Entretien avec Péter Matus, participant au programme Sciex

Peter Matus participa à la conference à l'université ETH
© DDC

Peter Matus, post-doctorant hongrois, a effectué en 2014-2014 un séjour de recherche au département de physique de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Il s'est notamment intéressé aux biomolécules et aux nanoparticules. 

Comment as-tu entendu parler du programme Sciex?

Par l'université, dans laquelle j'ai fait mes études en Hongrie, et par le professeur László Forró, qui dirige le laboratoire à l'EPFL, que je connais. 

Pourquoi as-tu décidé de postuler pour une bourse d'études Sciex?

J'ai passé une année de mon doctorat à Paris, qui a été très riche en expériences. Je voulais profiter du programme Sciex pour approfondir mes activités de recherche. L'EPFL est par ailleurs un établissement connu et reconnu pour la recherche en physique. 

Quel bilan tires-tu de cette expérience en Suisse?

Le programme m'a permis d'élargir mon champ de recherche et de me familiariser avec des techniques et des méthodes qui n'étaient jusqu'ici pas connues dans mon pays. Durant mon séjour en Suisse, je n'ai cessé de collaborer avec mon université en Hongrie, qui applique désormais ces nouvelles méthodes de recherche. L'EPFL bénéficie également de ce partenariat. 

Que fais-tu aujourd'hui?

On m'a offert la possibilité de poursuivre mon travail et mon projet de recherche à l'EPFL, où j'ai également commencé à enseigner. Je continue également de collaborer avec l’université de technologie en Hongrie. 

Quels sont tes projets pour ta carrière académique?

Je souhaite continuer mes travaux de recherche à l'EPFL et achever le projet en cours. J'ambitionne ensuite de poursuivre mon activité à l’université en Hongrie.