Programme de développement social en milieu urbain

Projet terminé

Les acteurs locaux dynamisent leur économie grâce à la réalisation de pistes praticables, de plaines cultivables et de marchés hebdomadaires. La Suisse les accompagne depuis sept ans.

Pays/région Thème Période Budget
Mali
Région de Sikasso/ Cercle de Koutiala
Agriculture et Sécurité alimentaire
État de droit - démocratie - droits de l’homme
Développement de la chaîne de valeur agricole
Décentralisation - gouvernance locale - démocratisation (y compris redevabilité)
Infrastructure rurale
Décentralisation - gouvernance locale - démocratisation (y compris redevabilité)
01.08.2011 - 31.03.2016
CHF 3'600'000

Des collectivités locales relancent l’économie au sud ouest du Mali

Le Programme Sigida Kura offre aux habitants de la région de Koutiala un cadre de vie meilleur grâce à des opportunités d’emplois ruraux, à une amélioration de leurs revenus et à une meilleure sécurité alimentaire. Au total, 600'000 habitants, 1500 exploitants agricoles et plus de 5000 intervenants du secteur artisanal bénéficient de cet appui. En effet, malgré les progrès déjà réalisés au cours des sept dernières années grâce au soutien de la DDC, les habitants de Koutiala manquent encore de ressources financières, de superficies cultivables aménagées et de marchés pour soutenir leur économie. Une situation d’autant plus difficile que la région ne dispose pas de pistes rurales praticables. 

Des pistes, des plaines, des foires et un marché à bétails

Afin de lutter contre l’enclavement régional, la nouvelle phase du programme prévoit la construction d’environ 50 km de pistes pour faciliter l'acheminement des marchandises et des produits agricoles vers les différents marchés locaux. L’aménagement de quatre foires hebdomadaires et d’un marché à bétails permettront, en outre, d’augmenter le volume des échanges et de dynamiser l’économie locale. Six plaines d’environ 20 hectares de superficie cultivable vont être aménagées dans la foulée.

Des revenus pour les femmes et les jeunes

Le programme entend d’autre part faciliter l’accès aux moyens de production des femmes et des jeunes, particulièrement touchés par la précarité, tout en leur permettant d’augmenter leur revenu. Il les aidera ainsi à mettre en place des périmètres maraîchers et subventionnera le matériel nécessaire à la production (arrosoirs, seaux, houes, semences, engrais, etc.). Par ailleurs, la construction de moulins à grains allègera la charge de travail des femmes. Leur participation à la croissance économique de la région leur permettra d’être mieux représentées dans les différents comités de gestion et davantage consultées lors des prises de décision.

Une gestion transparente des affaires publiques

Pour garantir une gestion efficace et saine des affaires publiques, les communautés prévoient d’organiser des rencontres lors desquelles les acteurs locaux échangeront au sujet de la gestion courante des affaires de leur localité. Cette activité vise à susciter chez les communautés et les élus plus de responsabilité dans le suivi et la gestion des affaires de la cité.