Relations bilatérales Suisse–le Territoire palestinien occupé

Les relations entre la Suisse et le Territoire palestinien occupé sont marquées par le conflit israélo-palestinien. La Suisse s’efforce d’entretenir de bonnes relations avec les deux parties. Au Proche-Orient, la politique étrangère de la Suisse a pour axes principaux les mesures de promotion de la paix, la coopération au développement et l’aide humanitaire, ainsi que la promotion du droit international, en particulier des droits de l’homme et du droit international humanitaire.

Points clés des relations diplomatiques

Lors de la visite du président Mahmoud Abbas à Berne en novembre 2012, des consultations politiques annuelles ont été lancées entre la Suisse et le Territoire palestinien occupé.

La Suisse est représentée dans le Territoire palestinien occupé par un bureau de représentation implanté à Ramallah et par un bureau de coopération de la coopération suisse au développement (DDC) installé à Jérusalem-Est.

Traités bilatéraux

Coopération économique

Les relations économiques entre la Suisse et le Territoire palestinien occupé sont modestes. Depuis 1999, il existe un accord de libre-échange entre l’Association européenne de libre-échange (AELE) et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Coopération dans le domaine de l’éducation et de la formation

Les chercheurs et artistes palestiniens peuvent déposer leur dossier de candidature auprès du Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) pour obtenir une bourse d’excellence de la Confédération suisse.

Bourses d’études de la Confédération

Promotion de la paix et de la sécurité humaine

La Suisse s’engage en faveur d’un règlement pacifique du conflit du Proche-Orient et du respect du droit international humanitaire. Son but est l’instauration d’une paix négociée, juste et durable entre Israël et un État palestinien indépendant et viable à l’intérieur de frontières sûres et internationalement reconnues. Elle estime qu’une solution durable et globale au conflit du Proche-Orient doit reposer sur les éléments suivants:

  • l’établissement dans toute la région d’une paix durable fondée sur le droit international
  • la reconnaissance du droit de l’Etat d‘Israël d’exister, en particulier son droit à la sécurité dans des frontières sûres et internationalement reconnues
  • la reconnaissance du droit du peuple palestinien à l’autodétermination et, dans ce sens, à l’établissement d’un État viable, conformément à la résolution 1397 du Conseil de sécurité de l’ONU
  • une solution juste, globale et négociée au problème des réfugiés palestiniens
  • un règlement négocié du statut final de Jérusalem

Coopération au développement et aide humanitaire

La Suisse soutient la population civile palestinienne à travers différentes organisations humanitaires et par le biais de la coopération au développement, en particulier en ce qui concerne la promotion des droits de l'homme et la bonne gouvernance.

Aide humanitaire et coopération au développement

Les Suisses dans le Territoire palestinien occupé

En 2015, 83 ressortissants suisses vivaient dans le Territoire palestinien occupé.

Historique des relations bilatérales

Avant la fondation de l’État d’Israël, la Suisse était représentée en Palestine par un consulat à Jérusalem et par une agence consulaire à Tel-Aviv. Depuis 1948, elle soutient en particulier l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens au Proche-Orient (UNRWA).

En 1993, l’aide humanitaire a été complétée par un programme de développement. Suite au processus de paix d’Oslo, la Suisse a ouvert en 1994 un bureau de coopération à Jérusalem-Est. En 2001, s’y est ajouté un bureau de représentation auprès du Territoire palestinien occupé à Ramallah.

Entrée dans le Dictionnaire historique de la Suisse