La biodiversité, l’assurance-vie de l’homme

Une femme goûte un fruit qu’elle vient de cueillir sur un arbre.
Verger d’arbres fruitiers indigènes en Ouzbékistan: la DDC soutient la recherche internationale visant au maintien et à la promotion de la biodiversité. © DDC

La Terre présente une incroyable diversité biologique. Cette biodiversité, qui fournit aux hommes un apport essentiel en vitamines et minéraux, est la pierre angulaire de la sécurité alimentaire. La DDC s’engage pour le maintien de la biodiversité et intègre dans ses projets le savoir et les traditions des populations locales.

Priorités de la DDC

La biodiversité est un facteur important pour une alimentation saine et équilibrée. C’est elle qui garantit un apport adapté en nutriments. La DDC s’engage pour une alimentation qui soit non seulement suffisante pour tous, mais aussi saine et équilibrée. Pour y parvenir, le maintien de la biodiversité est donc fondamental. Dans le cadre de la sécurité alimentaire, l’agrobiodiversité, c’est-à-dire à la diversité des plantes utiles, fait l’objet d’une attention toute particulière.

A l’échelle mondiale, la DDC participe au maintien des plantes utiles les plus cultivées comme le maïs, le riz ou la pomme de terre. Elle finance notamment les banques de semences pour stocker dans de bonnes conditions les semences dans les pays en développement.

La DDC s’intéresse également à l’amélioration des systèmes de semences existants. Il est nécessaire de préserver les connaissances des spécialistes et les systèmes de semences traditionnels doivent être mis en relation avec les systèmes modernes. Par l’intermédiaire de l’organisation de recherche Bioversity International, présente en Ouzbékistan et dans d’autres pays asiatiques ainsi qu‘en Amérique du Sud et en Afrique, la DDC aide ainsi les agriculteurs locaux à cultiver, transformer et mettre sur le marché des variétés améliorées de plantes utiles.

La population locale des pays concernés joue un rôle important dans le maintien de la biodiversité, car elle dispose des connaissances concernant les espèces indigènes et la culture traditionnelle des sols. La DDC intègre cet aspect dans ses projets de biodiversité, et travaille main dans la main avec des institutions locales, régionales et internationales pour parvenir à une utilisation durable des écosystèmes qui soit acceptée et observée par les populations locales des pays concernés.

Contexte

La biodiversité est au cœur d’une situation complexe. D’un côté, la transformation d’écosystèmes naturels en vastes surfaces agraires conduit à une augmentation de la production agricole et donc à une quantité supérieure de nourriture disponible. D’un autre côté, cette évolution présente le danger de réduire la diversité des espèces et donc de réduire la capacité d’autosuffisance des populations locales. Le défi est d’organiser l’exploitation des terres dans le respect de la nature et pour le bien de toutes les parties prenantes. La biodiversité est également primordiale pour la recherche médicale, car les plantes, sauvages ou cultivées, sont souvent à l’origine du développement des médicaments.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), les apports alimentaires mondiaux proviennent aujourd’hui essentiellement d’une trentaine de cultures, alors qu’il existe environ 30 000 plantes comestibles. La moitié des apports énergétiques de la population mondiale est couverte par trois céréales : le maïs, le blé et le riz. Or, il est risqué de se concentrer sur un faible nombre de légumes et de céréales, alors qu’une diversité génétique suffisante constitue une protection à long terme contre les imprévus comme les maladies et les parasites.

Liens

Projets actuels

Objet 1 – 9 de 9

  • 1

Echange de connaissances et d’expériences sur la protection des écosystèmes des forêts de montagne dans les Andes

Section de forêt andine sous la brume.

01.11.2011 - 31.12.2019

Les forêts des Andes sont précieuses à bien des égards : elles stockent l’eau et la purifient, protègent des dangers naturels et absorbent les gaz à effet de serre nocifs pour l’environnement. Grâce au projet ANFOR, la DDC contribue à protéger durablement les forêts de montagne dans les Andes.

Pays/région Thème Période Budget
Ande
Environnement
Ajustement aux changements climatiques
Sylviculture
Ajustement aux changements climatiques
Atténuation des effets des changements climatiques
Biodiversité
Atténuation des effets des changements climatiques
SYLVICULTURE
PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT,GÉNÉRAL
PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT,GÉNÉRAL
PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT,GÉNÉRAL
Développement sylvicole
Politique de l’environnement et gestion administrative
Politique de l’environnement et gestion administrative
Protection de la biosphère
Protection de la biosphère
Diversité biologique

01.11.2011 - 31.12.2019


CHF 8'072'000




Global Sustainable Land Management Platform for Knowledge Management and Decision Support (WOCAT)

01.12.2015 - 30.11.2019

Sustainable Land Management (SLM) is essential for reducing land degradation, restoring degraded land and striving to achieve land degradation neutrality. WOCAT, the Global Sustainable Land Management Platform, is recognised by the UN Convention to Combat Desertification (UNCCD) as the primary database for SLM best practices reporting, offers robust and up-to-date knowledge, tools and methods for evidence-based decision-making to implement the most appropriate practices within a given context and to improve land resources, ecosystems and livelihoods. The phase will focus on enhancement of knowledge uptake in decision support.


Support to Recovery and Reconstruction in Nepal Programme (SRRNP)

05.06.2015 - 31.12.2018

Three major earthquakes left over 8’500 people dead, 3 mio homeless and affected one third of the population in Nepal. Switzerland’s contribution to the recovery and reconstruction efforts will ensure the equitable distribution of services and provisions especially from a gender and social inclusion perspective through, the provision of direct recovery and reconstruction support to the affected people, capacity building of the local government and other service delivery agencies.


BIOCULTURA 2015 - 2019

01.06.2015 - 31.12.2019

In the last 5 years the Biocultura programme has elaborated an environment compatible approach for the development of rural communities – known as „Vivir Bien“ in Bolivia, and has contributed to the definition of a legal framework for the climate issue. In the 2nd phase 15.000 families in 400 communities have been receiving support to assimilate the climate changes and national capacities for an efficient and transparent management of the national climate budget have been constructed.


Home Garden

16.01.2014 - 16.07.2018

Small and marginal farmers in Nepal, especially women and children, are regularly exposed to malnutrition and are vulnerable to external shocks such as health risks and natural hazards. Home garden aims to improve family nutrition and reduce vulnerability of such individuals and households. Objectives are to diversify dietary sources of disadvantaged groups in homestead for family consumption and increase capacity for adaptation to natural hazards and climate change. The project strengthens the safety net and the coping strategy of the most vulnerable in Nepal.
 



Angewandte Forschung zur Anpassung an den Klimawandel

01.06.2013 - 31.12.2018

Bolivien ist von den negativen Auswirkungen des Klimawandels (KW) stark betroffen – insbesondere 500‘000 besonders anfällige in Armut lebende Familien in den Höhenlagen der Anden. Mit dem Projekt soll die Resilienz von armen Familien in den Anden verbessert werden. Mittels eines Wettbewerbs sollen in 4 Jahren rund 100 Forschungsprojekte der zwei bekanntesten Universitäten des Landes finanziert werden. Es geht dabei um angewandte Forschung zu Themen, die den konkreten Bedürfnissen der am stärksten vom KW betroffenen andinen Dorfgemeinschaften entsprechen.


Renforcement de la société civile

01.07.2011 - 30.11.2019

La contribution suisse à l’élargissement comprend le financement, dans chacun des pays partenaires (sauf Malte), d’un fonds d’appui aux organisations non gouvernementales (ONG). Ces fonds visent à promouvoir et à renforcer la participation de la société civile au développement économique et social du pays. Le montant global de tous les fonds d’appui aux ONG avoisine 61 millions de francs.

Pays/région Thème Période Budget
Bulgarie
Protéger l’environnement
Renforcer la société civile
Biodiversité
Organisations non gouvernementales

01.07.2011 - 30.11.2019


CHF 8'000'000


Objet 1 – 9 de 9

  • 1