Agriculture et sécurité alimentaire

Développement économique rural

Benin Paysanne au champ
Photo Paysanne au Nord Benin © EDA Benin

Par son action dans le domaine du développement économique rural, la Suisse entend contribuer à l’atténuation des effets démographiques et du changement climatique et participer au renforcement de la sécurité alimentaire au Bénin en créant de l’emploi et de la richesse. Pour ce faire, l’action de la Suisse, à travers une approche économique et créatrice d’emplois, intervient sur la productivité, la production et la commercialisation des produits agricoles. Elle favorise ainsi la professionnalisation des exploitations et le soutien à l’émergence de petites voire moyennes entreprises agricoles et artisanes, mais aussi des métiers techniques y sont liés (installatrices de panneaux solaires, machinisme agricole, etc.).

La Suisse vise notamment le développement économique de huit filières porteuses (Maraîchage, mangue, lait, maïs, manioc, riz, viande, soja) identifiées par les acteurs comme créatrices d’emplois et génératrices de revenus à l’échelle des départements de l’Alibori, du Borgou, de la Donga et de l’Atacora. Ce choix est aligné à la stratégie agricole nationale.

Les programmes de la Coopération suisse au Bénin dans ce domaine focalisent sur:

(1) la productivité, les revenus et les emplois locaux des huit filières au bénéfice des exploitations familiales paysannes et des entreprises appuyées;

(2) la viabilité et capacité des acteurs (organisations socio-professionnelles, communes, intercommunalités, petites entreprises, diaspora) à délivrer des services;

(3) la promotion de politiques sectorielles favorables au développement économique rural et aux exploitations familiales paysannes par le rôle de plaidoyer des organisations socio-professionnelles et la capacité du gouvernement à y répondre (Gouvernance transversale).

Le domaine du Développement économique rural comprend six programmes:

  1. Programme d’Appui au Secteur du Développement Rural (PASDER);
  2. Programme «Développement des Infrastructures Economiques et Marchandes au Bénin» (P-DIEM);
  3. Programme Entrepreneuriats Stratégiques Pour des Opportunités d’Investissements Renforcés (ESPOIR);
  4. Programme d'Appui au Plaidoyer des Faîtières des Organisations Socioprofessionnelles Agricoles et Artisanes (AP/OSP);
  5. Programme d’Appui au Fonds Nationaux de Développement du Secteur (Agricole) (A FONDS);
  6. Programme réponse à la crise alimentaire en Afrique de l’Ouest dans le cadre du COVID19 (mise en œuvre par PAM).

Résultats atteints en 2020

Une productivité des filières en hausse

La productivité des filières maïs, manioc, riz, soja appuyées par la Suisse continue à s’améliorer. Aussi, celle de la filière viande en recul l’année précédente est à nouveau à la hausse. Par ailleurs, la productivité des activités spécifiques aux femmes leur a permis d’enregistrer une croissance de leurs revenus à hauteur de 39,5%.

Avec l’appui de la Coopération suisse, l’approche de développement des chaines de valeurs territoriales a été institutionnalisée au niveau du Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche: 27 plans communaux de développement agricole ont été élaborés, et un guide méthodologique sera édité par le Ministère.

Une croissance marquée de l’entreprenariat

Les résultats de l’appui à l’entreprenariat restent impressionnants avec une croissance moyenne de 97% du chiffre d’affaires pour les microentreprises et petites et moyennes entreprises cibles et un taux accru de recrutement de femmes bénéficiaires (50%). Une hausse encourageante des revenus par rapport à 2019 est également enregistrée pour les jeunes usagers de moins de 35 ans des Infrastructures économiques marchandes réhabilitées par la Suisse, en particulier en ce qui concerne les femmes (+27%).

Des avancées encourageantes vers un meilleur accès au financement

L’accès au financement reste un défi pour le développement économique rural, mais l’engagement de la Suisse commence à porter ses fruits. En 2020, la Suisse a soutenu l’élaboration et la validation de la Stratégie Nationale de Financement du Secteur Agricole. Elle a également contribué, financièrement et techniquement, à l’opérationnalisation croissante du Fonds National de Développement Agricole, principal instrument de financement agricole, et notamment de son guichet 3, lequel vient de bénéficier d’une dotation du Gouvernement de 165 mio de F CFA visant à faciliter l’accès au crédit.

Le Fonds National de Développement Agricole a par ailleurs signé des conventions avec 15 Sociétés Financières Décentralisées et 7 banques, une première. 14 projets ont ainsi été financés pour un montant de près de CHF 1 mio sur le guichet 1, financièrement appuyé par la Suisse. Avec la crédibilité du FNDA peu à peu instaurée, d’autres bailleurs robustes affichent un intérêt marqué d’y contribuer.

Appui à l’atténuation des effets socio-économique de COVID-19

Pour mitiger l’impact socio-économique de COVID-19 sur l’économie locale, la Suisse a pris plusieurs mesures: «du cash» et «des matières premières - semence, herbicide et engrais» ont été remises aux petites entreprises (1’400 dont 40% de femmes) et aux jeunes producteurs (1’382 dont 50% de femmes); la conclusion du partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial visant à augmenter la part de produits locaux dans le programme national des cantines scolaires. Un premier achat de 1'500 tonnes de riz produits «made in Bénin» a déjà été opéré. 

Agriculteur en train de travailler un champ de maïs au Nicaragua
Agriculteur en train de travailler un champ de maïs au Nicaragua ©SDC

Dans de nombreaux pays en développement, l'agriculture demeure un secteur d'activité très important qui contribue à la sécurité alimentaire et souvent, de manière significative, à l'économie nationale. En soutenant les paysans au niveau de la production, de la commercialisation de leurs produits et de l'utilisation durable des ressources naturelles, la DDC contribue de manière déterminante à la réduction de la pauvreté à l'échelle mondiale.

Engagement de la DDC dans le monde