Relations bilatérales Suisse-Luxembourg

Les deux pays ont un certain nombre de points communs: une situation centrale en Europe, le français et l’allemand comme langues nationales communes,  le plurilinguisme et une importante place financière.

Points clés des relations diplomatiques

Au sein des organisations internationales, la Suisse et le Grand-Duché du Luxembourg défendent souvent des positions similaires ou identiques. Des contacts réguliers ont lieu au niveau ministériel sur les questions financières et fiscales. De 2012 à 2016, la Suisse et le Luxembourg ont co-présidé l’Agence spatiale européenne (ESA).

Banque de données des traités internationaux

Coopération économique

Alors que les échanges de marchandises sont traditionnellement modestes entre les deux pays (600 millions de francs en 2016), la Suisse enregistre d’importants échanges de services avec le Luxembourg. En 2016, les exportations de services à destination du Luxembourg ont atteint une valeur de 5,74 milliards d’euros tout comme les importations de services en provenance de ce pays. Cela correspond approximativement à 10% de l’ensemble des échanges de services et de services financiers luxembourgeois. Les banques suisses ont joué un rôle déterminant dans l’établissement du Luxembourg comme place financière spécialisée dans les fonds de placement. Elles détiennent 14% de parts de marché dans les fonds ainsi qu’une part significative des activités de gestion de fortune. En 2016, onze banques suisses et une banque liechtensteinoise étaient représentées au Luxembourg.

Informations par pays, Secrétariat d’État à l’économie SECO

Coopération en matière d’éducation, de recherche et d’innovation

Au niveau fédéral, et d’avantage encore au niveau cantonal, les deux pays mènent une intense collaboration dans le domaine de l’éducation. Le Luxembourg entretient des relations étroites avec Genève et Fribourg pour la formation des enseignants d’écoles primaires luxembourgeoises ainsi qu’avec Zurich (Haute école de pédagogie curative, HfH).

En raison de l’augmentation du chômage des jeunes, le système dual de formation professionnelle de la Suisse suscite un intérêt croissant au Luxembourg. Depuis 2003, le Luxembourg dispose de sa propre université; auparavant, de nombreux étudiants effectuaient leur formation dans les universités suisses.

Les chercheurs et les artistes luxembourgeois peuvent déposer leur dossier de candidature auprès du Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) pour obtenir des bourses d’excellence de la Confédération suisse.

Bourses d’excellence de la Confédération suisse destinées aux chercheurs et artistes étrangers, SEFRI

Echanges culturels

Les échanges culturels entre les deux pays sont diversifiés; ils sont favorisés par des langues communes et une mentalité similaire. En conséquence, les artistes suisses de toutes les disciplines sont bien représentés au Luxembourg.

Historique des relations bilatérales

En 1309, l’empereur Henri VII, comte de Luxembourg, a accordé l’immédiateté impériale aux trois cantons de la Suisse primitive (Uri, Schwyz et Unterwald). En 1843, le Luxembourg a adhéré au «Deutscher Zollverein» (l’Union douanière allemande), par l’intermédiaire duquel il a noué des liens économiques avec la Suisse.

La Suisse a signé en 1929 un accord avec l’«Union économique belgo-luxembourgeoise», qui réunissait depuis 1921 la Belgique et le Luxembourg. Les deux pays entretiennent des relations diplomatiques depuis 1938. Jusqu’à l’ouverture d’une ambassade suisse dans le pays, le ministre suisse (ambassadeur dès 1957) à Bruxelles était aussi accrédité pour le Luxembourg.

En 1947, la grande-duchesse Charlotte et le prince Félix ont effectué une visite officielle en Suisse; en 1989, le ministre des affaires étrangères René Felber en a fait de même au Luxembourg. Les contacts réciproques s’étant intensifiés depuis lors, le rythme des visites diplomatiques est aujourd’hui très soutenu.

Luxembourg, Dictionnaire historique de la Suisse