Relations bilatérales

Les relations bilatérales entre la Suisse et le Sri Lanka sont bonnes. La Suisse s’engage depuis de nombreuses années dans différents secteurs d’activités au Sri Lanka. Les rencontres de haut niveau entre des représentants des deux pays se sont intensifiées depuis 2015. Dans la stratégie de coopération Sri Lanka 2016-2020, la Suisse entend soutenir le processus de réformes et de réconciliation ainsi que intensifier les relations bilatérales.

Points clés des relations diplomatiques

Plusieurs rencontres de haut niveau entre des représentants des deux pays se sont déroulées au cours de l’année 2015: le Conseiller fédéral Didier Burkhalter s’est rendu au Sri Lanka en mars, le SECO y a effectué une visite de travail en mai, la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a rencontré le président Maithripala Sirisena en marge de l’Assemblée générale de l’ONU en septembre, à New York. En janvier 2016, une rencontre entre le Président de la Confédération Johann Schneider-Ammann et le Premier ministre Ranil Wickremesinghe a eu lieu lors du Forum économique mondial de Davos. Le Conseiller fédéral Didier Burkhalter a également reçu son homologue Mangala Samaraweera en mars pour une visite de travail.

La Suisse poursuit son soutien en faveur de la réconciliation et des réformes au Sri Lanka et approfondit les relations bilatérales, communiqué de presse, 03.03.2016

Plusieurs accords ont été conclus entre les deux pays, notamment dans les domaines de la protection des investissements, du transport aérien et de la double imposition. La Suisse entretient un dialogue politique régulier avec le Sri Lanka depuis 2013 et a signé un MoU à ce sujet en 2016.

Banque de données des traités internationaux

La nouvelle stratégie de coopération Sri Lanka 2016-2020, qui a été approuvée au sein de l’administration le 17 décembre 2015, suit un « Whole of Government Approach » et poursuit deux objectifs prioritaires :

  • Soutien du processus de réformes et de réconciliation au Sri Lanka par des contributions substantielles et durables ;
  • Intensification des relations bilatérales avec le Sri Lanka, notamment au niveau des contacts politiques, de la collaboration en matière de migration, des relations économiques, de la formation professionnelle et des échanges culturels.

Principaux axes de l'engagement de la Suisse au Sri Lanka 2016-2020

Gouvernement sri-lankais, officiel (en)

Coopération économique

Le Sri Lanka maintient une croissance autour des 6% depuis quelques années.La croissance économique du Sri Lanka a atteint 6% en 2014, contre 7% une année auparavant. En 2014, l’inflation est restée à peu près stable aux alentours de 7%. La balance commerciale bilatérale a été le plus souvent déficitaire pour la Suisse au cours de ces dernières années. En 2015, la Suisse a importé des marchandises du Sri Lanka pour un montant de 165,2 millions CHF (-15% par rapport à l’année précédente), alors que le volume de ses exportations a atteint 135,5 millions CHF (+17%).

Depuis 2010, le nombre total de touristes séjournant au Sri Lanka a plus que doublé. Au total 1,5 million de personnes ont visité ce pays en 2014, dont 20 000 en provenance de Suisse.

Soutien commercial, Switzerland Global Enterprise

Promotion de la paix et sécurité humaine

La Suisse est active au Sri Lanka depuis 2001 dans le domaine de la sécurité humaine. Un conseiller en sécurité humaine est affecté à l’ambassade de Colombo depuis 2003. Après avoir mis l’accent sur la politique de paix jusqu’en 2006, la Suisse a renforcé son engagement en matière de politique des droits de l’homme. Depuis 2015, elle concentre son action sur l’application de la résolution du Conseil des droits de l’homme relative à la mise en place de mécanismes de justice transitionnelle en apportant un soutien actif aux autorités locales. Elle assiste d’autre part le gouvernement dans la préparation de la réforme constitutionnelle, notamment sur la décentralisation et sur la résolution concomitante du conflit ethnique. La Suisse poursuit également un dialogue avec la diaspora afin de l’associer aux deux processus susmentionnés. La Suisse accorde aussi une attention particulière à la question importante des disparus. Ses efforts ont permis de renforcer sensiblement le soutien coordonné de la communauté internationale dans le domaine des droits de l’homme. En juin 2015, trois représentants du Sri Lanka ont participé à l’atelier sur le traitement du passé organisé par le groupe de travail ad hoc. La DSH maintient par ailleurs son engagement dans plusieurs processus de facilitation.

Coopération au développement et aide humanitaire

La DDC a fourni une aide humanitaire au Sri Lanka à partir deentre 2003 et 2016. Cet engagement, accru en réaction au tsunami de fin 2004 et à la recrudescence de la guerre civile entre 2007 et 2009, a bénéficié à plus de 50 000 personnes. Plus de 5000 maisons ont été reconstruites dans les provinces de Jaffna et de Kilinochchi depuis entre la fin du conflit en 2009 et 2015. Outre la construction d’infrastructures (maisons, écoles, jardins d’enfants et approvisionnement en eau), diverses mesures d’accompagnement ont été mises en œuvre, comme le conseil financier et social, le travail avec les parents, les enseignants et l’administration scolaire, la formation ou la protection des enfants. Le budget de la stratégie d’aide humanitaire 2013-2015 s’est élevé à quelque 7 millions de francs par an. Le désengagement de l’Aide humanitaire prévu de longue date s’achèvera s’est achevé fin avril 2016.

Le Programme global Migration et Développement (PGMD) de la DDC est actif au Sri Lanka depuis 2010 sous le nom de « Safe Labour Migration ». La Suisse soutient les autorités dans la mise en œuvre des lois pour les migrants économiques et aide des organismes locaux d’assistance sociale à améliorer leur offre de prestations pour les familles restées au pays. Elle encourage et facilite le dialogue avec les pays de destination ainsi que la réintégration des personnes rentrées au pays. Le prochain cycle quadriennal du programme, qui débute en mars 2016, prévoit l’instauration d’une présence à Jaffna et, probablement dès 2017, d’une composante du projet « Formation professionnelle et migration ».

Le SEM cofinance depuis novembre 2014 un projet de l’Agence de coopération internationale allemande pour le développement (Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit, GIZ) à hauteur de 750 000 francs sur une durée de deux ans (2014-2016). Ce projet vise à améliorer les perspectives de vie des populations situées dans les régions particulièrement touchées par la guerre et propose à des jeunes une alternative à la migration irrégulière. La contribution de la Suisse a permis d’élargir l’offre de prestations à l’est du Sri Lanka.

Coopération au développement et aide humanitaire

Principaux axes de l'engagement de la Suisse au Sri Lanka   (PDF, Page 1, 106.0 kB, Français)

Les Suissesses et les Suisses au Sri Lanka

480 ressortissantes et ressortissants suisses résident actuellement au Sri Lanka.

Echanges culturels

L’Ambassade de Suisse à Colombo organise régulièrement des événements culturels tels que des festivals de cinéma, des expositions, des conférences et des concerts.

Historique des relations bilatérales

La Suisse a reconnu le nouvel Etat du Sri Lanka au moment de sa déclaration d’indépendance en 1948. Les premières relations diplomatiques ont été nouées en 1956. En 1968, la Suisse a envoyé son premier ambassadeur à Colombo. La Confédération est propriétaire des immeubles de la résidence (depuis 1966) et de l’ambassade (depuis 1990).

Le Sri Lanka dispose d’une ambassade à Berlin, qui est également compétente pour la Suisse, ainsi que d’un consulat général à Genève et d’un consulat honoraire à Zurich.

Sri Lanka, dictionnaire historique de la Suisse