Prévention des atrocités

Un cimetière rempli de pierres tombales blanches identiques dédié à la mémoire des victimes de Srebrenica dans l’actuelle Bosnie et Herzégovine.
Cimetière et mémorial en hommage aux victimes de Srebrenica, dans l'actuelle Bosnie et Herzégovine, où plus de 8000 hommes et garçons musulmans ont été assassinés en juillet 1995. © Shutterstock

La Suisse s’emploie à identifier dès que possible les risques d’inhiber les facteurs déclencheurs.  Elle se mobilise à l’échelle internationale pour que les États mettent en place des stratégies, des mécanismes et des structures nationales visant à empêcher les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité, les génocides et les nettoyages ethniques. Il incombe à chaque État de protéger sa population à cet égard. Aucun État n’est à l’abri des atrocités.

Le réseau international de lutte contre les atrocités de masse (Global Action Against Mass Atrocity Crimes, GAAMAC) a été créé en 2013 à l’initiative de la Suisse, qui assume actuellement la présidence de son comité directeur. Ce réseau compte des représentants non seulement d’États mais aussi d’organisations de la société civile, car la prévention des atrocités implique une action conjointe des gouvernements et de l’ensemble de la société. Afin d’aider les États à mettre en place les structures appropriées, le GAAMAC offre une plateforme destinée au dialogue et à l’échange de connaissances et de meilleures pratiques.

Tous les deux ans, le GAAMAC organise une conférence internationale. La troisième édition a eu lieu en mai 2018 en Ouganda, où plus de 50 États étaient représentés aux côtés d’organisations non gouvernementales et d’instituts de recherche. La première et la deuxième conférence, organisées en 2014 au Costa Rica et en 2016 dans la capitale philippine, Manille, avaient chacune réuni 52 États

Message vidéo du conseiller fédéral Ignazio Cassis sur le GAAMAC III

Le réseau GAAMAC a été créé dans le sillage des conférences régionales sur la prévention du génocide que la Suisse a organisées entre 2008 et 2013 en coopération avec l’Argentine, le Cambodge et la Tanzanie. Depuis octobre 2017, il possède un secrétariat à Genève.

Réseau international de lutte contre les atrocités de masse (en)

La Suisse travaille en étroite coopération avec l’ONU en matière de prévention des atrocités, notamment avec le Bureau du Conseiller spécial du Secrétaire général des nations Unies pour la prévention du génocide et la responsabilité de protéger.

Bureau du conseiller spécial pour la prévention du génocide et la responsabilité de protéger (en)