Utilité pour la Suisse

Tableau d’information
Le tableau informe sur place des projets financés en Pologne par la Suisse. © SECO

La contribution à l’élargissement est notre contribution en faveur d’une Europe sûre, stable, prospère et démocratique. Elle fait partie intégrante de la politique européenne de la Suisse et lui permet ainsi de consolider ses relations avec l’UE et ses États membres.

Consolider les relations avec l’UE 

L’élargissement de l’UE est synonyme de davantage de stabilité, de renforcement de la démocratie, d’accroissement de la prospérité et de promotion de la paix en Europe. Par sa contribution, la Suisse aide à atténuer les disparités économiques et sociales au sein de l’UE et participe ainsi solidairement aux coûts de l’élargissement.

Grâce à la contribution à l’élargissement, la Suisse consolide non seulement ses relations bilatérales avec les nouveaux États membres, mais encore avec l’UE tout entière. La contribution à l’élargissement fait partie de la politique européenne de la Suisse et assoit l’image de notre pays à l’étranger.

Exploiter les opportunités pour l’économie suisse

L’élargissement de l’UE s’est traduit par de nombreux avantages pour la Suisse, notamment d’importantes possibilités d’exportation et d’investissement. L’engagement de la Suisse améliore la visibilité et donc les opportunités des entreprises suisses lors de marchés publics, en particulier dans les appels d’offres lancés dans le cadre des fonds structurels et du Fonds de cohésion de l’UE. Une enquête révèle que des entreprises suisses, de tailles variables, ont reçu plus de 580 commandes entre 2010 et 2015 pour un montant de quelque 2 milliards de francs dans le sillage des projets financés par l’UE dans les 13 pays partenaires. Étant donné que les entreprises ne sont pas tenues d’informer la Confédération des mandats qu’elles ont décrochés, cette enquête ne recense qu’une partie des mandats effectivement attribués.

La contribution à l’élargissement a également été source de retours directs. Environ 10 % des fonds engagés ont servi à rétribuer les entreprises, associations et universités suisses impliquées dans les programmes pour les prestations qu’elles ont fournies dans les pays partenaires. En outre, 88 partenariats de recherche bilatéraux ont permis le dépôt de 28 brevets, renforçant ainsi la place scientifique suisse.

Renforcer les partenariats

Plusieurs centaines de partenariats ont vu le jour entre institutions des pays partenaires et la Suisse, un réseau précieux sur lequel notre pays peut s’appuyer en Europe. Cette coopération promeut les échanges de connaissances et d’expériences, ainsi que la présence de la Suisse en Europe.

Répondre aux enjeux transnationaux

Bon nombre de projets étaient dans l’intérêt de la Suisse sur le plan sécuritaire, puisqu’ils favorisaient par exemple la protection de la frontière extérieure de l’espace Schengen, la lutte contre la criminalité organisée ou l’intégration des migrants. La pollution de l’environnement ne fait pas non plus cas des frontières. Les projets suisses ont concouru à assainir des sites contaminés, à améliorer la qualité de l’air et des eaux et à réduire les émissions de gaz à effet de serre.