Programme de mobilité des jeunes

Logo programme de mobilité des jeunes
Logo programme de mobilité des jeunes © Ambassade de Suisse

Le 6 février 2007 à Ottawa, Werner Baumann, Ambassadeur de Suisse au Canada et James Fox, Sous-ministre adjoint canadien des Affaires étrangères pour les relations bilatérales ont signé un protocole d'entente pour la mobilité des jeunes entre la Suisse et le Canada.

Ce protocole d'entente a pour objet d'encourager la mobilité des jeunes Suisses et Canadiens, en leur offrant de nouvelles possibilités d'acquérir une expérience de travail à l'étranger.

Aux termes de cet accord, les jeunes canadien(ne)s ayant terminé leurs études ou formation professionnelle peuvent requérir une autorisation de séjour et de travail en Suisse pour y parfaire leurs connaissances linguistiques et professionnelles. Ce protocole permet également aux jeunes en cours d’études d’effectuer un séjour de travail faisant partie intégrante de leur formation.

Des jeunes Canadiennes et Canadiens racontent de leur expérience en Suisse

Le 15 mai 2009, jour de mon grand départ à l’étranger pour les 3 prochains mois. Excitée, motivée, un peu stressée, je pars travailler pour l’été à Zurich, en Suisse. Une expérience inoubliable que je souhaite à tous!

Avant de partir, tout était planifié parfaitement
À peine descendue de l’avion, j’étais déjà paniquée et en mode détresse. J’ai donc réalisé que ce n’est pas si facile de changer d’environnement. Je me retrouvais parachutée seule dans un pays inconnu, nulle part ou aller et incapable de comprendre la langue.

Le début fut assez difficile et c’est normal ! J’ai dû m’ajuster au nouvel environnement, trouver un logement tout en rencontrant de nouvelles personnes. Découvrir l’endroit me prit quelques semaines. Il suffit simplement d’être ouvert et de prendre une chance.

Bien que les premières semaines furent plus difficiles, il n’a pas été long avant que je tombe en amour avec la Suisse. Tout est si ordonné; les gens marchent d’un pas déterminé, les trains sont toujours à l’heure ou plutôt à la seconde précise. Au centre de la ville, aucun déchet ne traîne et devant moi, un paysage où se dessinent d’énormes montagnes blanches. Un rêve quoi! La Suisse ressemble au Canada à l’exception de petites choses bien sures. Par exemple, les heures de travail sont un peu plus longues et à ma plus grande surprise, tout est fermé le dimanche, même l’épicerie!

Mon été à Zurich s’est avant tout avérée une expérience d’apprentissage sur moi-même! J’ai découvert que j’étais beaucoup plus forte que je ne le croyais et j’encourage toute personne qui pense aller travailler en Suisse de faire le saut.
Les défis seront de taille, et feront en sorte d’en ressortir grandit!
À travers des nouvelles amitiés, j’ai voyagé à travers la Suisse et simplement vécu un été de rêve.