Région du Mékong (Cambodge, RDP Lao, Myanmar, Vietnam)

La Suisse a pour but de réduire la pauvreté, de soutenir le développement équitable et durable ainsi que de promouvoir la gouvernance démocratique au Cambodge et en RDP Lao, en s’appuyant sur leurs propres portfolios de programmes ainsi que par le biais de projets régionaux incluant le Vietnam et le Myanmar. La logique d’ensemble régionale s’emploie à contribuer à la réduction des disparités de développement entre les pays CLMV et ceux plus aisés de l’ASEAN -6.

Carte de la région du Mékong (Laos, Vietnam, Cambodge, Myanmar)
© DFAE

Au cours des 20 dernières années, les pays de la région ont bénéficié d’une croissance économique stable, permettant à la RDP Lao et au Cambodge d’atteindre le statut de pays à Revenu Intermédiaire Inférieur, sans pour autant sortir de leur catégorisation de Pays les Moins Développés. La croissance économique a entraîné une impressionnante réduction du niveau global de pauvreté. Cependant, des défis majeurs tels que la montée des inégalités, le manque d’inclusion des citoyens vulnérables, en particulier les femmes et les minorités vivant dans les zones rurales et plus reculées, la faiblesse des capacités institutionnelles et la dégradation de l’environnement ont persisté et se sont en partie accrus. Ces défis, s’ils ne sont pas surmontés de manière appropriée, pourraient mettre en péril la stabilité et le futur développement de la région.

La Suisse continuera de se consacrer à ces problématiques de développement dans trois secteurs principaux. Ceux-ci s’alignent sur les priorités nationales de développement et portent sur la gouvernance et la participation citoyenne, l’agriculture et la sécurité alimentaire ainsi que le développement des compétences et l’emploi. Au Cambodge, la santé de la Mère et de l’Enfant continue d’être soutenue.

Les activités de la Suisse dans la région comportent toutes les thèmes transversaux de l’égalité des sexes, de la gouvernance et de l’adaptation au changement climatique (ACC) ainsi que la réduction des risques de catastrophe (RRC).

La coopération suisse se fonde sur le message du Conseil fédéral sur la coopération internationale de la Suisse 2017-2020, guidée par l’Agenda 2030 pour le développement durable et l’engagement pour la mise en œuvre des principes de l’efficacité du développement, tout en adoptant une approche pangouvernementale. Dans cette perspective, la Suisse est engagée en tant que membre dans la planification européenne conjointe des programmes au Cambodge et en République démocratique populaire lao, soutient les partenariats multipartites et coordonne son action avec les plans nationaux de développement existants qui se fondent sur les résultats. La présence de la Suisse dans la région est également inspirée par le statut de la Suisse en tant que partenaire de dialogue sectoriel auprès de l’ASEAN. Cette dernière est considérée comme l’une des organisations clés capable de réduire les inégalités entre ses Etats membres.

Agriculture et sécurité alimentaire

Afin d’améliorer la sécurité alimentaire, la Suisse apporte son soutien pour assurer une gouvernance responsable des terres et des forêts. Ce domaine d’intervention est fortement complémentaire au travail réalisé au niveau national et capitalise sur les synergies créées grâce à une approche régionale afin d’assurer l’accès et le contrôle des terres et des forêts aux petits exploitants. Ce soutien s’appuie sur la volonté accrue des gouvernements d’aborder la question de la gouvernance territoriale et de la sécurité foncière pour les petits exploitants, ainsi que de prendre en compte les aspects transfrontaliers des larges investissements fonciers.

Agriculture et sécurité alimentaire

Gouvernance et participation citoyenne

La Suisse soutient les efforts mis en œuvre pour améliorer la gouvernance transfrontalière. Elle concentre son action sur le renforcement des plateformes multipartites et des institutions des CLMV afin de favoriser l’échange de connaissances et la gestion effective de questions transfrontalières telles que les ressources en eau. La diplomatie, le développement de la confiance et l’implication de la société civile constituent des aspects centraux de ces efforts qui, à long terme, ne devraient pas seulement conduire à des bénéfices économiques et environnementaux ; ils jouent également un rôle important dans le maintien de la paix et de la stabilité.

Plaidoyer et bonne gouvernance

Développement des compétences et emploi

Dans la région, les efforts de la Suisse portent sur le soutien aux femmes et hommes sans ou à faibles compétences, la garantie de conditions de travail plus sûres et un meilleur accès à l’emploi. La Suisse collabore avec des plateformes régionales et des organisations telles que le Forum de l’ASEAN sur les Travailleurs Migrants et par le biais de processus régionaux comme le Processus de Colombo pour la promotion et la protection des droits du travail ainsi que la promotion d’environnements de travail sûrs et sécurisés, notamment pour les millions de migrants et autres travailleurs vulnérables. En encourageant la collaboration et les échanges entre partenaires de l’ASEAN, la Suisse promeut une meilleure qualité et une pertinence accrue des systèmes de développement des compétences.

Éducation de base et formation professionnelle

Historique de la coopération

D’une approche bilatérale à une approche régionale

En activité dans la région depuis 1968, la Suisse jouit d’une longue tradition de coopération bilatérale avec le Vietnam, pays où le bureau la représentant a fermé ses portes après 25 ans de coopération. En 2010, le pays a en effet atteint le statut de Pays à Revenu Intermédiaire. Le Vietnam continue de faire partie intégrante de l’approche régionale et demeure un pays prioritaire pour le Secrétariat d’Etat aux Affaires Economiques (SEAE).

En 2006, la Suisse a inauguré un bureau de coopération à Vientiane en RDP Lao, en charge du programme régional pour le Mékong. Le bureau a célébré ses 10 ans de coopération bilatérale avec le gouvernement de la RDP Lao en 2016.

Un bureau de coopération a ouvert en 2013 à Phnom Penh au Cambodge, où la Suisse apporte également son soutien aux hôpitaux Kantha Bopha mis en place par le docteur suisse Beat Richner. Le bureau de coopération offre également des services consulaires aux ressortissants suisses.

Depuis 1994, le Département pour l’Aide Humanitaire de la Suisse travaille dans l’Est du Myanmar ainsi que dans les camps de réfugiés birmans en Thaïlande. La Suisse maintient une ambassade à Rangoun depuis 2012 et la fin des troubles politiques traversés par le pays. Compte tenu de ses spécificités et de son importance pour la politique étrangère suisse, le Myanmar fait l’objet d’une stratégie de coopération spécifique distincte, tout en faisant partie intégrante du programme régional pour le Mékong.