Politique de financement et encouragement

La Suisse mène une politique d’encouragement à la recherche ambitieuse, afin de rester une des nations les plus innovantes de la planète. Le financement public de la recherche mise essentiellement sur l’initiative des chercheurs, sur le principe de concurrence et sur des critères de soutien qualitatifs.

Laborantine au travail
© DFAE, Présence Suisse

En matière d’encouragement public à la recherche, la Confédération est responsable du financement du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) et de la Commission pour la technologie et l’innovation (CTI). Il soutient également les institutions de recherche du domaine des écoles polytechniques fédérales ainsi que d’autres instituts de recherche en dehors des hautes écoles. Les cantons soutiennent la recherche en tant que responsables des universités et des hautes écoles spécialisées.

Le financement de la formation, la recherche et l’innovation sont considérés par la Confédération comme des «domaines politiques prioritaires». Les dépenses prévues de la Confédération dans ce domaine se montent à quelque 26 milliards de francs au cours de la période 2017–2020.

En 2015, le Fonds national suisse (FNS) a octroyé des subsides d’encouragement pour un total de 877 millions de francs. Sur cette somme, 25% ont été attribués aux sciences humaines et sociales, 35% aux mathématiques, sciences naturelles et de l’ingénieur, et 40% à la biologie et la médecine.

Les programmes de recherche les plus importants sont les Pôles de recherches nationaux (PRN), qui renforcent la recherche suisse dans des domaines d’importance stratégique.  En 2015, le FNS comptait 330 de ces projets, pour un financement total de 75 millions de francs. Le FNS compte d’autres programmes de recherche comme les Programmes nationaux de recherche (7 projets pour 4,5 millions de francs) ou Synergia (42 projets pour 64 millions de francs).

La Commission pour la technologie et l’innovation (CTI) encourage la recherche appliquée et promeut la création et le développement de startups, ainsi que le transfert de savoir et de technologies. En 2015, elle a soutenu 479 projets avec des subventions fédérales de 162 millions de francs.