Asie centrale: Kirghizistan, Tadjikistan, Ouzbékistan

La Suisse soutient la gestion de l'eau dans tous les États d'Asie centrale. Au Kirghizistan, ses autres priorités sont la santé, les réformes du secteur public et le développement du secteur privé. Au Tadjikistan, les priorités suisses sont la santé, l'état de droit, l'accès à l'eau potable et le développement du secteur privé. En Ouzbékistan, l’accent est mis sur l'accès à l'eau potable et la formation professionnelle.

Carte de la région de l'Asie centrale (Kirghizistan, Tadjikistan, Ouzbékistan)
© DFAE

En Asie centrale, région hétérogène marquée par de fortes inégalités de revenus, la pauvreté est largement répandue. Des questions cruciales nécessitant des solutions régionales, comme la gestion de l'eau, restent sans réponse.

L'émigration économique est élevée, en particulier vers la Russie. De nombreuses familles vivent de l'argent que leur envoient leurs expatriés. Outre la pénurie d'emplois, l'émigration est favorisée par l'insuffisance des investissements dans les infrastructures, dans l'éducation et dans les services de santé, ainsi que par la faible capacité des autorités à faire reculer la corruption et à faire respecter la loi et les droits de l'homme.

La coopération de la Suisse avec l'Asie centrale vise à permettre une transition économique et sociale pacifique. Elle soutient des projets dont le but est d'aider les institutions publiques et privées à améliorer la qualité, l'efficacité et l'équité de leurs services. Toutes ses actions prônent l'égalité des sexes, une gestion des programmes sensible aux conflits ainsi que la gouvernance.

Programme régional de gestion de l'eau

La gestion de l'eau et ses différents usages (irrigation, production d’électricité, eau potable, etc.) font l'objet de tensions entre le Kirghizistan, l'Ouzbékistan et le Tadjikistan. Les litiges concernent en particulier la vallée de Ferghana, que les trois pays partagent. La vallée concentre un tiers de la production agricole de toute l'Asie centrale.
Le programme régional de la Suisse vise à diminuer les conflits et les catastrophes liés à l'eau en favorisant une gestion des ressources intégrée, transparente et fondée sur les besoins. Il encourage le dialogue entre les parties concernées et les réformes institutionnelles concernant la gestion de l'eau en vue d'améliorer l'efficacité et la productivité, la gestion des données stratégiques et la réduction des risques de catastrophe.

L’eau – Une ressource vitale menacée

Programme au Kirghizistan

La bonne gouvernance et l’efficacité du secteur public et la mise en œuvre de réformes en faveur du secteur privé sont encore des défis au Kirghizistan. La Suisse soutient ainsi les réformes du secteur de la santé pour garantir aux populations rurales un accès équitable à des services de meilleure qualité. Elle appuie les réformes du secteur public en vue d'améliorer les services fournis et l'utilisation des ressources publiques, en encourageant en particulier les investissements dans le domaine de l'eau et de l'énergie.

Le programme suisse contribue également à renforcer le secteur privé en favorisant un environnement propice aux affaires et en soutenant  le développement d'entreprises. En milieu rural, l’accent est mis sur la création d'emplois pour les jeunes et la formation professionnelle.

Plaidoyer et bonne gouvernance

Développement du secteur privé et services financiers

Programme au Tadjikistan

Le Tadjikistan est l'un des pays les plus pauvres d'Asie centrale. Il subit toujours les conséquences de la guerre civile qui l'a ravagé dans les années 90, détruisant l'essentiel de sa modeste infrastructure économique et sociale La Suisse appuie la réforme du secteur de la santé qui vise à transformer un système coûteux hérité de l'époque soviétique en un système accessible, abordable et fondé sur une médecine familiale privilégiant la prévention.

Pour renforcer l’Etat de droit, la Suisse encourage le développement d'un système judiciaire plus accessible, en particulier aux personnes vulnérables, et mieux adapté aux besoins des citoyens, avec un accent sur l’aide juridique et la mise en œuvre de la loi sur la violence domestique.

Grâce à la Suisse, quelque 300’000 habitants des villes et 70’000 personnes vivant en zone rurale devraient bénéficier d’installations sanitaires et de l'accès à l'eau potable, d’ici à la fin 2015. La Suisse apporte dans ce cadre une aide financière et technique aux autorités chargées du secteur de l'eau et aux communautés pour construire et gérer des systèmes décentralisés d'eau potable et mener des campagnes de sensibilisation à l'hygiène.

Dans le secteur privé, la Suisse contribue à améliorer le climat des affaires en réduisant les barrières administratives, en soutenant le développement des petites entreprises et en assistant les entreprises textiles dans l’exportation de leurs produits.   

La santé – Facteur essentiel de développement

Programme en Ouzbékistan

Selon les statistiques officielles, seuls 62% de la population rurale ouzbèke ont accès à l'eau potable. La Suisse soutient ainsi le développement d'infrastructures d'approvisionnement en eau et d'assainissement dans les villes et les campagnes de la vallée de Ferghana et de la province de Syrdarya en suivant une approche fondée sur les communautés. Quelque 300’000 personnes sont concernées. Ce programme doit aussi influencer la réforme du cadre institutionnel. Une autre de ses priorités est la formation professionnelle, avec comme objectifs une réforme des cursus des métiers en lien avec l'eau et  l'assainissement ainsi que l’équipement des collèges techniques.

Éducation de base et formation professionnelle

L’eau – Une ressource vitale menacée

Un engagement qui date du début des années 90

La Suisse soutient le processus de transition des pays d'Asie centrale depuis le début des années 90. En 1992, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l'Ouzbékistan ont rejoint le groupe de vote de la Suisse dans les institutions de Bretton Woods, ce qui a créé un lien très fort entre eux et la Suisse. Ces pays étant très différents les uns des autres, la mise en place de stratégies de développement et de partenariats doit tenir compte des spécificités de chacun et peut donc varier fortement de l'un à l'autre.

Secrétariat d'Etat à l'économie SECO

La stratégie de coopération suisse menée en Asie centrale repose sur des synergies entre les assistances techniques et économiques fournies par la DDC et le Secrétariat à l’économie (SECO).

Action du SECO au Tadjikistan

Action du SECO au Kirghizistan

Division Sécurité humaine du DFAE

Le programme sur les droits de l'homme lancé par la Division Sécurité humaine en 2010 complète le programme de la DDC consacré à l'Etat de droit.

Droits de l’homme et Sécurité humaine