Stratégie

Le coup d’Etat de mars 2012 et les périodes de conflit qui s’en sont ensuivies ont révélé la profonde fragilité du Mali. En s’adaptant constamment au contexte, la DDC poursuit son appui au développement dans le pays à des fins de stabilisation. Elle s’engage dans les domaines de la sécurité alimentaire, de l’éducation et de la gouvernance locale. La Suisse fournit une aide humanitaire aux déplacés internes et une expertise en matière de réconciliation et promotion de la paix.

Dans le contexte volatile propre au Mali, l’approche de la coopération suisse est basée sur une méthode de gestion de projets sensible aux conflits. Cette façon de procéder s’avère pertinente. Alors que d’autres bailleurs internationaux n’ont eu d’autre choix que de quitter le pays, la Suisse a toujours pu poursuivre ses activités, moyennant de s’adapter à l’évolution du contexte politique et sécuritaire. 

L’élection présidentielle du 11 août 2013 a marqué le retour à l’ordre constitutionnel au Mali. La Suisse apporte son soutien au rétablissement des institutions étatiques aux niveaux national et local.

La nouvelle stratégie se focalise sur la création de richesse locale avec un accent particulier sur la professionalisation des interventions publiques et privées et la participation des différents groupes et institutions à la marge des centre de décisions. Ainsi, la finalité recherchée est de contribuer à l'essor d'une société et d'insitutions à même de promouvoir des économies locales dynamiques, d'assurer une éducation et formation adaptées et d'établir une gouvernance partagée et transparente.