des bâtiments, appareils et transports; l’accroissement de la part des énergies renouvelables, notamment hydrauliques; et une sortie progressive du nucléaire.  Les éventuels trous dans l’approvisionnement seront comblés par la production d’électricité à base de combustibles fossiles et les importations.

L’objectif est de faire diminuer de 3% la consommation annuelle d’énergie par personne en 2020, et de 13% en 2035, par rapport à l’année de référence 2000.  Parmi les mesures prévues, il y a notamment la mise hors service et le non remplacement des cinq centrales nucléaires existantes à la fin de leur durée d’exploitation, la modernisation des réseaux électriques, une augmentation de la taxe CO2 et l’extension du programme d’assainissement des bâtiments.