Egalité des femmes et des hommes

Le Thème transversal du GENRE

Le Bénin a une structure sociale patriarcale qui confère aux hommes un pouvoir de domination au sein des groupes sociaux du pays. Les femmes sont les principales actrices dans plusieurs secteurs d’activités économiques. Toutefois, malgré leur importance numérique (51,2%), elles constituent le groupe le plus exposé à des traitements abusifs et dégradants et à des violences de toutes sortes. 68,8% des femmes ont déclaré avoir été victimes une fois de violences de la part des hommes[1]. Une étude nationale réalisée en 2007 a révélé que les victimes de la traite sont essentiellement des filles (89,7% contre 10,3% de garçons) [2]. Concernant la participation des femmes aux instances de prise de décision, la situation actuelle est de 7 femmes sur 83 députés à l’Assemblée nationale (8,43%), 65 femmes sur 1’435 élus au niveau des communes (4,52%), 1 femme sur 77 maires (1,29%). Cette faible représentation des femmes est cependant meilleure par rapport à la précédente élection communale (2,4%), montrant ainsi les timides avancées enregistrées. Dans l’Administration publique, de façon générale, il y a plus d’hommes (81,46 %) que de femmes (18,54 %). Sur le plan politique, 5 partis dirigés par des femmes sur 124 partis au total (4,03%). L’accès et le contrôle des ressources terres et marchés demeure toujours problématique dans la lutte pour l’autonomisation économique des femmes. En outre, la violation de l’intégrité physique et psychologique des femmes ainsi que la persistance de l’inégalité des chances entre les hommes et les femmes déterminent toujours les rôles du genre et les responsabilités spécifiques des femmes et des hommes dans les activités domestiques et extra-domestiques.

Le Programme de renforcement des capacités d’action des femmes de la Coopération Suisse débuté en 2003, vise à contribuer à la réduction des inégalités de genre aux plans social, culturel, juridique et économique. La particularité de ce programme est sa  présence au niveau national, départemental et communal qui permet de créer une passerelle entre les niveaux macro et micro. Cette démarche stratégique met l’accent sur l’analyse des inégalités femmes/hommes dans les contextes locaux et le renforcement des capacités des équipes des programmes dans les différents domaines d’intervention (éducation, développement rural et gouvernance). Toutes ces actions sont accompagnées par un dialogue politique mené tant par les PTF que les OSC béninoises pour que l’environnement législatif et juridique soit davantage propice à l’émergence de l’équité des chances et de traitement. La DDC Benin a assuré pendant deux ans 2012 – 2014 le chef de fil de la concertation des Partenaires techniques et financiers intervenant dans la thematique du genre.


 

[1] Les violences faites aux femmes et aux filles (VFF), rapport d’études, juin 2010, Ministère de la Famille du Bénin.

[2] Etude sur la traite des enfants réalisée en 2007 par l’UNICEF et le Ministère de la Famille.

Les enjeux et les défis

Notamment dans le monde rural, l'accès aux ressources (questions liées à la propriété, à l'héritage et aux revenus), au savoir (éducation et formation) et aux processus de prise de décision (participation à la vie politique et sociale) est marqué par de grandes disparités. Les inégalités liées au genre sont un enjeu central dès lors qu'elles empêchent la valorisation des ressources et des potentialités. Il s'agit à la fois d'un problème de justice sociale et d'efficacité du développement. Si la plupart des pays ont adopté des politiques qui prennent en compte le genre, leur mise en oeuvre se heurte à des résistances multiples.

Orientations

La DDC Bénin a fait de l'égalité d'accès au développement - entre hommes et femmes, groupes sociaux et régions - une question transversale à toutes ses actions.

Ses programmes prennent en compte de façon systématique les opportunités, les contraintes et les besoins spécifiques des femmes et des hommes

Elle soutient la mise en oeuvre effective des politiques « genre » adoptées par les pays.

Elle veille à la prise en compte des dimensions « genre » dans le cadre des nouvelles modalités de l'aide au développement (harmonisation, aide budgétaire, etc.).

Informations complémentaires

Genre

Historique / contexte

L'égalité femmes/hommes est un axe transversal des appuis de la Direction du Développement et de la Coopération (DDC) pour la réduction de la pauvreté. En 1993, la DDC a formulé une politi­que pour l’égalité femmes/hommes. La Coopé­ration suisse au Bénin applique cette approche de manière transversale dans tous les program­mes (éducation, santé, développement rural, communication, gouvernance locale, artisanat). Des actions spécifiques sont aussi initiées pour réduire les écarts entre les hommes et les fem­mes sur l’éducation des filles et le leadership féminin. Une stratégie genre a été développée conjointement avec les acteurs et organisations partenaires pour guider nos actions en faveur de l’égalité femmes/hommes.

Objectif général

L’objectif de cette stratégie pour la période 2010 – 2015, est: «l’accroissement de l’autonomie économique, social et politique des femmes a permis la réduction de la pauvreté».

Résultats obtenus

Les défis et enjeux des femmes et des hom­mes sont analysés et intégrés dans les op­tions politiques et stratégiques nationales de réduction de la pauvreté;

L’environnement juridique et légal est de plus en plus favorable au respect du droit des femmes;

Les productions et les revenus des femmes et des hommes s’accroissent et les écarts se réduisent sensiblement.;

Les outils de monitoring «genre-sensible» sont élaborés et mis en œuvre avec un ac­cent spécifique sur les indicateurs de me­sure des effets;

Le taux de participation des femmes aux instances de prise de décision aux niveaux local et national est accru.

Responsabilités

La responsabilité pour mettre en œuvre cette stratégie est partagée entre trois catégo­riesd’acteurs :

  • Les organisations socioprofessionnelles locales et nationales qui œuvrent pour l’égalité femmes/hommes: définissent des stratégies et planifient des actions pour ré­pondre à leurs propres défis ;
  • Le gouvernement et les collectivités territo­riales: définissent des politiques et straté­gies nationales et locales de développe­ment. Ces acteurs instituent des points fo­caux pour veiller à la réelle application de l’approche genre;
  • Le Bureau de la Coopération suisse accom­pagne les processus initiés par ses parte­naires en vue de la réduction des inégalités entre les femmes et les hommes.

Monitoring et évaluation

Le suivi-évaluation de cette stratégie s’insère dans le dispositif de suivi des programmes exis­tant: planification annuelle, bilans semestriels et annuels, bilan à mi parcours de la stratégie.

Groupe cible

Femmes, Filles, Hommes individuels ou en groupe.

Partenaires / acteurs

Ministère de la famille, Institut National de Pro­motion de la Femme, Organisations de la société civile, Structures d’appui.

Un homme et une femme en pleine discussion dans un groupe de travail sur les questions de genre au Bangladesh
SDC/John Paul Kay

La DDC considère l’égalité entre hommes et femmes comme un thème transversal qu’elle intègre de manière cohérente dans l’ensemble de ses programmes de développement. L’élimination des discriminations fondées sur le sexe est à la fois un objectif et une condition du développement.

Engagement de la DDC dans le monde