Maison de la paix

Maison de la paix
La Maison de la paix à Genève © DFAE

La Maison de la paix a été conçue pour devenir un lieu de rencontre, de réflexion et d’action dans le domaine de la promotion de la paix et de la sécurité. Inaugurée en 2014, elle est le siège entre autres, de centres tels que le Centre de politique de sécurité de Genève (GCSP), le Centre international de déminage humanitaire (GICHD) et le Centre pour le contrôle démocratique des forces armées (DCAF).

Depuis le début de sa participation au Partenariat pour la paix, la Suisse s’engage en faveur de l’instruction en matière de politique de sécurité. Avec ses trois centres genevois GCPS; GICHD  et le DCAF, elle a forgé trois outils performants de soutien et de transmission du savoir, dont les services sont également proposés dans le cadre du Partenariat pour la paix.

Le DCAF est le principal centre de compétences au monde en ce qui concerne la bonne gouvernance et la réforme du secteur de la sécurité (RSS). Il travaille en étroit partenariat avec l’ONU, l’OSCE, l’UE, l’OCDE et l’OTAN. L’élaboration de nouvelles stratégies et le travail opérationnel sur le terrain constituent ses deux grands domaines de spécialisation.

Le GCSP est une fondation internationale avec 48 Etats membres. Le Centre dispose d’un réseau international et organise des formations axées sur la pratique ainsi que des programmes de perfectionnement dans le domaine de la politique internationale de paix et de sécurité. Ces enseignements s’adressent aux diplomates, au personnel des administrations et des armées ainsi qu’aux représentants des organisations internationales.

Le GICHD couvre l’ensemble du processus de déminage humanitaire («mine action»), qui intègre également des aspects tels que les interventions en cas de crise, la reconstruction, la promotion de la paix et la coopération au développement. Le GICHD a aussi pour vocation de développer et de diffuser des connaissances spécialisées («best practices»), de formuler des normes reconnues et applicables à l’échelle internationale, d’améliorer la gestion de la qualité et d’œuvrer à une meilleure protection du personnel mobilisé.