Relations bilatérales Suisse–Italie

La Suisse et l’Italie entretiennent depuis longtemps de bonnes relations se caractérisant par des liens étroits sur les plans économique, politique, humain et culturel, une langue commune et des contacts réguliers à tous les niveaux.

Points clés des relations diplomatiques

Les relations bilatérales entre la Suisse et l’Italie sont régies par un ensemble d’accords complexe. Des rencontres ont lieu régulièrement entre des représentants du gouvernement et des administrations des deux pays et des contacts ont été institutionnalisés entre les deux parlements. Giorgio Napolitano est le dernier président de la République d'Italie à avoir effectué une visite d’État en Suisse, à savoir les 20 et 21 mai 2014.

Depuis mai 2012, la Suisse et l’Italie mènent un dialogue en matière fiscale. Un pas important pour résoudre les questions en suspens dans ce domaine a été franchi le 23 février 2015, grâce à la signature de la feuille de route sur les questions fiscales et du protocole modifiant la convention contre les doubles impositions. La Suisse et l’Italie ont conclu et paraphé un accord relatif à l’imposition des travailleurs frontaliers le 22 décembre 2015. Cet accord est l’expression concrète de l’un des principaux engagements pris par les deux pays dans le cadre de la feuille de route.

Par ailleurs, les deux pays entretiennent une coopération étroite en ce qui concerne la politique des transports et de l’énergie ainsi que le développement des infrastructures. Outre un dialogue économique, la Suisse et l’Italie mènent un dialogue agricole, qui a eu lieu pour la deuxième fois en février 2013. Ces contacts offrent à la Suisse une excellente occasion d’aborder avec l’Italie des questions bilatérales, des questions relevant de la politique européenne et des sujets de portée internationale.

La Suisse et l’Italie disposent de différentes enceintes de dialogue. Les communautés de travail «Regio Insubrica» et «Espace Mont-Blanc» traitent ainsi de la coopération transfrontalière. Grâce au dialogue italo-suisse, les deux pays peuvent mieux prendre conscience des bénéfices qu’ils peuvent chacun retirer de l'autre dans de nombreux domaines.

Quelque 320’000 ressortissants italiens vivent en Suisse, formant la plus grande communauté étrangère du pays.  Ils constituent un facteur social et sociétal important dans les relations unissant les deux pays. Ils donnent en particulier davantage de poids à la langue italienne en Suisse.

Banque de données des traités internationaux

Coopération économique

Cinquième partenaire commercial de la Suisse, l’Italie enregistre régulièrement une balance commerciale excédentaire (2016: 4,8 milliards CHF pour un volume total de 34 milliards CHF).

En 2015, les investissements directs de la Suisse en Italie, d'un montant de 15,6 milliards de francs, ont permis de créer quelque 51’000 emplois. La même année, les entreprises italiennes ont investi 4,1 milliards de francs en Suisse. Les investissements directs en provenance d’Italie ont généré 13’000 emplois.

Les échanges sont particulièrement intenses le long de la frontière, que près de 70’000 Italiens franchissent quotidiennement pour venir travailler en Suisse.

Promotion du commerce (Switzerland Global Enterprise)

Chambre de commerce suisse en Italie (it, de)

Chambre de commerce italienne pour la Suisse

Italie, SECO

Coopération en matière d’éducation, de recherche et d’innovation

Des écoles suisses existent à Milan, Bergame, Rome, Côme et Catane. Par ailleurs, des hautes écoles helvétiques entretiennent depuis longtemps des contacts fructueux et réguliers avec des institutions partenaires de la péninsule. La création de l'Université de la Suisse italienne (USI) à Lugano et à Mendrisio ainsi que de la Haute École spécialisée de la Suisse italienne (Scuola universitaria professionale della Svizzera italiana, SUPSI) a conféré une nouvelle dimension aux liens scientifiques entre les deux pays.

Signé en 2000, l'accord sur la reconnaissance réciproque des équivalences dans l'enseignement supérieur stimule les échanges académiques. En 2010, la commission scientifique, qui encourage la collaboration et œuvre en faveur des doubles doctorats de recherche (cotutelles) et d'une meilleure reconnaissance des diplômes, a tenu sa première réunion. La coopération étroite entre des chercheurs des deux pays dans le cadre de programmes de recherche européens est également essentielle.

Les chercheurs et les artistes italiens peuvent déposer leur dossier de candidature auprès du Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l'innovation (SEFRI) pour obtenir des bourses d'excellence de la Confédération suisse.

Université de la Suisse italienne (en)

Haute École spécialisée de la Suisse italienne (it)

Bourses d’excellence de la Confédération suisse destinées aux chercheurs et artistes étrangers, SEFRI

Echanges culturels

Les deux pays entretiennent d’étroites relations sur le plan culturel. Depuis 1947, la Suisse dispose à Rome d'un institut dédié aux échanges culturels et scientifiques (Istituto Svizzero di Roma), dont une antenne existe à Milan (Centro culturale svizzero). Le DFAE s’associe, à travers des projets communs déployés aux quatre coins du monde, à la «Settimana della lingua italiana nel mondo», lancée par le ministère italien des affaires étrangères.

Ministère italien des affaires étrangères: la Settimana della lingua italiana nel mondo (it)

Les Suissesses et les Suisses en Italie

Fin 2016, près de 52’000 ressortissants suisses vivaient en Italie.

Historique des relations bilatérales

La Suisse et l’Italie entretiennent des relations diplomatiques depuis la fondation de l’État italien en 1861. En 2011, l’année du 150e anniversaire de l’unité italienne a également été celle des 150 ans des relations diplomatiques entre les deux pays.

Le Conseil fédéral a décidé en 1957 de transformer en ambassade la légation suisse à Rome, que la Suisse avait inaugurée en 1871.

Italie, Dictionnaire historique de la Suisse