Corne de l’Afrique (Somalie, Ethiopie, Kenya)

La Suisse mène dans la Corne de l'Afrique des activités axées principalement sur la gouvernance, la sécurité alimentaire, la santé, la migration ainsi que la protection des personnes vulnérables.  Elle soutient des projets de portée régionale en Somalie, dans le sud-est de l'Éthiopie et dans le nord-est du Kenya. Elle peut également apporter une aide d’urgence dans toute la région en fonction des besoins.

© DFAE

La Corne de l'Afrique occupe le devant de la scène internationale depuis plusieurs décennies en raison de conflits armés prolongés, de graves crises alimentaires et de déplacements massifs de populations.  Les conflits locaux portant sur l’accès aux ressources naturelles et sur le partage de celles-ci sont en hausse. La région affiche en outre l’un des taux de mortalité maternelle et infantile les plus élevés de la planète.  Ce contexte difficile, qui provoque une migration forcée et génère un grand nombre de réfugiés et de déplacés internes, nécessite des interventions d’urgence.

Pourtant, la Corne de l'Afrique dispose de nombreux atouts qui pourraient susciter un changement positif dans la région: une population très jeune, la présence de systèmes mobiles performants de télécommunication et de transfert d’argent mobiles, une importante diaspora et un esprit d’entreprise largement répandu.

L'actuelle stratégie helvétique de coopération pour la Corne de l'Afrique s’inspire des résultats déjà obtenus dans cette région et met en exergue l'engagement de la Suisse dans des contextes fragiles.

La Suisse soutient la mise en place de services et aide à rétablir la confiance dans les institutions publiques. Elle s’emploie également à agir sur les causes profondes de conflit et de pauvreté, qui contribuent à fragiliser la région.   La Suisse soutient les processus de transformation des conflits et d’intégration régionale. Elle se concentre en particulier sur la dynamique des conflits somaliens et sur les différends concernant le partage du pouvoir et des ressources. Dans le cadre de ces efforts, elle a instauré en juillet 2014 un partenariat avec l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), l'unique organisation régionale active dans la Corne de l'Afrique (basée à Djibouti).

Gouvernance, consolidation de la paix et renforcement de l'État

Renforcer les services publics et la bonne gouvernance

En accord avec les autorités somaliennes et ses partenaires multilatéraux, la Suisse aide l'État somalien, ses États membres fédéraux et les municipalités somaliennes à instaurer des structures et fonctions essentielles de l'État. Elle contribue à la prestation de services publics (eau, santé, marchés, routes et éducation) dans les localités et les districts du pays, et permet ainsi de restaurer la confiance des citoyens dans leurs institutions locales.  À ce jour, 800’000 habitants du Somaliland et 300’000 habitants du Puntland ont bénéficié de ce programme. Les fonds de développement local gérés par les communautés rurales sont considérés comme un modèle de décentralisation fiscale. La Suisse encourage également le fédéralisme, le renforcement de l'État et les processus de médiation.

Plaidoyer et bonne gouvernance

Sécurité alimentaire

Renforcer les communautés vivant sur des terres arides

Les terres arides sont peuplées d’agriculteurs et d’éleveurs régulièrement touchés par la sécheresse et la famine, comme l'est aussi leur bétail.    Au Kenya, un projet mis en œuvre par des ONG et par le secteur privé local, qui associe des instruments d’aide humanitaire et de développement, vient en aide à 435’000 personnes. Il améliore leur accès à l’eau et aux pâturages, tout en les sensibilisant à la gestion durable de ces ressources et en développant leurs compétences en la matière. Un projet similaire mené en Éthiopie permet à des éleveurs d’améliorer la gestion des ressources naturelles, la sécurité alimentaire et la résilience face à la sécheresse.

Agriculture et sécurité alimentaire

Santé

Améliorer la santé maternelle et infantile

Grâce au dialogue politique et à des projets menés aux niveaux national et régional, la Suisse contribue à la réhabilitation de systèmes de santé infranationaux et nationaux et à la prestation de services à l’intention des familles d’éleveurs, afin de répondre aux besoins des humains et des animaux en matière de santé. Vingt-et-une communautés du Somaliland ont déclaré ne plus pratiquer de mutilations génitales féminines, et un soutien a été apporté à des écoles de sages-femmes dans tout le pays.

Santé

Migration

Améliorer la protection des personnes déplacées et utiliser le potentiel de développement

Un grand nombre de migrants transite par la Corne de l’Afrique chaque année. Ces mouvements de population incluent les réfugiés, les déplacés internes, les demandeurs d’asile, les victimes de la traite des êtres humains et les personnes en quête d'une vie meilleure pour elles et leur famille. La Suisse répond aux besoins de protection des migrants vulnérables et de leurs communautés d’accueil par le développement des capacités, la sensibilisation, la formation des fonctionnaires gouvernementaux, l’amélioration des infrastructures et l’aide d’urgence, l’objectif étant à terme de rendre les déplacés internes et leurs communautés d’accueil autonomes. Soucieuse d’offrir des perspectives d’avenir aux réfugiés, la DDC soutient le développement des compétences professionnelles et des activités commerciales dans le camp de réfugiés de Kakuma et dans les communautés d’accueil avoisinantes.

Migration

Approche et partenaires

La Suisse adopte une approche globale qui associe les instruments d'aide humanitaire et de coopération au développement avec des mesures politiques et diplomatiques et des instruments relatifs à la migration et à la sécurité. Elle travaille avec un grand nombre de partenaires selon différentes modalités.

  • ONG et institutions suisses:  Vétérinaires Sans Frontières, Swisscontact, Helvetas Swiss Intercooperation, Institut tropical et de santé publique suisse,
  • Ministères, autorités au niveau de la province, du district ou de la localité, IGAD (instruments régionaux et nationaux tels que fonds de développement locaux et fonds «Nouvelle donne»)
  • ONG et institutions locales et internationales, telles que Jijiga University, Refugee Consortium of Kenya, Médecins du Monde France, Save the Children, Conflict Dynamics International
  • Partenaires multilatéraux: CICR, PAM, HCR, BCAH, FAO, PNUD, OMS. Le soutien à ces partenaires prend la forme de contributions financières ou de détachements d’experts du Corps suisse d'aide humanitaire. À l’heure actuelle, sept experts sont déployés.
  • Secteur privé local
  • Pays donateurs comme l'Allemagne (GiZ), le Danemark (DANIDA), la Norvège et la Suède (SIDA) (notamment «accords de coopération délégués»)

Thèmes transversaux

Conformément à sa politique en la matière, la Suisse prend en considération les questions de genre et encourage l’égalité entre hommes et femmes dans tous ses projets. Elle s’engage aussi en faveur d’un système responsable d’allocation des ressources publiques. Elle utilise des outils axés sur la gestion des conflits ainsi que des analyses visant la transformation positive des conflits (principe consistant à «faire le moins mal possible»).

Historique de la coopération

Engagement de la Suisse sur le long terme

La Suisse est présente dans la grande Corne de l'Afrique depuis les années 1990. Depuis 2013, la Corne de l'Afrique est une région prioritaire pour la DDC, dont la seconde stratégie de coopération, mise en œuvre de 2018 à 2021, est dotée d’un budget total de 169 millions de francs pour quatre ans (98% issus de la DDC).  Les ambassades intégrées au Kenya et en Éthiopie coordonnent les acteurs du gouvernement suisse chargés de mettre en œuvre la stratégie. L’Ambassade de Suisse en Éthiopie est le principal interlocuteur de l’IGAD.