Des briques propres pour un avenir meilleur

Projet terminé
Les travailleurs emballent les briques cuites
Les travailleurs emballent les briques cuites du VSBK (Langkloof Bricks). © Swisscontact Swisscontact

En Afrique du Sud, la fabrication de briques d’argile génère de fortes émissions de gaz à effet de serre à cause de l’utilisation de systèmes de combustion très peu efficients sur le plan énergétique. Pour résoudre ce problème, la Direction du développement et de la coopération (DDC) soutient le transfert de technologies Sud-Sud avec l’introduction de fours à briques équipés de cheminées verticales (VSBK). Cette technologie énergétiquement efficiente permet de réduire considérablement la consommation de charbon et d’abaisser les émissions de CO2 de moitié. La première installation pilote a été inaugurée en septembre 2011 à Jeffrey’s Bay, dans la province du Cap-oriental.

Pays/région Thème Période Budget
Afrique du Sud
Economie et emploi
Environnement
Atténuation des effets des changements climatiques
Développement de petites et moyennes entreprises
01.11.2013 - 31.10.2017
CHF 4'150'000

La fabrication sud-africaine de briques d’argile est une industrie moderne, du moins en ce qui concerne l’exploitation de l’argile et la production de briques « vertes » (crues). La plupart des briques continuent toutefois d’être cuites dans des fours très peu efficients datant de l’ère romaine. L’adoption de nouvelles réglementations environnementales, la hausse du prix du charbon et l’érosion des bénéfices incitent les producteurs de briques d’Afrique du Sud à chercher activement des modes de combustion plus efficients sur le plan énergétique.

Principes d’utilisation

Le VSBK est un four d’origine chinoise très efficient, dont la technologie a été adaptée et améliorée avec l’aide de la DDC en Inde et au Népal. Les briques sont chargées au sommet de la cheminée, puis retirées au pied de celle-ci dans un processus continu. La cheminée de combustion est bien isolée de tous les côtés, afin de réduire les pertes de chaleur au minimum. Les gaz chauds résultant de la combustion servent au préchauffage progressif des briques crues placées au sommet de la cheminée. La consommation énergétique et les émissions de CO2 s’en trouvent réduites de près de 50 % par rapport aux fours traditionnels. Le passage à la technologie VSBK entraîne d’importants changements au niveau des conditions de travail : remplacement du travail de jour par une activité 24 h sur 24 et amélioration des compétences des travailleurs. 

Financement des investissements 

L’Afrique du Sud a traversé une grave crise financière, qui a durement frappé le secteur de la construction. Depuis le début de la crise, la production de briques en argile a diminué de moitié et la marge de rentabilité des producteurs a pratiquement disparu. De nouvelles réglementations environnementales imposeront prochainement l’adoption de méthodes de combustion plus propres et moins gourmandes en énergie. Pour relever ce défi, le projet VSBK favorise l’accès aux « fonds verts » et au mécanisme de développement propre (MDP). Le projet soutient le développement et l’enregistrement d’un programme d’activités générant des unités de réductions d’émissions certifiées (UREC), qui pourront ensuite être vendues sur le marché MDP. 

Contribution au développement durable

Les bénéfices du projet VSBK ne sont pas seulement de nature économique ou environnementale, mais aussi sociale :

  • Amélioration des conditions environnementales, sanitaires et sécuritaires
  • Développement des capacités
  • Création d’emplois
  • Ouverture de nouvelles perspectives pour les femmes

Contrairement aux fours traditionnels, le VSBK n’émet presque pas de gaz et contribue donc à préserver la santé des travailleurs. Par ailleurs, les risques de chute ou d’effondrement de piles de briques sont fortement réduits. L’utilisation correcte de ce système requiert en outre une formation spécifique, grâce à laquelle les employés deviennent plus compétitifs sur le marché de l’emploi. 

Cette technologie doit non seulement générer un grand nombre d’emplois, mais aussi réduire l’effort physique requis. Les femmes devraient ainsi être à même d’accéder à d’autres postes au sein des briqueteries.

Cent cheminées en l’espace de 4 ans

Ce projet fait partie du programme d’amélioration de l’efficience énergétique soutenu par la DDC en Afrique du Sud. Il est mis en œuvre conjointement par Swisscontact et Skat, avec la participation active d’experts indiens et népalais.
On estime que 50 % des briqueteries pourraient adopter cette nouvelle technologie en Afrique du Sud d’ici 5 à 10 ans. Pendant la première phase quadriennale, l’objectif consiste à mener une campagne de sensibilisation auprès des producteurs de briques et des autorités. Cette mesure devrait déboucher sur la construction de 100 fours VSBK et une capacité de production de plus de 180 millions de briques par an. Les émissions de gaz à effet de serre devraient, quant à elles, diminuer de quelque 84 000 tonnes de CO2 par an.