Département fédéral des affaires étrangères

Navigation

Navigation principale

Navigation secondaire

Informations complémentaires

Recherche rapide

Contact spécialisé

DFAE
Task Force présidence OSCE
Monbijoustrasse 8
CH-3003 Bern
Telefon +41 (0)31 322 24 16
E-Mail:  pd-aezeo-osze@eda.admin.ch

Vous êtes ici :

Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE)

Les drapeaux des Etats participants de l'OSCE © OSCE / Mikhail Evstafiev

Les drapeaux des Etats participants de l'OSCE © OSCE / Mikhail Evstafiev

L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui a son siège à Vienne, constitue la plus grande organisation de sécurité régionale au monde ; elle compte en effet 57 Etats participants en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. L’OSCE s’emploie principalement à résoudre les différences et à renforcer la confiance. La Suisse en fait partie depuis sa fondation en 1975. Elle présidera l’Organisation en 2014, pour la deuxième fois après 1996.

L’OSCE a été créée en 1975 sous le nom de Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE). En 1992, la CSCE a été reconnue en tant qu’accord régional au titre du Chapitre VIII de la Charte des Nations Unies; depuis 1994, elle s’appelle l’OSCE. Les Etats participants jouissent tous d’un statut égal et les décisions sont prises par consensus.

Forum de dialogue et plateforme d’action, l’OSCE a pour but de promouvoir la démocratie, les droits de l’homme et l’état de droit, de résoudre les différences entre les Etats et de créer un climat de confiance grâce à une coopération étroite. L’accent est mis sur la diplomatie préventive, la prévention des conflits et la gestion des crises ainsi que sur la reconstruction et la consolidation des structures démocratiques de la société après un conflit. L’Organisation s’occupe de questions ayant un impact sur la sécurité régionale commune. Outre la maîtrise des armements conventionnels et les menaces transnationales comme le terrorisme, la criminalité organisée, la cybercriminalité, le trafic de drogues et d’armes et la traite d’êtres humains, les domaines couverts par l’OSCE englobent aussi le progrès économique, les questions environnementales, la bonne gouvernance, la sécurité énergétique, la démocratisation, les droits de l’homme et les libertés fondamentales.

La sécurité, telle que la conçoit l’OSCE, ne se réduit pas à sa seule dimension militaire. Elle comprend les trois dimensions suivantes :

  • Dimension politico-militaire
    Maîtrise des armements, réformes en matière de défense et de police, protection des frontières, lutte contre les menaces transnationales comme le terrorisme, prévention et résolution des conflits, sécurisation du stockage et destruction des armes légères et de petit calibre ainsi que lutte contre la cybercriminalité
  • Dimension économico-environnementale
    Bonne gouvernance, lutte contre la corruption, protection de l’environnement, utilisation durable des ressources naturelles, gestion de l'eau et gestion écologique des déchets
  • Dimension humaine
    Respect et protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales, développement de structures démocratiques, promotion de la tolérance et de la non-discrimination, liberté des médias, droits des minorités et état de droit
Importance de l’OSCE pour la Suisse

L’OSCE constitue pour la Suisse une plateforme essentielle pour œuvrer, conformément aux priorités de sa politique extérieure, au service de la paix et de la sécurité en Europe, dans ses régions limitrophes et dans le reste du monde. Cette organisation lui offre un cadre où elle peut débattre de questions liées à la politique de sécurité et aux mesures de confiance avec tous les Etats d’Europe et d’Asie centrale, ainsi que les Etats-Unis et le Canada. La Suisse soutient activement des projets de l’OSCE et met des experts à sa disposition pour des missions civiles de paix d’une durée limitée, auprès desquelles ils sont détachés en qualité d’observateurs électoraux, de conseillers en matière de police ou de spécialistes des questions touchant aux processus constitutionnels, à la médiation, à l’état de droit et aux droits de l’homme.

Organes politiques et institutions permanentes de l’OSCE :

L’OSCE dispose en outre de 16 missions de terrain, qui sont déployées à l’invitation de l’Etat participant concerné. Leurs activités portent notamment sur l’alerte précoce et la prévention des conflits ainsi que sur la restauration de la confiance après un conflit. Par l’intermédiaire de ses opérations de terrain, l’OSCE soutient par des projets concrets les gouvernements et les autorités dans le cadre de processus de transformation, par exemple, lors de réformes législatives et de la mise en place de structures démocratiques et dignes d’un Etat de droit ou lors de l’organisation d’élections.

L’OSCE contribue également à établir des réseaux et s’implique dans la formation de personnel spécialisé. Elle a mis sur pied à Douchanbé une académie de formation à la gestion des frontières. Cet établissement est un centre unique de transmission des connaissances dans ce domaine. Deuxième exemple, celui de l’Académie de l’OSCE à Bichkek, qui offre des bourses aux meilleurs étudiants d’Asie centrale, notamment d’Afghanistan. Le programme de master et les formations spécialisées qui y sont dispensés préparent aux carrières du service public.

Observateurs électoraux de l'OSCE / BIDDH en mission © OSCE / Urdur Gunnarsdottir

Observateurs électoraux de l'OSCE / BIDDH en mission © OSCE / Urdur Gunnarsdottir